• Krishna Pentayah : «Ma participation à la conférence internationale sur les petits États insulaires en développement»
  • Allemagne vs Ecosse : le pays hôte doit éviter une douche écossaise
  • Ki bon gajaks ?
  • Diffusion des matches : écran noir !
  • Analyse des entraîneurs mauriciens : l’Angleterre, la France et Mbappé ont la cote
  • L’Europe fait tourner le monde
  • Journée mondiale de l’environnement : quand Young Bros contribue à la protection de la planète
  • Six conseils pour bien prendre soin de sa peau pendant l’hiver
  • Enquête judiciaire sur le décès troublant de Pravin Kanakiah - Rama Valayden : «Paret finn ena cover-up de tre o nivo dan sa case-la»
  • Formations en maquillage : la Glow Up Academy d'El Mehsen vous ouvre ses portes

Edito

Les dernières semences préélectorales !

Aucune illusion ! Un Budget électoraliste était attendu ! Sauf qu’il est moins généreux et ne provoque pas le soulagement collectif qu’aurait entraîné une baisse sur les carburants, les produits de base et les médicaments dont les augmentations vertigineuses mettent une pression insoutenable sur des milliers de famille !

 

Quel changement réel le dernier Budget du gouvernement a apporté chez les Mauriciens ?

 

La baisse du prix du gaz ménager acheté chaque mois ou tous les deux ou trois mois ?

 

Quelques sommes distribuées ici et là qui seront bientôt englouties par la cherté de la vie ?  Au fond, le discours 2024 de Padayachy reste dans la même direction que les Budgets précédents du MSM : pas d’idées neuves, innovantes pour faire face aux problèmes fondamentaux de notre économie, aucune vision à long terme pouvant moderniser notre société, garantir l’indépendance de nos institutions, favorisant une justice sociale et une méritocratie nous rendant fiers d’être Mauriciens !

 

En revanche, quelques cadeaux dont les plus marquants restent la hausse des allocations au niveau des salaires des travailleurs à travers la CSG Income Allowance, la garantie d’un revenu minimum de Rs 20 000 mensuellement, l’allocation de Rs 2 000 pour les enfants âgés entre 3 et 10 ans, une augmentation du congé maternité passant à 16 semaines, doublée d’allocations : maternity allowance (Rs 2 000) et Rs 3 000 après des examens médicaux obligatoires ! Et rien sur la relativité salariale ! Est-ce à dire que d'autres cadeaux sont prévus avant la dissolution du Parlement ?

 

Même l'absence de l'augmentation traditionnelle de l'alcool (hormis une catégorie de vins) et des cigarettes représente un clin d’œil du gouvernement cherchant à toucher le plus grand nombre ! Les autres trouvailles ? Une distribution avec des ciblages spécifiques ! Pêle-mêle : les agriculteurs (qui représente l’électorat traditionnel du pouvoir) pour qui la révision de la loi garantira une main-d’œuvre étrangère, les pêcheurs qui bénéficieront de plusieurs subventions, les chauffeurs de taxi avec le recours à des facilités de prêts et la transmission de leur licence d’activité ! 

 

La stratégie est calculée, sans honte, au grand jour : comment courtiser certains segments de l’électorat qui rapporteront des votes. Si l’an dernier, le but était d’offrir un chèque-cadeau à ceux qui voteront pour la première fois aux futures législatives, cette fois, ce sont les aînés qui sont ouvertement pris pour cibles ! Le message qu’on leur adresse : les Rs 500 d’augmentation de juillet prochain ne sont qu’une maigre carotte comparées aux Rs 1 000 supplémentaires qui seront ajoutées en janvier prochain ! En clair, votez pour le MSM et vous aurez plus, sauf que n’importe quel gouvernement qui succède à celui-ci sera obligé d’entériner cette mesure !

 

Alors qu’il y avait de grandes attentes pour stopper le brain drain de notre jeunesse, le plus grand geste que Padayachy leur fait est un accès à l’Internet gratuit (comme pour faire face à la proposition de l’opposition qui propose l’Internet gratuit pour chaque famille), tandis que les frais d’examens de ceux qui redoublent le SC et le HSC seront payés par l’État ! Une décision rappelant que l’Éducation est la grande oubliée de ce Budget, à part le fait que la philosophie du gouvernement semble encourager les écoles privées, avec la nouvelle exemption de taxes pour les enfants fréquentant ces institutions payantes !

 

Si le ministre avait déjà annoncé que le Budget ferait la part belle à l’agenda climat, il faut reconnaître qu’il a tenu parole avec plusieurs  annonces concernant ce secteur qui seront financées, entre autres, par un Corporate Climate Responsibility Levy de 2% de la part des compagnies brassant un chiffre d’affaires de Rs 50 millions. Parmi les objectifs de ce programme : la reforestation et la plantation d’arbres, la restauration de plus de 26 kilomètres de plages ainsi qu’une trentaine de sites, l’introduction de villages durables dans le respect de l’environnement, la reconstruction de l’écosystème marin…

 

Le paradoxe veut que d’un côté, on annonce des mesures pour respecter notre écologie, et de l’autre, on offre des subsides sur les fertilisants chimiques ! Pour que chacun trouve son compte, sans froisser aucune catégorie de citoyens ?

 

En attendant, comme toujours, le ministre Padayachy ne nous dit pas comment il financera toute cette générosité,  tout comme il ne rassure pas la population avec ses explications sur la dépréciation inquiétante de la roupie ! Ce qui compte demeure le pouvoir du clientélisme politique et les fruits qui seront récoltés ! Est-ce qu’il y a eu assez de semences lors de ce dernier Budget électoraliste ?