• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

SALT of Palmar et Laventure Technical School for Disabled : une mission sociale et solidaire

L'équipe de SALT of Palmar se rend souvent sur place pour des ateliers  de travail avec les enfants.

Make a change, help a child. À travers ce programme communautaire, SALT of Palmar vient en aide aux enfants de Laventure Technical School for Disabled afin de leur permettre de développer connaissance et savoir-faire. 

Un engagement qui défie le temps et les barrières. Au fil des années, le lien qui unit l’établissement hôtelier SALT of Palmar et l’association Laventure Technical School for Disabled ne fait que se renforcer, pour le plus grand bien des bénéficiaires de cette école spécialisée. Voilà quatre ans déjà qu’ils font un bout de chemin ensemble.

 

Pour mieux soutenir cette association, qui accueille les enfants et les jeunes atteints d’un handicap de la région de l’Est, l’équipe CSR de SALT of Palmar a récemment lancé un nouveau projet communautaire intitulé Make a change, help a child qui consiste à avoir un impact positif sur la vie de ces jeunes qui vivent avec un handicap, explique Kunal Chatoo, Human Resource Manager de SALT of Palmar. L’objectif est de leur donner les outils nécessaires afin qu’ils puissent, à la fin de leur scolarité, être des citoyens debout, autonomes et indépendants. «Nous avons réfléchi à comment aider à faire du bien autour de nous, au sein de notre communauté. Outre notre engagement pour l’environnement, soutenir et aider Laventure Technical School for Disabled est un programme qui nous tient à cœur. Nous nous rendons à l’école plusieurs fois l’année pour parler aux enfants, faire des activités, mais surtout les initier aux métiers de l’hôtellerie afin qu’ils puissent comprendre ce qu’ils peuvent faire et développer un potentiel.»

 

Bénéficier d’un tel soutien, confie Yogesh Ancharaz, fondateur et président de Laventure Technical School for Disabled, qui propose une éducation pré-primaire, primaire et vocationnelle, est essentiel dans la mission qu’ils se sont donnée. «J’ai créé cette association en 2005. Étant moi-même malvoyant à l’époque, je voulais aider ceux qui, comme moi, devaient vivre avec un handicap. Nous avons commencé avec sept élèves et aujourd’hui, nous accueillons plus de 70 enfants et jeunes de la région de l’Est, qui souffrent d’un handicap physique ou mental. Notre mission, c’est de promouvoir l’éducation auprès de ces enfants pour que demain, ils puissent se mettre debout sur leurs pieds, être indépendants et avoir une vision dans leur vie.» Outre le volet académique, les élèves bénéficient de plusieurs formations allant de la peinture à l’agriculture, en passant par la pyrogravure, le sport et l’IT. Dans cette optique, l’aide de SALT of Palmar est donc un important coup de pouce. «Depuis quatre ans, SALT of Palmar est toujours à nos côtés et c’est une aide précieuse. Grâce à leur soutien, nous avons pu faire des travaux de rénovation, asphalter la cour et nous recevons aussi des équipements. Ils nous visitent plusieurs fois l’année pour échanger avec nos élèves qui apprennent beaucoup de ces séances de partage. Nous avons aussi eu l’occasion de nous rendre à l’hôtel où l’accueil a été magique, ce qui a permis à nos enfants de passer un moment incroyable.»

 

Opportunités

 

Jusqu’ici, les élèves de Laventure Technical School for Disabled ont eu droit à plusieurs sessions de travail avec les équipes de l’hôtel. Il y a eu, par exemple, explique Kunal Chatoo, des ateliers sur la restauration et le service, la coiffure et les massages, le housekeeping et le jardinage. «Lors de notre dernière visite, nous nous sommes concentrés sur les activités de wellness. Le but était non seulement de leur présenter une possibilité de carrière mais aussi de les faire profiter de ces activités de bien-être qui sont appropriées pour eux dans leur vie de tous les jours. Ce qu’il faut savoir, c’est que tout ce que nous leur enseignons pendant nos rencontres est ensuite ajouté à leur time-table et la formation se poursuit par le staff de l’école.»

 

Pour Yogesh Ancharaz, les élèves ressortent grandis et mieux équipés de ces ateliers de travail. «À travers ces formations, non seulement ils apprennent mais ils comprennent aussi qu’il y a des débouchés possibles pour eux et ça les motivent. Même s’ils n’arrivent pas à décrocher un travail, ce qu’ils ont appris leur servira dans leur vie de tous les jours. Par exemple, ils pourront faire leur chambre, faire un peu de jardinage.»

 

La prochaine session de travail, lance Kunal Chatooo, sera consacrée aux Arts and Crafts. «À travers ces activités, nous voulons leur faire découvrir les possibilités, les opportunités qui sont disponibles pour eux. Tout ceci est fait dans l’objectif de les aider à mieux avancer dans la carrière qu’ils s’apprêtent à choisir et dans leur vie en général.» Du potentiel et du talent, les élèves de Laventure Technical School for Disabled en ont à revendre. D’ailleurs, grâce au savoir-faire qu’ils ont pu développer lors de leur classe de peinture, les canevas réalisés par les élèves sont aujourd’hui mis en vente dans la boutique de l’hôtel et les recettes sont ensuite directement reversées à l’école. Ils ont aussi pu faire de jolies rencontres : «Le fait de faire des tableaux qui sont ensuite vendus aux touristes leur apporte un sentiment de satisfaction et de self-esteem. Nous avons même reçu la visite de touristes à l’école. L’un d’eux, qui est un célèbre joueur d’échec, a passé une demi-journée avec les enfants à leur apprendre à y jouer.» Une manière, dit-il, pour les enfants de s’ouvrir au monde qui les entoure.