Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Mélasma : ces taches qui font de l’ombre au visage
  • Dans les marmites de Michael Korimbocus
  • Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»
  • Décès tragique de Vinessen Magon, 20 ans - Sa mère Vimi : «Vaksin kinn touy mo zanfan»
  • Dr Deoraj Caussy : «Les petits sont aussi à risques, il faut les protéger»
  • Mort troublante de Keirah Esther, 15 mois, premier enfant à succomber au virus - Ses proches, entre révolte et chagrin : «Nous réclamons justice pour elle»
  • Noemi Alphonse : la fierté de son coach Jean Marie Bhugeerathee
  • Jean-Alain et Nathalie Alphonse : «Notre fille, notre force de la nature»
  • Elle atteint quatre finales et bat quatre records d’Afrique aux Jeux paralympiques de Tokyo : époustouflante Noemi Alphonse
  • Quatre pêcheurs disparaissent en mer - Les proches de Jovani Jackson : «La situation est de plus en plus angoissante»

Vaccin anti-Covid-19 : Tout ce qu’il faut savoir sur Sinopharm

Actuellement disponible à Maurice, le vaccin Covid-19 BIBP, que beaucoup surnomment Sinopharm, a été développé par le Sinopharm/China National Pharmaceutical Group. Est-il sûr ? Est-il efficace contre les variants ? Éléments de réponses avec la pharmacienne Shikha Ramjuttun…

Comment ça marche ?

 

«Le vaccin Sinopharm utilise la technologie vaccinale des vaccins à virus inactivés. C’est-à-dire qu’une version tuée du virus SARS-COV-2 est administrée afin de déclencher une réponse immunitaire. Contrairement à ce que certaines personnes peuvent penser, le vaccin lui-même ne cause pas la Covid-19.»

 

Quel est son degré d’efficacité ?

 

«Les derniers essais de la phase 3 montrent que le vaccin Sinopharm est efficace à 79 % lorsqu'il est administré en deux doses, à trois/quatre semaines d'intervalle, comme c’est le cas à Maurice. Les essais de phase 3 ont été menés aux Émirats arabes unis et auprès de 50 000 volontaires dans 125 pays. Le président de Sinopharm pense avoir couvert un large spectre de protection contre les souches de différentes sources à travers le monde, se basant sur leurs tests d'efficacité. Mais ce que nous ne savons pas encore, c'est si le vaccin Sinopharm est efficace contre les nouveaux variants. C’est toujours à l'étude.»

 

En cas de mutation du virus, doit-on toujours se faire vacciner ?

 

«Oui, plus que jamais. Il existe des milliers de mutations dans le monde, seules certaines d'entre elles sont suffisamment dangereuses pour être considérées comme des variants préoccupants. Et ces variants augmentent les taux d'hospitalisation et les taux de mortalité. Pour empêcher le virus de créer des mutants nocifs et empêcher nos vaccins actuels de fonctionner, nous devons donc nous faire vacciner dès que possible. Tant que les gens ne seront pas vaccinés, le virus continuera à muter en utilisant le corps humain comme souche.»

 

Les Seychelles ont connu une hausse du nombre de cas de Covid-19 malgré le fait que 61 % de sa population était entièrement vaccinée au 8 mai. Votre avis sur le sujet…

 

«Cela pourrait remettre en question l’efficacité du vaccin Sinopharm. Cependant, avant de sauter à une conclusion, il est important de considérer toutes les possibilités :

 

- Parmi les nouveaux cas, combien de personnes n'ont pas été vaccinées ?

 

- Les Seychelles ont utilisé deux types de vaccin. Lequel a été utilisé chez les personnes infectées et vaccinées ? Y a-t-il une corrélation ?

 

- Les personnes infectées vaccinées ont-elles reçu les deux doses ou non ?

 

- Quand a-t-on commencé à enregistrer les nouveaux cas de Covid-19 ?

 

Selon les responsables de la santé des Seychelles, les deux tiers des nouveaux cas concernent des personnes qui ne sont pas encore complètement vaccinées et environ 80 % des personnes qui ont été hospitalisées n'ont pas été vaccinées et/ou avaient d'autres problèmes de santé, ce qui les rend plus susceptibles d'être infectées par la Covid-19.

 

Nous devons comprendre que l'immunité ne se construit pas immédiatement après avoir été vacciné. Cela prend deux semaines. Par exemple, une personne non vaccinée aurait pu l'attraper et la transmettre à une personne récemment vaccinée dont l'immunité n'avait pas encore été activée. D’où l’importance de toujours maintenir les gestes barrières.»

 

Quels réflexes adopter après la vaccination ?

 

«Dépendant des personnes, des effets secondaires peuvent apparaître après l'injection du vaccin contre la Covid-19. Voici quelques reflexes à avoir…

 

- Appliquez un sac de glace enveloppé dans une serviette sur votre bras pour réduire la douleur, les rougeurs et le gonflement. Si vous n’avez pas un sac de glace, appliquez un gant de toilette ou une serviette fraîche sur la zone ; utilisez un sac de légumes surgelés ; ou mettez de la glace dans un sac et enveloppez-le d’une serviette.

 

- Vous pouvez prendre du paracétamol dès que vous vous faites vacciner et ce, pendant deux jours (avec ou sans signes d’effets secondaires). Cet analgésique est le plus sûr mais aussi un antipyrétique, c’est-à-dire qu’il agit contre la fièvre. Le paracétamol est disponible en différentes marques et en comprimés de 500 mg ou 1 000 mg. Pour les adultes, la dose habituelle est de 500 à 1 000 mg toutes les 4 à 6 heures. Et la dose maximale en un jour est de 4 g (4 comprimés de 1 000 mg par jour). Le paracétamol est également disponible en version effervescente (qui agit plus vite) ou en comprimés.

 

- Buvez beaucoup d’eau pour rester hydraté. Portez des vêtements légers, surtout si vous avez une peau sensible et de la fièvre. Évitez les exercices intenses et de soulever des objets lourds. Gardez votre bras vacciné en mouvement, cela peut réduire la douleur et la raideur. Reposez-vous suffisamment pour refaire le plein d’énergie. Rappelez-vous que cela ne durera que quelques jours et que tout le monde ne ressentira pas les mêmes effets secondaires.»

 


 

Bio express

 

Shikha Ramjutan est une pharmacienne qualifiée et enregistrée au Royaume-Uni et à Maurice. Elle détient une maîtrise en pharmacie du Kings College de Londres et a terminé sa formation de pré-inscription à l’Imperial College London NHS Trust. «J’essaie d’utiliser les plateformes de médias sociaux comme Instagram (themedixpharmacist) pour éduquer la jeune génération sur divers sujets de santé et de bien-être», explique-t-elle. «Je crois sincèrement qu’il est important de permettre au public d’être plus conscient et de prendre le contrôle sur sa santé pour une meilleure qualité de vie.»