• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 

Des compatriotes au Canada Shashi Pittea, Sheika Dowagagee et Ivan Isabelle (ici avec des amis) racontent comment ils ont vécu le spectacle céleste quand la Lune s’est alignée parfaitement entre la terre et le soleil.

Elle a attiré la curiosité de millions de spectateurs... Une rare éclipse totale a traversé ce lundi 8 avril le nord du continent américain, du Mexique au Canada en passant par les États-Unis. Les éclipses totales ont lieu quand la lune se place exactement entre la Terre et le Soleil, bloquant ainsi temporairement la lumière (du soleil) en plein jour.

Au total, la progression de l’ombre de la lune sur le soleil a commencé à 18H07 GMT sur la côte Pacifique du Mexique et a traversé 15 États américains - du Texas au Maine - avant de terminer sa course dans l’est du Canada. La trajectoire de l’éclipse a pris ainsi environ une heure et demie pour parcourir son trajet au-dessus des trois pays. De par son côté très rare,  l’éclipse qualifié «d’événement céleste spectaculaire» a mobilisé des foules entières partout où elle était visible. Les foules ont crié, fascinées par l’obscurité qui survient en plein jour. Il y a aussi eu de nombreux rassemblements et festivals à travers les États-Unis, de nombreuses initiatives qui ont accompagné  l’événement céleste. Des compagnies aériennes avaient organisé des vols le long du trajet d’obscurité, et des hôtels qui, depuis plusieurs mois, ont préparé ce moment, ont affiché complet avec un afflux de visiteurs.

 

La prochaine éclipse totale visible aux États-Unis (hors Alaska) aura lieu en 2044 et avant cela, une éclipse totale aura lieu en Espagne, en 2026. «Spectaculaire», «inoubliable»..., les qualificatifs n’ont pas manqué pour décrire l’événement qui a aussi été suivi à travers le monde grâce aux directs proposés par des sites spécialisés. Mais ceux qui étaient sur place en ont pris plein les yeux, en respectant certes tous les paramètres de sécurité pour observer le phénomène. Ce ne sont pas des Mauriciens installés dans les pays où l’éclipse était visible qui risquent de dire le contraire.

 

«C’était une belle journée»

 

C’est de Montréal au Canada, que notre compatriote Shashi Pittea a vécu ce moment pas comme les autres. «J’ai entendu parler de l’éclipse, mais je n’avais pas l’intention de la voir au départ. J’ai entendu parler d’un mythe et je ne savais pas trop comment le prendre. Puis j’ai décidé de faire une petite sortie. Je me suis fait un petit pique-nique et j’avais emmené avec moi une canette de Pearona. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec l’éclipse. J’ai pédalé jusqu’à la rivière voisine, car j’ai entendu aux nouvelles que l’éclipse solaire serait visible à Montréal.  C’était une si belle journée avec le printemps  qui est enfin arrivé. Les oiseaux gazouillaient et je me suis rendu à vélo jusqu’à la rivière (les rives du St-Laurent). Je ne savais pas trop à quoi m’attendre, car je n’ai jamais vu d’éclipse de ma vie», nous raconte Shashi Pittea en revenant sur sa journée de lundi. Il régnait là-bas, raconte-t-il, une ambiance très particulière. «Je me suis assise au bord de la rivière, comme tous les habitants de la région. J’ai apprécié mon petit pique-nique et j’ai attendu. Une personne locale a vu que je n’avais pas de lunettes pour l’éclipse solaire, elle m’en a donné une. Un acte de gentillesse que j’ai vraiment apprécié. J’ai vu la lune se déplacer lentement. J’ai appris que je ne pouvais pas la regarder plus de trois minutes d’affilée, même avec les lunettes d’éclipse solaire. La nuit tombait et la température baissait. Je sentais qu’il faisait de plus en plus froid. Et juste comme ça, j’ai entendu les «Awwww» ou les «wow».  C’était spectaculaire. C’est le mot que j’emploie. J’ai senti que le monde s’arrêtait et que j’étais dans le cosmos. Il faisait nuit alors qu’il était encore 15h27 à Montréal et pourtant nous pouvions voir les couleurs des alentours comme si c’était le lever ou le coucher du soleil. Les oiseaux ont cessé de gazouiller. Pendant une minute, c’était calme. Je me sentais en paix et j’étais émerveillée», poursuit notre compatriote qui se souviendra de ce moment pour longtemps. «J’ai vu cet anneau de diamant autour de la lune. Ce n’était pas ce à quoi je m’attendais. C’était puissant et sublime. Je n’oublierai jamais ce moment. C’était comme voir la terre sous un angle différent et une expérience hors du commun. Peu après, la luminosité est revenue et il a fait à nouveau plus chaud. Le soleil a brillé à nouveau et nous avons tous repris notre  routine», conclut Shashi Pittea les yeux plein d’étoiles.

 

Comme lui, Sheika Dowagagee, une autre compatriote a aussi suivi l’éclipse de Montréal où elle habite. «Au moment de l’éclipse, j’ai eu des émotions très fortes. C’était époustouflant et tellement irréel. On se sent petit face à la nature», nous confie la jeune femme en nous racontant son expérience. «J’etais chez moi à Montréal.  Le soleil était radieux et le ciel était dégagé. Mes voisins se sont rassemblés pour assister à ce rare phénomène. J’ai installé mon trépied pour prendre quelques photos et vidéos. Durant l’obscurité, tout le monde applaudissait et disait «wow». Une chose que j’ai trouvée bizarre, c’est que les oiseaux semblaient en détresse et volaient partout. J’avais prévu d’assister à l’événement depuis longtemps et j’ai acheté les lunettes de protection en avance avant la rupture de stock. C’était très important pour moi d’assister à ce spectacle car je ne serai pas là pour la prochaine comme celle-la. J’ai pu retirer mes lunettes de protection pour contempler l’obscurité pendant environ une minute. J’ai vu apparaître des étoiles au-dessus de Montréal, c’était très spécial de voir la nuit durant le jour. Il y avait aussi une baisse de température provoquée par la disparition momentanée du soleil», souligne Sheika Dowagagee en partageant avec nous quelques clichés du phénomène.

 

Ivan Isabelle, un autre compatriote installé au Québec, s’est, lui aussi, créé un souvenir autour de l’éclipse de ce lundi 8 avril. «J’ai bien aimé vivre ce moment. C’est avec deux amis, Mathieu, qui vient de la Guadeloupe, et Sylvain qui est originaire de la Bretagne, que j’ai été voir l’éclipse. On a été au  Cap au Diable pour être partie prenante cet événement. Là-bas, il y avait beaucoup de familles et des jeunes qui s’étaient déplacés comme nous. Le phénomène a commencé vers 15h20. C’était important pour moi de le vivre car je pense que j’étais encore à l’école quand j’ai assisté pour la dernière fois à une éclipse à Maurice. Je suis aussi content d’avoir pu partager ce moment avec des amis de l’île Maurice à travers un live que j’ai fait», conclut Ivan Isabelle, content d’avoir été avec des millions de personnes au coeur d’un événement céleste spectaculaire...