• Constance Hotels and Resorts : la passion récompensée
  • Setec et Trimetys partenaires pour Cap Tamarin
  • Dans la cuisine de Brinda Bungaroo
  • Friends in Hope : La librairie du cœur
  • Pétards, fugues et chaleur : SOS toutous en détresse
  • Dragon Quest VIII : la grande aventure sur 3DS
  • Gravity Rush 2 : le sol est le plafond…
  • Accidents fatals : Les vies brisées d’Uzma Soogund, de Dastine Itteea et d’Ahmad Dreepaul
  • 11 ans après : la famille Ramlogun cherche justice désespérément
  • Ashish Takoordyal condamné à 35 ans de prison | Sila Ramlochurn : «Mon gendre mérite une peine plus lourde»

Edito

[EDITO] Manz pistas, get sinema lopozision

Et qui du PMSD, du MMM ou du PTr fera la différence dans l’opposition ? Car même si Duval a été officiellement nommé leader de l’opposition sur la base du contrôle numérique des députés de ce côté-ci de la chambre, il est clair que ni Bérenger ni Ramgoolam ne laisseront au leader bleu la liberté de leur faire de l’ombre. Du coup, il y a comme une compétition entre ces trois leaders, qui ne se privent d’aucune gesticulation afin de cristalliser la déception de la population autour d’eux et de leur parti respectif. Personne n’est dupe du jeu de rapport de forces qui se joue entre ces trois blocs qui vont davantage multiplier les congrès, conférences ou manifestations, à l’instar de celle du PTr prévue demain, au square Guy Rozemont.  

 

L’agenda commun des chefs ne souffre d’aucune opacité, le but étant de se positionner comme alternative aux prochaines élections, de mesurer les options d’avenir en faisant alliance avec celui-ci ou celui-là. D’où les grandes manœuvres et tentatives sous couvert de sauvegarde de la démocratie. Faut dire, d’un autre côté, que le comportement du gouvernement, pressé de creuser sa tombe davantage chaque jour, rend service à l’opposition. à croire que le MSM, dont chaque nouvelle proposition/initiative se retourne contre lui, à l’exemple de la dernière polémique autour de la Prosecution Commission – qui lui a coûté la perte d’une dizaine de députés bleus –, est le meilleur agent de communication des partis de l’opposition.

 

Ainsi, Ramgoolam, «sérumisé» par les charges rayées contre lui, tisse patiemment sa toile, tente de retrouver une crédibilité et réitère actuellement son appel pour un front commun de l’opposition, après avoir évoqué un pacte républicain. Bérenger, qui avait lancé en premier l’idée d’une plateforme pour «contrer le deal papa-piti» et qui en parle peu depuis qu’il a constaté «un changement d’attitude chez Pravind Jugnauth», réaffirme sa volonté d’aller seul aux prochaines élections. Sauf que l’histoire de ses alliances politiques nous a appris comment réagir face à sa parole. Quant à Xavier-Luc Duval, il devra, dans son nouveau rôle, faire montre de perspicacité pour embarrasser un gouvernement dont il a fait partie jusqu’à récemment.

 

Si, pour l’heure, les trois partis nient des rapprochements les uns des autres, il est difficile de croire que nous nous dirigeons vers un nouveau paysage politique où aucune de ces formations ne fera alliance avec l’autre. D’où l’importance de garder notre vigilance citoyenne. Autant nous faut-il questionner le pouvoir, autant sommes-nous en droit de nous interroger sur l’agenda des partis de l’opposition. Car au-delà de vouloir barrer la route «à la dynastie des Jugnauth» dixit Ramgoolam, au-delà des déclarations de Bérenger qui a affirmé en conférence de presse hier «qu’il n’y a que le MMM qui a la capacité d’être à la tête du pays», au-delà des explications données par Xavier-Luc Duval, faisant croire que son parti a quitté le gouvernement sur une question de principe, il est temps de savoir en quoi ces partis-là sont plus crédibles que ceux actuellement au pouvoir. Ne parlons pas du Mouvement patriotique, complètement décrédibilisé depuis que ses membres ont fait des appels du pied au gouvernement.

 

Si nous sommes en droit de nous interroger sur les intentions des partis de l’opposition, c’est que, deux ans plus tard, après la cassure entre le MSM et le PMSD, les langues se délient et, à écouter SAJ affirmer qu’il n’y avait rien de commun entre le MSM et le PMSD, la conclusion est claire : l’Alliance Lepep, concoctée sur l’autel des intérêts en urgence, avait uniquement un but : empêcher Ramgoolam et Bérenger de prendre le pouvoir pour être à leur place. Hier, Xavier-Luc Duval était aux côtés de Pravind Jugnauth pour barrer la route au tandem Ramgoolam/Bérenger, demain, sera-t-il aux côtés du même Ramgoolam pour barrer la route cette fois à Jugnauth fils ? Bérenger ancien allié de Ramgoolam, sera-t-il cette fois en alliance avec le MSM de Pravind Jugnauth pour faire face au PTr/PMSD ? Lequel de ces trois partis, qui constituent l’opposition, fera la différence en respectant sa parole ? Le long-métrage de l’opposition ne fait que commencer…