Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Mélasma : ces taches qui font de l’ombre au visage
  • Dans les marmites de Michael Korimbocus
  • Psycho-courrier : «Mon visage me dégoûte»
  • Décès tragique de Vinessen Magon, 20 ans - Sa mère Vimi : «Vaksin kinn touy mo zanfan»
  • Dr Deoraj Caussy : «Les petits sont aussi à risques, il faut les protéger»
  • Mort troublante de Keirah Esther, 15 mois, premier enfant à succomber au virus - Ses proches, entre révolte et chagrin : «Nous réclamons justice pour elle»
  • Noemi Alphonse : la fierté de son coach Jean Marie Bhugeerathee
  • Jean-Alain et Nathalie Alphonse : «Notre fille, notre force de la nature»
  • Elle atteint quatre finales et bat quatre records d’Afrique aux Jeux paralympiques de Tokyo : époustouflante Noemi Alphonse
  • Quatre pêcheurs disparaissent en mer - Les proches de Jovani Jackson : «La situation est de plus en plus angoissante»

Confi-gestion : pour faire taire l’angoisse

Votre cœur palpite. Vos pensées crépitent. Et en une fraction de seconde, vous avez l’impression que votre monde s’écroule sous une immense coulée de lave négative. Le confinement, les informations qui viennent de partout, les incertitudes quant à l’avenir, le climat anxiogène, la peur, l’ennui, ce bad feeling d’aller nulle part : un cocktail bien beurk pour provoquer les crises d’angoisse. Comment y faire face ? C’est toujours difficile d’avoir «la» bonne recette. Alors, nous vous en proposons plusieurs ! À vous de trouver l’astuce qui vous convient le mieux pour vous calmer quand vos angoisses deviennent larger than life et que le noir semble vous envahir. Néanmoins, si elles persistent, il serait peut-être temps de trouver l’aide d’un/e thérapeute. 

C’est quoi une crise de panique ? «Il s’agit d’un cri de détresse soudain qui prend le dessus et vous fait ressentir une perte de contrôle et une peur intense. Des symptômes effrayants peuvent survenir, comme un essoufflement, un cœur qui s’emballe, des sensations de picotements dans le corps, des nausées, une transpiration excessive ou même le sentiment que vous allez mourir», a expliqué la doctoresse et psychologue Danielle Forshee au magazine Bustle.

 

In the water. Non ! Pas besoin d’aller à la plage. D’ailleurs, vous n’en avez pas le droit en ce moment ! Pour réduire cette sensation d’anxiété, ça aiderait de plonger son visage dans un bol rempli d’eau froide : «Cela peut paraître étrange mais plonger son visage dans un bol ou un évier rempli d'eau froide peut arrêter une crise d'anxiété dans son élan. La fréquence cardiaque humaine ralentit de 10 % à 25 % lorsque notre visage entre en contact avec de l'eau glacée. C’est efficace lors d'une crise de panique parce que notre corps est physiologiquement en état d'excitation, le rythme cardiaque s'emballe», explique la doctoresse Danielle Forshee.

 

On respire. Bon, d’accord, vous allez dire que vous respirez tout le temps ; là, par exemple ! Mais nous parlons ici de respiration diaphragmatique : «En vous forçant à respirer à travers votre diaphragme, vous faites croire à votre cerveau que vous êtes dans un état de détente. Lorsque vous faites une crise de panique, votre cerveau crée ces symptômes physiologiques parce qu'il pense que vous avez besoin de protection. La respiration diaphragmatique enverra des signaux à votre cerveau pour dire que ce n'est pas le cas.»

 

On médite. Une petite pause pour se retrouver dans l’instant présent en pleine conscience. L’experte de santé mentale, Mary Beth Cooper, explique comment s’y prendre au magazine marie claire : «Observez précisément ce que vous voyez, en prenant note du spectre autour de vous. Choisissez ensuite un ou deux objet/s sur lequel/lesquels vous focaliser, cela peut être une photo ou un vêtement. Concentrez-vous sur ce que vous voyez pour vous éloigner de vos pensées. En vous forçant à analyser votre environnement, vous allez littéralement ‘‘sortir de votre tête’’, là où la panique se produit, et revenir dans le monde réel.» Vous pouvez aussi renverser cette négativité en vous répétant des mantras positifs.

 

Amize ! Quand ça ne va pas, prenez votre téléphone et jouez ! Écrasez des bonbons, imaginez-vous Lewis Hamilton sur un super circuit, détruisez les villages virtuels de vos voisins. Le docteur et psychiatre américain Prakash Masand l’explique au magazine marie claire : «Les jeux peuvent servir de distraction face à la peur ou aux symptômes corporels de l'anxiété. Téléchargez des jeux qui vous distrairont et vous feront oublier l'angoisse que vous ressentez.» Mais il n’y a pas que ça dans la vie, bien sûr : «Vous pouvez également opter pour de la musique relaxante ou des séances de méditation guidées.»

 

Posez-vous les bonnes questions. Une crise d’angoisse, ça peut vous aider à voir plus loin, plus clair ; c’est pour cela qu’il faut se poser les bonnes questions pour s’avancer : quelles sont les raisons de mon anxiété ? Est-ce que j’exagère ? Prenez le temps de penser à vos réponses. En plus d’en savoir plus sur vous, vous verrez, la crise d’angoisse s’envolera ; vous avez posé votre esprit ailleurs !