• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

L'image brouillée d'une opposition fragile

Retour à la case départ ! Et tout est à recommencer ! La réunion du trio de l’opposition ce samedi n’a pu officialiser la réconciliation attendue et la répartition des tickets ! Les compromis et sacrifices semblent plus difficiles que prévu. On finira par croire que les leaders eux-mêmes ne sont pas convaincus tant le manque de sérénité lors de leur brève déclaration à la presse fut visible. Du coup, après une longue semaine de tensions dans leur rang, le trio PTr-MMM-PMSD continue à projeter une image fragile et légère.

 

Est-ce que la formule 35-17-8 connaîtra des changements après la «dignité blessée» d’un PMSD qui ne souhaite pas avoir le rôle de vase à fleurs ? Finira-t-il par rentrer dans les rangs après le nouveau rendez-vous des chefs prévu ce dimanche ? Si la rencontre entre les différents leaders est censée traduire un apaisement, l’on aura constaté que c’est entre les mauves et les bleus que se situaient les hostilités ! Les propos de Bérenger lors de la conférence de presse solo du MMM le samedi 6 avril dernier laissent penser que les bénéfices mauves avaient déjà été envisagés en cas de départ des Bleus : «Si PMSD nepli la, tou rediskite lerla.»

 

Est-ce qu’au fond le MMM souhaitait ce scénario en vue d’une alliance Rouge-Mauve afin de garantir un nombre plus important d’investitures après son insatisfaction devant les 17 tickets obtenus ? Allez savoir ! En attendant, il est donc revenu à Ramgoolam – qui avait choisi la stratégie du silence pendant tout le branle-bas de combat initié par les bleus– de faire oublier les ressentiments en arbitrant le match Bérenger-Duval avant la rencontre commune de ce samedi !

 

Une première mise à l’épreuve pour le leader des Travaillistes qui, d’un côté tente de ménager le PMSD pour ne pas décrédibiliser une alliance susceptible d’exploser à la veille du 1er mai, tandis que de l’autre, il ne veut augmenter le quota des 8 tickets proposés, histoire de garantir une majorité confortable en cas d’éventuelle victoire !

 

Tant que ces secousses ne s’estompent pas, tant que l’opposition - qui prend du retard sur la mobilisation du meeting du 1er mai – n’arrive pas à se mettre d’accord sur le nombre de tickets de chaque partenaire, elle ne pourra rassurer le public sur sa capacité à représenter l’alternance au pouvoir ! 

 

Pendant que Jugnauth rit sous cape devant le mauvais cinéma de ses adversaires, le trio PTR-MMM-PMSD qui pourtant promet une soi-disant «rupture», se concentre sur la guerre des places, assortie de ses calculs castéistes, en délaissant les véritables interrogations du public.

 

À l’heure où, encore une fois, le rapport de l’audit montre d’incroyables gaspillages de l’argent public, dans une indifférence totale des autorités qui se délectent à commenter la crise chez leurs adversaires au lieu de rendre des comptes aux contribuables, l’opposition, elle, préfère d’autres batailles que d’expliquer sa vision sur ces rapports dormant dans des tiroirs ! À l’heure où l’augmentation des prix dans les supermarchés et les pharmacies continue son ascension, l’alliance PTR-MMM-PMSD préfère se concentrer sur les investitures des uns et des autres ! Comme s’il suffisait de dénoncer tous les maux auxquels la société mauricienne fait face ! Comme si l’objectif est uniquement de faire chuter Jugnauth pour le remplacer par Ramgoolam !

 

Face à tout ce remue-ménage dans les rangs de l’opposition, Jugnauth, qui ne rate aucune occasion pour concentrer ses tirs sur les coffres-forts de Ramgoolam, a pris une avance au travers d’une démonstration de force avec la mobilisation de ses troupes le 6 avril dernier ! Le jeu est clair : créer un impact psychologique, pouvant influencer les indécis à choisir le camp de ce qui s’apparenterait à une future victoire !

 

À deux semaines du premier mai, l’avenir de l’opposition traditionnelle est toujours incertain ! Car c’est encore une fois le retour à la case départ !