• Somayah Seetanah, 88 ans, mortellement poignardé lors d’un vol : Des adieux émouvants à «un homme droit et sans histoire»
  • Moi, gay et mes rêves pour mon île
  • Football Local : Ciel gris sur la MFA
  • De De Pyar De : L’amour est une ordure
  • Accidents fatals : Geeantee Rajeeb perd son fils et son époux à 15 ans d’intervalle
  • Actions et vérités
  • Concours Konpoz To LaMizik : c’est parti pour durer !
  • La vie de fashionista de Véronique
  • Laferm Coco ; c’est trop «dilo koko»
  • Red Bull Neymar Jr’s Five 2019 : Joker Wind valide sa participation

Hypertension artérielle : L’alimentation, la clé de la prévention

La nutritionniste Aroushinee Goorapah donne des  précieux conseils.

C’est la deuxième maladie en termes de prévalence, après le diabète, à toucher les Mauriciens. Et bien que silencieuse, elle peut s’avérer dangereuse si on n’adopte pas les bons gestes. L’un d’eux consiste à bien s’alimenter. La nutritionniste Aroushinee Goorapah nous en dit plus.

Elle court, elle court, l’hypertension artérielle. Causée par l’obésité, la sédentarité, le stress et l’hérédité, entre autres, cette maladie qui touche bon nombre de personnes dans notre île a aussi beaucoup à voir avec ce que nous mangeons et buvons. Ce n’est pas la nutritionniste Aroushinee Goorapah qui dira le contraire : «Nous sommes dans une ère où les gens ne meurent pas sans nourriture mais avec la nourriture. Et c’est tout aussi alarmant que s’il y avait une pénurie. Mais c’est simplement le fait que nous faisons le mauvais choix. Car nous avons à tous les coins de rue des points de nourriture et nous choisissons la facilité au lieu de la qualité. Avec le temps, cela a un impact considérable sur notre santé et favorise, entre autres, l’hypertension.»

 

Celle-ci est caractérisée par une pression anormalement élevée du sang sur les parois des artères. «Lorsque la tension artérielle est trop élevée, elle peut provoquer des dommages au niveau des artères, du cœur, du cerveau, des reins ou de l’œil. Donc, être hypertendu est très dangereux, surtout que de nos jours le stress est très courant et augmente les risques de faire une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral et d’avoir une insuffisance rénale. Tout ceci est lié au mode de vie et aux habitudes alimentaires. Donc, quand le diagnostic d’hypertension artérielle est fait, il est ordinairement suivi d’un traitement médicamenteux auquel il est favorable d’ajouter un régime alimentaire spécifique», souligne Aroushinee Goorapah.

 

Au-delà du traitement médicamenteux prescrit par le médecin, qu’il est essentiel de suivre, l’alimentation peut contribuer à la diminution de la tension artérielle. «Il faut, en premier lieu, diminuer sa consommation de sel au moment des repas. Réduire l’apport en sel et maintenir un équilibre alimentaire adéquat contribueront aussi à éviter la prise de poids et les accidents cardio-vasculaires. Car il faut savoir que, à l’exception du goût qu’il apporte aux plats, le sel n’apporte aucun nutriment spécifique pour le corps. Préférez des fines herbes et des épices pour rehausser le goût des plats.» La nutritionniste met aussi en garde contre les produits industriels, les plats prêts-à-manger, transformés, entre autres. «Ils sont tellement accessibles et addictifs que nous en oublions les poisons qu’ils contiennent. Les sauces industrielles (mayonnaise, sauce tomate, etc.), le beurre, le fromage, la charcuterie, les chips, les produits frits ou panés, les aliments en conserve, entre autres, sont chargés en sel et graisses saturées. Ces derniers, combinés à une hypertension artérielle, augmentent les risques d’un accident cardio-vasculaire.»

 

Toutefois, souligne la nutritionniste, il est important de comprendre que le fait de revoir son alimentation ne veut pas dire se priver mais réduire. «Les gens confondent souvent réduire et interdire. Normalement, nous devons consommer 5 grammes de sel par jour. Cela semble compliqué mais, au final, c’est très simple. Par exemple, si on mange du poisson salé, il ne faut pas rajouter de sel lors de la cuisson, pareil pour le thon en boîte. Concernant le fromage, limitons sa consommation à une ou deux fois par semaine, sachant que plus le fromage est solide plus il y a de sel pour le préserver.» Aroushinee Goorapah conseille aussi de limiter la consommation de viande rouge à une ou deux fois par mois et ce, sans ajouter de sel lors de la cuisson.

 

D’autres facteurs comme l’alcool, le tabac et la sédentarité influent sur la pression artérielle. «L’alcool et le tabac ont tous deux un effet néfaste sur les parois artérielles. Donc, l’arrêt du tabac et de l’alcool devrait être un des premiers réflexes à avoir en cas d’hypertension artérielle ou même pour prévenir celle-ci et préserver autant que possible l’état des artères. La sédentarité, en plus de favoriser le surpoids, a un impact négatif sur le cœur. Il est donc impératif de pratiquer une activité physique régulière et modérée afin de réguler la tension artérielle et d’améliorer globalement la santé cardiovasculaire», confie la nutritionniste.

 

Elle livre aussi d’autres précieux conseils pour maintenir la tension artérielle en équilibre : «Une bonne hydratation est primordiale car elle apporte une sensation de satiété et prévient le grignotage. Il y a aussi d’autres gestes simples à adopter au quotidien, comme lire les étiquettes des produits et préférer ceux pauvres en sel, inclure les légumineuses dans les divers repas ainsi que les noix non salées, les poissons, les féculents et autres aliments complets, entre autres, mais surtout privilégier le fait maison pour contrôler la qualité de ce qu’on consomme.»

 

Aroushinee Goorapah explique aussi que, dans certains cas, l’hypertension artérielle est génétique et que pour la prévenir, il est impératif d’agir dès le plus jeune âge mais aussi de faire des contrôles médicaux réguliers. Quoi qu’il en soit, une bonne alimentation est un must pour combattre cette maladie !