• Le bal des congrès du MSM ouvert : Pravind Jugnauth tire sur ses adversaires et se défend
  • Lettre anonyme qu’un Senior Advisor du PM aurait envoyée contre elle - Ameenah Gurib-Fakim : «C’est inacceptable qu’on m’ait mis tout ça sur le dos»
  • Accord PTr-MMM-PMSD : des observateurs entre espoir et scepticisme
  • Accord PTr-MMM-PMSD : les nouvelles cartes de l'opposition…
  • L’infini duel Jugnauth-Ramgoolam !
  • Laal Singh Chaddha : «Forrest Gump», aux saveurs de Bollywood
  • La Vierge Marie, la «mère douce et protectrice» au coeur des familles mauriciennes
  • Fête de l’Assomption : quand l’APEIM fait briller les couleurs de Marie
  • Chelsea vs Tottenham : nouvelle saison nouvelle ambition
  • 14e journée : Colour My fate sous 54.58s !

Pistas sale : cette prochaine chanson qui croque le mauricianisme

Une nouvelle collaboration pour l'artiste, qui nous propose un single en compagnie de Menwar.

Une vision, une aventure et des collaborations. Alex Margéot, que l’on connaît pour sa musique (il est issu du College Music of Boston et a bossé avec Philippe Thomas, Hans Nayna ou encore Jason Heerah) et qui vient aussi d’une famille musicale (c’est le frère du chanteur et musicien Sébastien Margéot et le neveu de feu Ernest Wiéhé), nous parle ici de son tout premier single bien mauricien, qui sort le 13 juillet, avec aussi un clip. Entre-temps, l’artiste nous ouvre les portes de ce Pistas sale, morceau sur lequel l’incontournable Menwar pose sa voix…

Le projet : «En 2020, il y avait cette grande marche de protestation à Port-Louis après le naufrage du Wakashio. J’étais présent… Partout où je vais, j’emmène mon recorder pour enregistrer des sons ; quand je vais à la plage, à la mer ou même dans la rue. J’aime enregistrer des sons. Lors de cette manifestation donc, je suis tombé sur un marchand de pistaches qui vendait ses pistaches en scandant Pistas sale, pistas bwi. Quand j’ai écouté à nouveau ce son, j’ai trouvé ça tellement atypique. Ce marchand chantait ! J’ai essayé ensuite d’harmoniser ça au piano et je me suis rendu compte que j’avais là quelque chose qui pourrait devenir une chanson, un single.»

 

Menwar : «Je voulais une voix authentique, une forte personnalité, pour la chanson. Bref, quelqu’un qui pourrait bien porter cette chanson. Menwar s’est vite imposé, d’autant que c’est quelqu’un que j’ai souvent côtoyé ainsi que ma famille. Il était heureux de participer à ce projet où il a non seulement apporté sa voix mais aussi inclus le pistas, un instrument de percussion artisanal qu’il a concocté avec des coques de pistaches séchées. Avec l’apport de plusieurs autres musiciens comme Christophe Bertin, Ti Punk, Olivier David et Steven Bernon, le tout s’est mis en place.»

 

Le clip… récompensé : «Nous avons tourné le clip au cœur de Port-Louis, à la gare, dans des boutiques. Le tout a été réalisé par François Wiéhé de Magama Films. Là aussi, comme pour le morceau, on cherchait quelque chose d’authentique et de mauricien, loin de la carte postale. Le clip, avant même qu’il ne sorte le 13 juillet, a déjà eu un prix : celui du Best Director of Photography au Music Video Underground Festival qui s’est déroulé récemment à Paris – un événement qui a récompensé plusieurs clips, notamment ceux d’Adèle et de Vanessa Paradis. Et ce n’est qu’un début puisque Pistas sale est inscrit dans d’autres compétitions internationales.»

 

La suite : «Je prépare actuellement mon premier album qui verra la participation de plusieurs chanteurs et musiciens. Plusieurs univers musicaux vont se mélanger, avec du rap ou encore du blues. Mais je ne peux pas en dire plus pour le moment…»