• Entrepreneur de l’année : Julien Faliu : Expat.com, sa petite entreprise qui ne connaît pas la crise
  • Judo – Hong Kong Asian Open 2019 : Une cinquième place prometteuse pour Legentil
  • Stéphanie Favier et Paco : Passionnés d’art et de créativité
  • Allégations de violence policière meurtrière | Le frère de Khaleel Anarath : «Il craignait pour sa vie en détention»
  • Contestation d’une loi visant la communauté gay | Abdool Ridwan Firaas Ah Seek : «L’article 250 concerne tout le monde, pas que les personnes de la communauté LGBT»
  • Firoz Ghanty, l’artiste par les artistes
  • Collision mortelle à St-Aubin : Jean Daniel Perrine ne verra pas grandir ses jumelles
  • Pradeep Roopun et Eddy Boissezon au château du Réduit : Regard d’observateurs sur des nominations qui suscitent de vives réactions
  • N’est pas rassembleur qui veut !
  • Nicolas Fanny : D’un défi à l’autre

Les 1 000 premiers jours de bébé, déterminants pour son avenir

Le Dr François Leung sensibilise les futurs et jeunes parents au bon développement des enfants, à travers le programme Nourrir la Vie.

Saviez-vous que ce que vit l’enfant durant les deux premières années de sa vie impacte sur sa santé une fois adulte ? François Leung, pédiatre et président de l’association Groupe Enfants et Mères, qui a lancé le programme Nourrir la vie, nous en dit plus.

Dès sa conception, il est porteur de vie. Il grandit et se développe au sein de sa mère grâce à l’amour qui lui est prodigué mais pas que... «C’est une période durant laquelle le capital santé de l’enfant se dessine. Cet intervalle de 1 000 jours est une période où l’enfant est particulièrement sensible à son environnement. Un environnement qui aura certainement soit un impact positif ou négatif sur lui. Cela aura des répercussions sur sa santé actuelle, future, et l’enfant sera susceptible de développer ou non les maladies chroniques non transmissibles à l’âge adulte», explique le Dr François Leung, pédiatre et président de l’association Groupe Enfants et Mères (GEM).

 

C’est pour cela qu’elle a lancé, il y a deux ans déjà, le programme Nourrir La Vie. Car elle a fait de la conscientisation de la population mauricienne sur le rôle crucial que jouent les deux premières années du bébé, son cheval de bataille. «Nous devons être conscients que, durant cette phase, l’organisme du bébé est en train de se développer et qu’il faut agir de sorte à ne pas dérégler ce cycle. Car les premières études démontrent déjà le rôle accru des 1 000 premiers jours. L’épidémiologiste britannique David Barker avait posé la question de l’origine précoce des maladies, en montrant qu’un petit poids de naissance, lié à une sous-nutrition, augmentait le risque de survenue d’infarctus du myocarde à l’âge adulte. Par la suite, les experts en DOHAD (Developmental Origins of Health and Disease) auraient démontré l’importance de la nutrition de maman et des bébés de moins de 2 ans dans l’apparition de certaines maladies», souligne le président du GEM. Cela démontre qu’il y a un lien étroit entre le style de vie de la mère et le développement de son enfant.

 

Sensibiliser

 

C’est pour cela que le Dr François Leung et l’équipe de GEM continuent de se battre pour sensibiliser plus de gens à l’échelle nationale. «À Maurice, l’indice des maladies chroniques non transmissibles est en constante hausse. Diabète, maladies cardio-vasculaires, obésité, hypertension, entre autres, sont de plus en plus fréquents, même chez les jeunes adultes. C’est pour cela qu’il est urgent d’agir. Car même si la mère sait que le lait maternel est l’aliment-clé pour le bon développement de son enfant, il faut quand même après, bien choisir et surveiller l’alimentation de bébé. Ne pas valoriser les aliments trop salés, ou avec un indice glucidique élevé, entre autres. Donc une alimentation adaptée et équilibrée est recommandée, en sus d’une activité physique», conseille le Dr François Leung.

 

Le GEM propose donc des guides contenant des conseils pratiques, faciles à appliquer au quotidien sur les trois thématiques suivantes : la nutrition pendant la grossesse, l’allaitement maternel et la diversification alimentaire du jeune enfant, afin de sensibiliser les futurs et jeunes parents pour ainsi protéger les enfants.

 

Ces guides, en kreol morisien et français, sont à télécharger sur le site Web : https://www.programmenourrirlavie.mu/. «Notre équipe est faite de divers professionnels, allant des pédiatres aux gynécologues-obstétriciens, en passant par les endocrinologues, nutritionnistes et sages-femmes. Nous avons donc une équipe bien composée, toujours prête à aider, et nous sommes toujours à l’écoute.» N’hésitez plus ! Téléchargez les guides gratuitement et allez à la rencontre de cette équipe qui œuvre pour la bonne santé de maman et de bébé.

 


 

GEM : deux ans d’existence, quel bilan ?

 

«Nous avons un bilan très positif de nos deux années d’existence. Cela nous incite à agir davantage. D’ailleurs, nous avons mandaté l’institut Kantar TNS pour qu’il mène une étude de satisfaction auprès de 200 futurs et jeunes parents entre le 16 octobre et le 4 novembre 2018 et une autre étude d’impact auprès de 85 professionnels de santé qui, elle, a été conduite par l’institut de recherche DCDM, du 29 septembre 2018 au 25 février 2019. Les résultats ont été très encourageants car, en deux ans d’action seulement de GEM, la réputation du programme des 1 000 premiers jours auprès des futurs et jeunes parents est passée de 3 % à 12 %. C’est un signe que nous avançons dans la bonne direction», nous explique-t-il.

 

Toutefois, le Dr François Leung, pédiatre et président de l’association GEM, espère que naîtra une solidarité multidisciplinaire, notamment entre les professionnels de santé, les nutritionnistes, les groupes de soutien à l’allaitement maternel, les fabricants d’aliments pour enfants et nourrissons, les ONG et GEM car cela concerne la santé publique. «Nous lançons un appel au ministère de la Santé et de la qualité de la vie pour qu’il se joigne à nous dans cette démarche de sensibilisation et nous permette de distribuer les différentes brochures gratuitement dans l’ensemble des centres de santé et hôpitaux publics. Cela nous permettra de toucher l’ensemble de la population et plus particulièrement les personnes les plus vulnérables. Nous sommes même prêts à former tous les professionnels de santé des établissements de santé publics, qui sont en contact avec le public. De plus, cette année, nous ouvrons nos portes aux entreprises privées dans le cadre d’un partenariat social car nous voulons avoir une île Maurice qui soit en bonne santé.»