• Nouveau centenaire : Issac Jan Mahomed raconté par sa petite-fille
  • À Baie-du-Tombeau : un jeune trafiquant coffré avec Rs 29 M d’héroïne
  • Horizon Paris 2024 : les athlètes heureux de leur sélection
  • Marie-Kelly Somauroo ou l’art de créer des savons artisanaux
  • Allégations de complot contre Sherry Singh : quand le dernier «move» de Shameem One and Only «intrigue»
  • En cinq jours, il perd sa fille dans un accident et sa femme d’une maladie | Ignace Bothille, 80 ans : «Je suis effondré…»
  • Caroline Jodun dit «Merci» avec un troisième album
  • Arrestation de Bruneau Laurette : «Je serai un fighter jusqu’au bout»
  • Anaïs Lagrosse : ma toute nouvelle couronne de Miss University Africa Mauritius
  • Accusé de «Breach of ICTA» | Dhiren Moher : «Mo pann avoy okenn mesaz a karakter rasial»

Showkutally Soodhun acquitté | Vivek Pursun : «Ce n’est pas moi qui doit être jugé mais lui»

L’ancien ministre a annoncé sa candidature aux prochaines législatives.

Son incompréhension est totale. Le verdict rendu en cour intermédiaire, le mercredi 25 septembre en faveur de Showkutally Soodhun est resté en travers de la gorge de Vivek Pursun, témoin principal dans le procès intenté à l’ancien ministre du Logement et des terres par le DPP pour abus de pouvoir. «Il y a beaucoup de choses que je n’ai jamais dites et qui ont été mentionnées dans ce jugement. Je ne comprends pas et ce verdict m’étonne. Tout cela est un calcul mathématique. Ce n’est pas moi qui doit être jugé mais lui pour les propos racistes qu’il a tenus», lance Vivek Pursun.

 

Le politicien était accusé d’«abuse of authority by public official» pour avoir tenu des propos discriminatoires. Les faits se  seraient passés lors d’une réunion, le 17 juillet 2017, avec des habitants de Bassin qui faisaient part de leurs craintes face à un projet de la National Housing Development Company (NHDC). Showkutally Soodhun leur aurait, ce jour-là, donné l’assurance que ces maisons ne seraient pas octroyées à des Mauriciens d’une certaine communauté. Lorsque les enregistrements de cette conversation avaient fuité, il n’avait eu d’autre choix que d’abandonner son fauteuil ministériel.

 

Il y a quelques jours, la magistrate Meenakshi Gayan-Jaulimsing a prononcé un verdict d’acquittement, lavant le président du MSM de tout blâme. Dans son jugement, elle explique ainsi que le témoignage de Vivek Pursun n’est pas fiable et que ses propos ne sont pas crédibles. De plus, elle note qu’à aucun moment Showkutally Soodhun n’a donné de directives à la NHDC.

 

Vivek Pursun, lui, dit ne pas comprendre pourquoi son intégrité a été mise en doute. «Ce n’était pas mon procès mais celui de Soodhun. Où ai-je fauté ? C’est lui qui a tenu des propos à caractère communal. Au lieu de cela, on jette de la boue sur moi.» Aujourd’hui, il se pose de nombreuses questions. «Il y a une vidéo qui dit tout. La magistrate l’a-t-elle visionnée ? L’enregistrement dure une heure. Je maintiens mon point. La police m’a demandé et m’a dit de dire si oui ou non Soodhun avait tenu de tels propos. J’ai dit oui et c’est la vérité.» Ce qui est sûr, dit-il, c’est qu’il ne peut pas en rester là. «Je suis en consultation avec mon homme de loi et nous déciderons de la marche à suivre dans les jours à venir.» Une décision du DPP était attendue dans le cadre d’un éventuel appel, mais ce dernier a décidé de maintenir ce jugement.

 


 

«Justice a été faite»

 

C’est en larmes que Showkutally Soodhun a accueilli la nouvelle de son acquittement. «Pendant deux ans, j’ai subi beaucoup de misères, beaucoup d’humiliations. Aujourd’hui, justice a été faite.» À la question de savoir s’il va retrouver son fauteuil ministériel, le député a simplement lancé. «Le Premier ministre sait ce qu’il doit faire. Il sait tout. Il ne m’a jamais laissé tomber.» Lors d’un rassemblement organisé à Vacoas en son honneur, il n’a pas hésité à annoncer sa candidature aux prochaines élections. «Je serai candidat dans le nº 15. Il n’y a aucune raison pour que cela ne soit pas le cas.» Cependant, au Conseil des ministres, sa réintégration ne fait pas l’unanimité.