• Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»
  • Cette alternative qui se fait désirer !
  • Dead or Alive 6 : Combats techniques avec plastique lambda
  • JIOI 2019 | Haltérophilie : les Mauriciens affichent la forme en Roumanie
  • Circle of wisdom : Cycle menstruel : pour se reconnecter à soi
  • Hans Nayna : en attendant la sortie de «Burning pages» et d’autres aventures

Edito

Cette alternative qui se fait désirer !

Nombreux sont les Mauriciens qui réclament une vraie alternative. Nombreux sont ceux qui attendent  l’émergence d’une troisième, voire d’autres forces alternatives, en vue des prochaines élections. Nombreux sont les citoyens qui sont en quête d’un nouveau souffle, d’un parti ou de plusieurs formations neuves qui feront la différence, dans la perspective d’un remodelage du paysage politique. Combien de fois ne recevons-nous pas des remarques de lecteurs nous faisant le reproche, à tort ou à raison, d’accorder trop d’importance aux partis traditionnels ?

 

C’est dire que les espérances sont là, mais que jusqu’ici, très peu de nouveaux mouvements/d’individus se montrent officiellement impliqués dans la bataille des futures législatives. Pourtant, alors même qu’on franchit le premier trimestre de l’année, alors même que dans le camp du gouvernement et de celui de l’opposition, la fourmilière est déjà en pleine activité, alors même que nous sommes déjà en précampagne électorale, il faut se rendre à l’évidence : vire tourne, ce sont les partis traditionnels qui s’octroient le rôle de dicter notre calendrier politique et ce sont ceux-là même qui font de l’agitation actuellement. Certes, depuis hier, une nouvelle naissance a été annoncée : celle d’un rapprochement entre le Mouvement Patriotique d’Alan Ganoo et la Plateforme Militante de Steve Obeegadoo, tous deux entourés de camarades dissidents mauves. Ceux-là qui comptent unir leurs forces arriveront-ils à émerger ou connaîtront-ils le sort des précédentes scissions mauves, du MMMSP au RMM, qui ont fini par disparaître, même si ces factions ont entraîné dans leur sillage un affaiblissement du parti de Bérenger ?

 

Les jours d’après nous diront si ce rassemblement, qui se donne pour mission de devenir une nouvelle force, apportera un renouveau. Pour l’heure, l’image projetée est l’union de quelques politiques mauves qui, fatigués de se battre à l’intérieur de la citadelle MMM, et après quelques guerres plutôt épiques avec leur leader, ont décidé de prendre leur liberté et font aujourd’hui bande à part. Et ce, en nous resservant les grandes thématiques connues : mauricianisme, justice sociale, combat pour les droits démocratiques, transparence, intégrité… Des réponses aux interrogations suivantes décideront de l’avenir de cette nouvelle présence sur l’échiquier : (1) Est-ce un nouveau parti crédible ? (2) Est-ce qu’il y a une alliance en vue avec l’un des blocs existants ? (3) Comment cette nouvelle entente se manifestera-t-elle sur le terrain alors que, jusqu’ici, il y a comme une ressemblance avec leur ancien parti dans la manière de fonctionner ?

 

En attendant des réponses, force est de constater que d’autres mouvements/regroupements ne se bousculent pas pour occuper l’espace dans l’éventualité d’une prise de pouvoir. Où sont donc ces autres partis qui pourront apporter un nouvel espoir au pays ? Pourtant, plus que jamais, les signes de la tenue d’éventuelles élections générales avant la fin de l’année sont visibles, alors qu’en coulisse, les leaders ont déjà commencé les grandes manœuvres. D’ailleurs, leurs différentes options et stratégies se montrent en pointillé. Mais que voit-on aujourd’hui ? Que deux leaders, en l’occurrence Pravind Jugnauth et Navin Ramgoolam, veulent imposer leur candidature au poste de Premier ministre, nous faisant croire que le seul duel possible doit avoir lieu entre leurs deux familles (comme si 51 ans ne sont pas suffisants !), alors que le MMM répète à satiété (sans toutefois convaincre jusqu’ici) qu’il ira seul, pendant que le PMSD ne fait aucun mystère de son intention d’être la béquille de n’importe quel parti qui lui ferait croire qu’il est une «zoli mamzel».

 

Et pendant qu’on assiste à ce jeu qui tente de nous faire voir l’avenir de Maurice à travers les partis traditionnels uniquement, l’absence de mouvements alternatifs se fait sentir. Qui sont ces hommes et ces femmes qui se donneront pour mission de travailler en faveur d’une transformation sociale et économique de Maurice ? Où sont ces personnes honnêtes, intègres qui s’investiront dans la politique en travaillant réellement pour l’avancement de Maurice ? Quand se manifesteront-elles et déclareront-elles leur intérêt pour les prochaines élections générales ? Parce que le temps passe, et les citoyens sont en attente !