• Consommation : les petits business en mal… d’œufs
  • Women Entrepreneur Awards 2024 : le défi de Kirti Sheonarain
  • Jeux olympiques & paralympiques : la France dans les starting-blocks
  • Il a joué dans «Indiana Jones», «The Walking Dead», «Fiasco» et «La Recrue» : les vacances mauriciennes de l’acteur Ethann Isidore
  • Deadpool & Wolverine : les super-héros Marvel s’amusent
  • Il a été jugé coupable du meurtre de Vanessa Lagesse après 23 ans : débats chargés d’émotion autour de la sentence de Bernard Maigrot
  • Jeux olympiques 2024 : nos athlètes en mode conquérant
  • Elle crée une cagnotte en ligne et a recours à l’expertise étrangère pour soigner son enfant gravement malade - Isabel Alves : «Je vais défoncer toutes les portes pour sauver mon fils»
  • La Mauricienne Kamla Beechouk, 62 ans, tuée chez elle à La Réunion - Sa meilleure amie Françoise Virama : «Elle était tout pour moi»
  • Adrien Duval nommé Speaker : analyses autour d’une «stratégie digne d'un jeu d'échec»

Quand le climat s’affole dans un monde qui se réchauffe

«À New South Wales, il y a eu un grand feu sur l’autoroute il y a un mois de cela tellement il faisait chaud ! On a aussi eu droit, ces derniers temps, à de violentes tempêtes et à de la grêle», nous confie notre compatriote Murielle Bontemps-Inassee  de Sydney, en Australie.

Selon les données officielles, le climat ne s’est jamais autant déréglé qu’en 2023. Entre les périodes de fortes chaleurs, les écarts de températures ou encore les phénomènes météorologiques extrêmes comme la planète en a rarement connu, le climat s’affole. Depuis le début de l’année, plusieurs pays font face à des violentes tempêtes ou à des grosses pluies qui provoquent de graves, impressionnantes et dangereuses inondations, et laissent des populations dans la désolation...

Tempêtes plus violentes, sécheresse, canicule… Le climat n’en fait qu’à sa tête dans plusieurs pays et tous les indicateurs sont au rouge. Entre les pluies diluviennes qui s’abattent un peu partout dans le monde, provoquant des montées et des accumulations d’eau, les incendies à cause des températures extrêmes et les vagues de chaleur qui sont de plus en plus fréquentes, la planète vit actuellement au rythme du dérèglement climatique. Et les conditions météorologiques spectaculaires dans plusieurs régions, qui provoquent souvent de gros dégâts et même des décès, en attestent.

 

Les phénomènes de ces derniers mois, comme par exemple les fortes précipitations dans le Pas-de-Calais en France et la Basse-Saxe et la Thuringe en Allemagne qui ont résulté en des inondations et des débordements de cours d’eau, ont démontré l’ampleur des dangers qui se multiplient et provoquent de grandes détresses dans des populations entières qui ont vu toute leur vie partir à l’eau. Et les jours se suivent et se ressemblent dans plusieurs pays. Dans l’océan Indien, l’île Maurice et l’île de la Réunion ont également été victimes d’inondations destructrices et ces derniers jours, de fortes pluies ont à nouveau paralysé plusieurs parties du monde, notamment des régions en France. À titre d’exemple, plusieurs communes et départements de l’Hexagone comme le Grand Morin, l’Yerres, la Marne et l’Oise ont été violemment touchés par d’importants épisodes de crue.

 

L’incompréhension, l’impuissance, la désolation... Les habitants des régions touchées, comme souvent dans ces moments-là, n’ont rien pu faire face à l’eau qui s’infiltrait et montait à une vitesse impressionnante dans les habitations. Dans certains endroits, le niveau d’eau est monté de 40 cm à 1 mètre et suite à la catastrophe, de nombreuses familles ont été évacuées et relogées. La commune de Pommeuse, où vivent 2 900 habitants, a été parmi les régions les plus touchées du département de Seine-et-Marne et les habitants se sont retrouvés impuissants, avec les pieds dans l’eau.  «Pommeuse a été coupée en deux», a déclaré le maire de la commune.

 

«Des températures au-delà de 35 degrés»

 

Durant la semaine écoulée, la Seine était d’ailleurs placée sous surveillance accrue car les hausses observées sur ses affluents, l’Yonne et le Loing, avaient provoqué une montée des eaux inquiétante. Dans une autre commune, à Saintes, dans le département de la Charente-Maritime, les habitants en ont plus qu’assez de la situation car ils ont connu trois crues depuis le mois de novembre. «Trois mois qu’on a les pieds dans l’eau», a déclaré un habitant en exprimant sa lassitude dans les médias. Et ce mardi 5 mars, la Charente-Maritime était encore en vigilance aux crues.

 

D’un continent à un autre, les mêmes préoccupations. Les phénomènes climatiques inquiètent et provoquent mal-être et malaises. À Sydney, en Australie, le dernier jour de l’été était caniculaire dans certains endroits. La Mauricienne Murielle Bontemps-Inassee en sait quelque chose. Selon notre compatriote, le changement climatique est bel et bien visible dans son pays d’adoption. «L’automne a commencé le 1er mars en Australie. Ce qui veut dire qu’il fera moins chaud. Bye-bye les 40 degrés ! Cet été, on a eu pas mal de jours avec des températures au-delà de 35 degrés. La chaleur en Australie est vraiment quelque chose de pénible à vivre. Si on n’est pas habitué, c’est difficile de faire avec. Là, où on habite, on a eu jusqu’à 42 degrés. C’est pour cette raison que la plupart des gens aiment aller dans les shopping malls pour profiter de la climatisation», souligne Murielle en précisant que le climat en Australie est vraiment imprévisible.

 

«L’Australie est un grand pays. Some places might be cold and some hot all year round. Un jour à Melbourne récemment, il a fait 40°C dans la matinée et dans l’après-midi, il y a eu une tempête. Comme quoi le temps est imprévisible. À New South Wales, il y a eu un grand feu sur l’autoroute il y a un mois, tellement il faisait chaud ! On a aussi eu droit, ces derniers temps, à de violentes tempêtes et à de la grêle. La chaleur a vraiment été insupportable cet été. Et le changement de climat et de température, qui peut être de 40 degrés à un moment, puis baisser tout d’un coup, rend les gens malades.  En Australie, on peut ainsi avoir quatre saisons dans une journée», conclut notre compatriote Murielle Bontemps-Inasee, qui est très consciente que le climat dans le monde s’affole de plus en plus...