Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Pascal Desroches, arrêté pour agressions sexuelles : portrait du violeur en série aux deux visages
  • Rashmi Rocket : Taapsee Pannu court plus vite que son ombre
  • Nouvel album : Alain Ramanisum va vous faire… «Danse»
  • Malenn Oodiah : «Nous pouvons et nous devons réinventer notre modèle de société»
  • Covid-19 : Maurice tombe le masque, Rodrigues sur le qui-vive
  • Un an depuis la disparition tragique de Soopramanien Kistnen - Hansley, son fils : «Mo gard lespwar pou kone ki sannla inn tir lavi mo papa»
  • Si les «Avengers» n’existaient pas…
  • Tennis de table – ITTF World Youth Championships : A la conquête du Portugal
  • Prince Stave : a Nigerian musician in Mauritius
  • La situation des rastas mauriciens préoccupe l’opinion internationale

Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»

Cette phrase est de Meenakshi, 15 ans. Elle a le visage ravagé par l’acné et son niveau d’estime de soi est en mode bilo lalo. Elle demande de l’aide dans son témoignage que vous lirez ci-dessous. Vous avez aussi le moral dans les chaussettes ? Vous vivez quelque chose de difficile et souhaitez avoir un avis extérieur avisé ? Écrivez-nous à l’adresse suivante : yvonne.stephen@5plus.mu. Toutes les deux semaines, la Life Coach Pallavi Jagessur tentera, à travers une réponse publiée dans cette rubrique, de vous aider à y voir plus clair. Libérez votre parole et… votre cœur ! 

«Bonjour, j’ai 15 ans et j’ai le visage rempli de boutons. Il me dégoûte !  Mes amies et mes cousins se moquent de moi, et je me sens mal dans ma peau. C’est comme si que mon visage est mangé par tout ça. Je ne sais plus quoi faire. Je me sens vraiment mal. J’ai envie de pouvoir être bien sur mes photos, comme mes amies. J’ai honte de moi. Qu’est-ce que je peux faire ?»

 

Pallavi Jagessur, Life Coach*, conseille : «Elle doit s’accepter et s’aimer comme elle est. Mais aussi accepter la situation avec beaucoup de relativité : elle doit se rappeler que rien n’est permanent ! Même ces choses-là passent. Et il ne faut jamais oublier que les opinions des autres ne sont pas sa réalité. Elle ne doit pas y faire attention et, plutôt, s’entourer des personnes qui vont bring out the best in her et l’aider à prendre le chemin de la positivité. Il ne faut pas oublier qu’il y a autant de types de beauté que d’êtres humains ! Pour le côté pratique : let go ! Le stress, ça n’aide pas. Alors, elle sera capable de prendre des décisions qui vont l’aider à mieux s’accepter et s’aimer, et en même temps faire du bien à sa peau : boire beaucoup d’eau, manger des fruits et pratiquer le yoga ou la méditation.»

 

Pratiquer le self-love. Avec qui passerez-vous toute votre vie ? Avec vous-même, bien sûr ! Alors, si vous êtes votre BFF puissance 1 million, il est grand temps de vous voir autrement ; avec des yeux d’amour ! L’exigence de la perfection ne doit pas s’appliquer à vous et à votre corps. Vous êtes ce que vous êtes et vous devez vous aimer ! Pour cela, le self-love et le self-care, ce sont les must-have. Le site L’Étudiant Trendy donne des conseils pour y arriver : apprendre à connaître son corps – Arrêter de se comparer aux autres – Mettre en valeur ses atouts – Pratiquer la bienveillance : «Lorsque des pensées négatives concernant ton corps te viennent, essaie de te rassurer et de te réconforter avec des compliments et des citations bienveillantes. Tu verras qu’au bout d’un moment, tes complexes diminueront peu à peu.»

 

Un trouble : la dysmorphie corporelle. Des petits complexes ici et là, tout le monde en a ! Mais quand cela vire à l’obsession, qu’ils vous empêchent de vivre, il s’agit peut-être de dysmorphie corporelle : «Cette insatisfaction, qu’elle soit liée à une réelle imperfection physique ou non, peut concerner n’importe quelle partie du corps, le visage (les yeux, le nez, les mains, etc.). Le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, ouvrage de référence de la Société américaine de psychiatrie, précise que, pour rentrer dans la classification de dysmorphie corporelle, une partie du corps doit être dépréciée et jugée de façon exagérée. La préoccupation pour ce «défaut» est démesurée. Au point de provoquer un dégoût, par exemple. La souffrance importante qui en résulte altère la vie en société (vie amoureuse, amicale, familiale, professionnelle)», peut-on lire dans un article de Top Santé, rédigé avec l’aide du Dr Laurent Karila, psychiatre et spécialiste des addictions. Vous pouvez le retrouver en intégralité ici : https://bit.ly/dystopsante.

 

*Pallavi Jagessur est une Life Coach et offre les services suivants : le développement personnel, le bien-être holistique, l’interview coaching, l’art therapy et le mental health issues healing. Vous pouvez suivre ses conseils sur la page Facebook suivante : THE HAPPY BUTTERFLY LIFE COACHING. Ou la contacter pour un rendez-vous en lui envoyant un courriel ou en lui passant un coup de fil : thehappybutterflylifecoaching@gmail.com, 5812 8766.