• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

FoodWise : l’éducation, la clé contre le gaspillage alimentaire

Une des sessions du programme MEAL à l'École de Fatima, animée par FoodWise.

Aller à la rencontre des enfants et des jeunes issus de milieux précaires pour rendre l’éducation alimentaire plus accessible. Tel était l’objectif de MEAL, un programme lancé par FoodWise dans six écoles. Face au succès de cette première édition, le projet sera étendu…

Commencer à la base pour inculquer, dès le plus jeune âge, la bonne philosophie et les bons gestes par rapport à la nourriture. Il y a quelques mois, soit en février, FoodWise, entreprise sociale devenue un acteur incontournable dans la lutte contre le gaspillage et l’insécurité alimentaire, lançait, sur une base pilote, MEAL, un programme éducatif dans les écoles pour une campagne de sensibilisation à la nutrition et au gaspillage alimentaire. Ainsi, pendant six semaines, grâce à l’expertise et au savoir-faire de l’équipe de FoodWise, les enfants ont reçu les informations et outils nécessaires afin de mieux comprendre le rôle que joue l’alimentation dans leur vie et dans le développement socio-économique du pays. La première édition, qui a vu la participation de 125 élèves, âgés entre 9 et 12 ans, s’est clôturée avec plusieurs cérémonies de remises de certificats de participation, qui ont eu lieu ces derniers jours dans toutes les écoles impliquées.

 

Pour Nicole Forrest, Nutrition Project Lead à FoodWise, ce projet est en ligne avec la mission de l'entreprise sociale, qui est de favoriser la redistribution alimentaire, permettant ainsi aux entreprises de sauver leurs surplus alimentaires et aux plus vulnérables de recevoir des repas pouvant alléger un tant soit peu leur fardeau. Aujourd’hui, explique-t-elle, ce sont plus de 250 entreprises qui se sont engagées auprès de FoodWise pour sauver 3 500 000 de repas. Néanmoins, ce sont 100 000 repas qui sont jetés au quotidien, alors que plus d’un quart des Mauriciens souffrent d’insécurité alimentaire et de diabète. «Aujourd’hui, FoodWise est bien plus qu’une activité de redistribution alimentaire mais un mouvement pour tous les Mauriciens afin de lutter contre le gaspillage alimentaire. L’éducation est donc un pilier de ce mouvement. Depuis quatre ans, des initiatives ont été mises en place avec les entreprises et les politiques. Aujourd’hui, avec ce programme, nous voulons toucher les écoles car à travers elles, on touche aussi les adultes. Il est crucial que les programmes scolaires évoluent pour inclure la sensibilisation à l’alimentation et au gaspillage alimentaire, le changement climatique, entre autres.»

 

Le programme MEAL vient donc complémenter l’action de FoodWise, amenant même leur mission encore plus loin. «C’est une bonne chose d’avoir une action concrète mais il est nécessaire d’aller plus loin et de créer un changement de mentalité au niveau des habitudes alimentaires. Les jeunes sont les acteurs de la société de demain. Ils seront responsables de leur santé et de la valeur qu’ils choisiront de donner à la nourriture. Si nous commençons à les sensibiliser dès maintenant, nous leur ouvrons la voie vers un mode de vie plus sain et plus durable. Avec le programme MEAL, nous voulons donner aux jeunes les connaissances nécessaires pour choisir les aliments qu’ils consomment quotidiennement afin que ces derniers aient un impact positif sur leur santé, leur environnement mais aussi leur porte-monnaie. La beauté de la lutte contre le gaspillage est que cela nous permet de consommer mieux mais à moins cher.»

 

Acteurs du changement

 

Pour cette première, FoodWise a pu compter sur le soutien de Rogers Hospitality et six écoles ont été choisies : RCA St François, ANFEN École de Fatima, ANFEN Centre de formation Joie de Vivre, ANFEN Centre d’apprentissage Paille En Queue, ADRA Centre de jeunesse adventiste et Atelier technique de Caritas Rivière-Noire. «Notre expérience avec les écoles a été formidable. Les enfants sonttoujours motivés, à l’écoute, et sont surtout curieux de découvrir ce qu’ils pourront bien apprendre durant chacune des sessions ! Chaque session se veut interactive et singulière, tout en tenant compte du milieu socio-économique de ces enfants, dont les besoins fondamentaux ne sont pas toujours satisfaits. Nous avons développé du matériel pédagogique pour que les enfants puissent tirer le meilleur parti de leur apprentissage. Cela comprend des posters, des puzzles, des quiz et des ustensiles de cuisine, entre autres», souligne Nicole Forrest.

 

Des activités ludiques et amusantes qui ont pour but de permettre aux jeunes de mieux comprendre l’impact de leur alimentation sur leur corps et sur notre planète. «Nous souhaitons qu’ils aient les connaissances de base en matière de nutrition pour pouvoir être acteurs du changement. Ce programme est aussi un moyen pour les jeunes issus de milieux défavorisés de travailler en équipe, d’exprimer leur créativité, de sortir des livres pour toucher à des sujets de leur quotidien. Grâce aux sessions, ils ressortent de là avec les outils nécessaires pour qu’ils puissent grandir et adopter des habitudes alimentaires plus saines malgré le milieu dans lequel ils grandissent. Et qui sait, peut-être même qu’ils développeront un intérêt particulier et opteront pour un métier dans l’alimentation ou le développement durable.»

 

Face au succès de cette première cohorte et grâce à l’aide de Maurilait, le projet MEAL sera étendu à quatre écoles supplémentaires avant d’être validé définitivement et d’être proposé à de nouvelles écoles où les enseignants pourront eux-mêmes dispenser le programme. «Nous souhaitons rendre ce programme accessible à toute école souhaitant l’introduire au sein de leur cursus scolaire, en leur offrant les supports nécessaires. Nous créons des kits pédagogues complets pour les enseignants avec des vidéos, des jeux et des fiches techniques. Nous serions ravis de collaborer avec le ministère de l’Éducation pour inclure ce programme dans le cursus scolaire et permettre à un maximum d’élèves d’en bénéficier.» Ce serait, lance Nicole Forrest, un important pas en avant dans la lutte contre le gaspillage et l’insécurité alimentaire.