• Ses jumelles siamoises se trouvent en Inde pour une séparation chirurgicale | Marie-Hélène Papillon : «Je prie très fort pour mes filles»
  • Noyades : Début d’année cauchemardesque pour quatre familles
  • Nouvelle année, nouveaux visages et nouveaux talents
  • L’affaire Medpoint au Privy Council : Pravind Jugnauth, un rendez-vous avec l’histoire
  • Quitte ou double !
  • Le mariage de la nature et du sport : les aventures de Patrick Haberland
  • Dylan Ramful (Mr Savanne 2018) : «Je dédie ce titre à mes parents»
  • Géraldine Benoit (Miss Savanne 2018) : «J’ai appris à me redécouvrir»
  • Hasnaa Namooya : Dans la bulle d’une créatrice
  • Akhil Tooree : fashion story !

Le bonheur est dans le foot !

Et vous alors, quels sont vos pronostics ? Quelles sont les deux équipes qui s’affronteront en finale de la Coupe du Monde 2018 ? Question excitante qui provoque déjà de passionnants débats (et qui enflamme notre rédaction) mais quelle joie que le Mondial ne se résume pas uniquement à une affaire de finale !

 

Car pendant tout un mois, nous allons vibrer ; pendant tout un mois, nous serons heureux de nos sommeils perturbés ; pendant tout un mois, nous prendrons plaisir à charrier les autres quand ce ne sera pas l’inverse les jours de défaite de nos équipes préférées. Y a-t-il meilleure communion de toute la planète que ce foot qui nous fait exploser de joie, ce foot qui provoque nos larmes de bonheur ou de tristesse, voire nos grandes déceptions face à certaines défaites ? Bref, dès le 14 juin, et ce jusqu’au 15 juillet, tous les amoureux du foot seront happés par une panoplie d’émotions ! Mais pas qu’eux. Et c’est ce qui fait la beauté de la Coupe du Monde. Comme nous le racontent les pages de ce supplément spécial.

 

Car on peut ne pas être un/e fidèle des pages de sport, on peut négliger tous les championnats du ballon rond de l’année, on peut rester indifférents devant le mercato, mais la Coupe du Monde est une autre histoire. Et elle est particulièrement belle. Parce qu’elle a non seulement ce don de réunir les peuples des pays participants derrière leurs drapeaux, mais au-delà du patriotisme des 32 nations, elle réussit à rassembler des centaines de milliers de supporters qui vivent aux extrémités de la planète, qui ne se connaissent pas mais qui partageront un bonheur égal devant la diffusion d’un match, avec parfois la même affection pour une équipe de cœur ou encore éprouvant une admiration collective pour ces grands joueurs de talent qu’on aimera voir évoluer juste parce que c’est eux.

 

De Salah (dont on espère vivement le retour) à Ronaldo, en passant par Messi, Neymar, Mbappé et tant d’autres, il y a de ces incontournables stars qu’on admirera, indépendamment de leur rôle de porte-drapeaux. Devant combien d’analyses, de convergences d’opinions, de désaccords, de débats enthousiastes sommes-nous ? Car s’il faut reconnaître au foot une autre capacité, c’est bien celle d’avoir le pouvoir de raffermir les liens, sociaux ou familiaux.

 

Que ce soit dans le confort de nos salons ou sur grand écran, en famille ou entre amis, les soirées foot ont toujours cette ambiance conviviale avec des pointes d’émotions qui restent longtemps gravées dans nos têtes et dans nos cœurs. Tant mieux. D’autant que, à un moment où notre pays est secoué par des événements dont on aurait pu se passer, ce mois rempli de promesses ressemble à une bouffée d’air frais.

 

Et par les temps qui courent, il serait salutaire de faire siennes toutes les valeurs véhiculées par le sport roi : fair-play, respect, solidarité, tolérance. Soyons beaux joueurs. Soyons bienveillants. Il est où le bonheur ? Il est là, dans le foot !