• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Festival Mama Jaz : Dezorder  : une histoire de rencontres… et de notes

Et c’est parti ! Le Festival Mama Jaz bat son plein avec des concerts au Caudan Arts Centre les mercredis avec des artistes d’ici et d’ailleurs et les dimanches au Creative Park de Beau-Plan. On a parlé avec le trio mauricien qui sera sur scène ce mercredi 10 avril, le groupe Dezorder (jeu de mots pour Days Order), composé de Christophe Joseph (batterie), Vincent Nombro (clavier) et Jean-Jacques Valéry (basse).

Parlez-nous de votre rencontre à tous trois…

 

Ce sont d’abord Vincent et Jean-Jacques qui se sont rencontrés à travers un groupe de jeunes, finissant par évoluer ensemble dans une formation qui jouait dans divers hôtels. Christophe et Vincent se connaissaient déjà du Conservatoire National François Mitterand, et il n’a pas fallu longtemps pour que l’envie de faire une musique alternative naisse, ce qui a été le besoin rassembleur pour ce jeune trio.

 

À quoi s’attendre sur scène avec vous ?

 

La naissance d’une musique vibrante et teintée de nos vies, des rebondissements constants et secouants, des histoires légères et l’angoisse d’un dévoilement total, des éclats de rire et de la complicité. Une heure et 15 minutes d’insanité et de sensibilité, humaine surtout. Entièrement avec des compositions originales, sans retenue et sans vergogne.

 

Selon vous, comment se porte la musique à Maurice et qu’en est-il du jazz ?

 

Toute musique est un reflet de son temps et de son environnement. À l’heure du numérique à haute vitesse et à haute fréquence, où l’importance du paraître, dissocié de la réalité, est la première directive, la musique n’est pas épargnée. Alors que l’accès à la production de musique a été démocratisé, les voix et les tendances n’ont que perdu de leur diversité, dans un élan conformiste désespéré pour se faire valider et, avec un peu de chance, être célébré. Mais à tout mouvement, il existe son contraire. Un courant alternatif de voix singulières fait discrètement son chemin à travers toutes les plateformes et styles, ouverts aux histoires dans le cœur des gens.

 

Quels sont les projets de votre trio après le festival ?

 

Rien de définitif, nous restons à l’affût de toute opportunité valide pour travailler encore et toujours, vers une voie fraîche et dynamique, toujours à l’écoute.

 

Le programme

 

Grands concerts les mercredis à 20 heures au Caudan Arts Centre :

 

10 avril : formation mauricienne Dezorder
17 avril : formation espagnole Sumrra
24 avril : Manu Desroches et ses amis présentent La Ter Le Siel, une création avec Jalil Auckbaraullee (batterie), Gino Chantoiseau (direction musicale et basse), Manu Desroches (composition, voix, guitare et percussion), Patrick Desvaux (guitare), Jhonny Joseph (batterie et percussions).
Billets à Rs 800 pour ces concerts, en vente au Caudan Arts Centre et sur le site caudanartscentre.com.
Les Mama Piknik, les dimanches au Creative Park de Beau Plan (entrée gratuite, apportez de quoi manger et boire)
7 avril : 12-15 heures et 16h30-18 heures - Lucky Monkey aux platines ;
15 heures-16h30 : Philippe Thomas Trio
14 avril : 12-15 heures et 16h30-18 heures - Brainlove ; 15 heures-16h30 - JYSE XP avec Yan Boodhoo (batterie), Jean-Noël Ladouce (saxo), Steve Desvaux (basse) et Evans Maurer (clavier)
21 avril : 12-15 heures et 16h30 à 18 heures - Ayef ; 15h30-16h30 -  Kolektif Desvaux Bertin
28 avril : 12-15 heures et 16h30-18 heures - Matsonic ; 15 heures-16h30 - Groupe ELEKTRIK avec Jérémie Augustin (basse), Fabien Gourdin (batterie), Ryan Lacire (clavier), Samuel Laval (composition, saxo et clavier), Nethaneel Sahye (guitare), avec aussi en featuring Jerry Leonide.
Deux masterclass au Caudan Arts Centre (entrée à Rs 1 000) :
20 avril (Gino Chantoiseau) et 27 avril (Jerry Léonide)  : 10 heures à midi (12-18 ans – Rs 250) et 14-16 heures (18+ ans – Rs 1000)
+ des festivités sur les réseaux sociaux et les radios pour l’International Jazz Day le 30 avril