• Fusillades au Canada : le Mauricien Josian Cadine, dont le fils de 17 ans est l’une des dernières victimes : «C'est dramatique...»
  • 40 ans de la Fondation Georges Charles : une mission qui vient du cœur
  • Arrêté avec des devises étrangères à quelques jours de son procès : le présumé trafiquant Angelo Thomas cherchait-il à fuir vers Madagascar ?
  • Locho Tacos : la délicieuse aventure mexicaine de Steeven et Tommy
  • Accusé d’arnaque à travers un système de Ponzi : le présumé escroc Mohammad Fakim Masse écroué
  • Son père souffre de la maladie d’Alzheimer - Dorianne Désirée Drack : «À Maurice, il y a un manque cruel de soins adaptés»
  • Raksha Bandhan : ode à la complicité fraternelle
  • Wan Naglaa Boodhun : artistiquement vôtre
  • The Gold Face 2022 - Parameshwaree Permalloo et Vincent Yip : they’ve got the look !
  • Realme Buds Q2 : du son consistant pour pas cher

Edito

Spectacle de l’opposition : nouvelle saison

Ramgoolam à nouveau désirable ! Dans le dernier feuilleton affligeant que nous proposent les partis de l’opposition, faisant mentir l’adage «l’union fait la force», c’est le leader du PTr qui gagne pour l’heure ! Ramgoolam pourra désormais prétendre à diriger – cela a toujours été son vœu – une éventuelle plateforme de l’opposition, prélude d’une future alliance électorale.

 

Si depuis quelques mois, il y avait une certaine détente Bérenger-Ramgoolam, les deux s’étant même rencontrés à quelques reprises, n’empêche que le leader mauve jouait sur plusieurs tableaux, ménageant malgré tout ses partenaires Bodha et Bhadain ! C’était sans compter le souhait de l’Assemblée des délégués du Reform Party qui, lors d’un vote, s’est exprimé en faveur d’aller seul aux élections générales, tout en plaçant Bhadain comme candidat au poste de Premier ministre !

 

Il n’en fallait pas plus pour que Bérenger exprime son irritation lors de la conférence de presse de ce samedi et affirme qu’avec ce développement, les choses ont changé. Alors que l’agacement du leader des Mauves est visible vis-à-vis du leader du Reform Party, son appréciation sur Bodha a également évolué : «Si Bodha sait jouer ses cartes politiques, il a un avenir», lâche Bérenger, précisant qu’il ne parle pas ici de candidature premierministérielle. Et d’ajouter qu’il a pris note des déclarations de Bodha qui avait affirmé que toute action commune doit être menée par le leader de l’opposition ! En clair, Duval et non Ramgoolam !

 

Si le leader du Rassemblement Mauricien, après sa démission du MSM, accueilli en héros par Bérenger, se rêvait déjà en candidat premierministériel, tout en montrant son hostilité envers Ramgoolam qui la lui rend bien («Bodha est un pur sang du MSM !»), il se rend cruellement compte aujourd’hui que le cœur mauve bascule désormais du côté de Ramgoolam ! 

 

C’est dire que le leader du PTr – malgré son absence sur la scène politique cette semaine pour des raisons de santé – gagne son match contre Bodha qui, lui, peut se retrouver sur la touche, tout comme son camarade Bhadain, si d’aventure les deux ne revoient pas leur position, en ravalant leur animosité rouge !

 

Au-delà de ces guéguerres soulignant la difficulté des hommes politiques, tous à l’ego surdimentionné, à faire des compromis, le public retient le tableau d’une opposition dont le consensus se trouve uniquement autour de l’ambition de faire partir Jugnauth, sans pour autant être capable de s’asseoir à la même table, encore moins de marcher ensemble !

 

La polémique suscitée autour de l'organisation d'une marche pacifique non seulement à l’intérieur de l’opposition traditionnelle, mais aussi au sein du nouveau Linion Pep Morisien, témoigne de l’image chaotique renvoyée par ceux-là même censés incarner les forces alternatives et les changements dans notre paysage politique !

 

En se montrant ainsi dispersés et incapables de fédérer leurs forces, en décidant de déterrer la hache de guerre entre partenaires d’une même plateforme, les partis de l’opposition, qu’ils soient parlementaires ou extra-parlementaires, offrent un cadeau inespéré au gouvernement.

 

Alors que le MSM, sentant le vent d’impopularité se propager, sur toile de fond d’une série de scandales, profite de ce moment pour mettre le Parlement en congé – évitant par la même occasion de répondre aux PNQ embarrassantes –, voilà que l’opposition lui vole l’agenda politique ! Et de manière lamentable !

 

Le gouvernement, qui annonce une série de rencontres avec ses partisans, peut sereinement se préparer à ces divers rassemblements, tout en affûtant ses armes afin de rebondir activement sur l’affaire de sniffing alléguée ! Une première démonstration de force a été faite avec le retour de l'ancien CTO de Mauritius Telecom qui, semble-t-il, n’a eu aucun scrupule à faire une volte-face de sa conscience !

 

Est-ce que d’autres ripostes – après l’impair du ministre Hurreeram envers la Chine – sont attendus dans le Jacotetgate ?

 

Si celui par qui le scandale est arrivé, Sherry Singh, a fait montre de ses talents de communicants distillant des informations de manière hebdomadaire à la presse, l’on retient que son «pèlerinage politique», tendant à le montrer en rassembleur entre les leaders politiques (Bérenger a non seulement refusé de le rencontrer mais a été critique envers lui ce samedi), incluant le citoyen Laurette, s’est soldé par un échec !

 

Pour l’heure donc, se dessine, en pointillé, une nouvelle plateforme de l’opposition dirigée par Ramgoolam, devenant à nouveau désirable !

Ajouter un commentaire

Filtered HTML

  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Tags HTML autorisés : <a> <em> <strong> <cite> <blockquote> <code> <ul> <ol> <li> <dl> <dt> <dd>
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.