• Constance Hotels and Resorts : la passion récompensée
  • Setec et Trimetys partenaires pour Cap Tamarin
  • Dans la cuisine de Brinda Bungaroo
  • Friends in Hope : La librairie du cœur
  • Pétards, fugues et chaleur : SOS toutous en détresse
  • Dragon Quest VIII : la grande aventure sur 3DS
  • Gravity Rush 2 : le sol est le plafond…
  • Accidents fatals : Les vies brisées d’Uzma Soogund, de Dastine Itteea et d’Ahmad Dreepaul
  • 11 ans après : la famille Ramlogun cherche justice désespérément
  • Ashish Takoordyal condamné à 35 ans de prison | Sila Ramlochurn : «Mon gendre mérite une peine plus lourde»

Trait D'humeur

Deux ans plus tard, le mirage…

Il y a deux ans, SAJ rendait Moïse jaloux avec les «12 commandements» de l’Alliance Lepep. Il y a deux ans, ses nouveaux potes – du PMSD, du ML – et lui nous vendaient du rêve. Trop désireux d’en finir avec le gouvernement, nous – du moins une majorité d’entre nous – avons voté pour leur programme alléchant. C’était le 10 décembre 2014. Et le lendemain, 11 décembre, Lepep prenait le pouvoir dans la liesse et… l’étonnement. Deux ans plus tard, où en sommes-nous ?Quel bilan pouvons-nous faire ? Y’a tellement à dire.

 

Passons sur les «affaires», les secousses et les guéguerres qui ont émaillé les deux ans de l’actuel gouvernement, passons sur le «deal papa-piti»(comme l’appelle l’opposition) qui veut que Pravind Jugnauth succède à son père à la tête du pays, arrêtons-nous sur ces promesses qui s’avèrent finalement être des mirages. Car c’est cela qu’on nous avait vendu, c’est cela que la population a voté, croyant dur comme fer en ce sanzmanqu’on lui promettait.

 

Ils avaient dit : «(…) Nous prenons le pari de réaliser un deuxième miracle économique.»Deux ans plus tard, toujours pas de miracle. Pas grand-chose pour relancer les activités économiques du pays et Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui avait réalisé le premier miracle aux côtés de sir Anerood Jugnauth dans les années 80, a finalement cédé son fauteuil de Grand argentier à Pravind Jugnauth. Mais depuis, toujours rien de tangible. Anne ma chère Anne, vois-tu venir le miracle ?

 

Ils avaient dit :«Nous allons créer des emplois (…) Nous comptons adopter une politique d’embauche fondée sur l’ouverture, la transparence et le mérite. Nous garantirons des chances égales à tous.»Deux ans plus tard, il n’y a certes pas eu d’augmentation dans les chiffres du chômage mais pas vraiment de baisse non plus. En juin dernier, Statistics Mauritius prévoyait un léger recul cette année : 7,7 %, contre 7,9 % en 2015. Donc, côté création d’emplois, on ne peut pas dire que le gouvernement innkas enn bel pake !Et comment parler de chances égales avec tous les proches de politiciens embauchés (au détriment d’autres ?) dans les hôpitaux notamment.

 

Ils avaient dit :«Nous comptons valoriser, faire respecter et protéger notre environnement, nos ressources naturelles, nos plages et notre patrimoine (…) Nous adopterons une politique de développement qui soit responsable et écologiquement durable.»Deux ans plus tard, alors là, c’est tout le contraire de ce qui a été annoncé.Plusieursplages, dont celles de La Cambuse, Pomponnette, St-Félix, Bel-Ombre,ont été cédées à des promoteurs hôteliers. Attisant la colère des citoyens et militants écolo. À Albion, le projet de centrale à charbon a été abandonné pour être remplacé par celui de la raffinerie pétrolière. Suscitant également un mouvement de révolte.

 

Ils avaient dit :«Nous réorganiserons la MBC afin qu’elle joue son rôle de radio-télévision publique. Nous introduirons la télévision privée (…)»Deux ans plus tard, il y a eu des semblants de changements àla MBC mais celle-ci demeure plus que jamais la télévision de propagande au service des gouvernants du jour. Il n’y a qu’à voir les JT pour en être convaincu. Quant à la télévision privée, on se demande si elle verra le jour dans les trois ans àvenir. Pas sûr.

 

Ils avaient dit tellement de choses et ce ne sont là que quelques gros mirages que Lepep nous a fait miroiter. D’autres promesses n’ont pas été tenues – arrêt de la politique des petits copains, faire de Maurice et de nos routes des endroits plus sûrs, entre autres –, certaines l’ont été – institution d’une Commission d’enquête sur la drogue, autorisation aux policiers de se syndiquer, etc. Bon, il reste encore trois ans à tirer, on verra bien si, au final, l’Alliance Lepep aura tenu ses promesses.