Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5plus - dimanche

En raison de la période de confinement, certains de vos points de ventes habituels sont fermés.

Retrouvez l’édition de de 5-Plus dimanche sur le Kiosk digital.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous.

  • Premier League : Manchester City règne sur l’Angleterre
  • Déconfinement et déconfiture
  • Coup d’envoi de la saison hippique hier : chutes en série… et décès du jockey Nooresh Juglall
  • Les trois frères Gurroby arrêtés après la saisie record de Rs 3,7 milliards de drogue - Anna, leur mère : «C’est dur de voir mes enfants accusés à tort»
  • Aidons à sauver le Musée de la Petite Collection
  • Se divertir malgré les restrictions : comme une envie de prendre l’air
  • Autonomisation des personnes en situation de handicap : Vibhesh Santoo, 22 ans, s’engage
  • Crime à Grand-Gaube : la version de Michelle Ropa intrigue les enquêteurs
  • Covid-19 : plusieurs personnes coincées à l'étranger depuis plus d’un an - La Mauricienne Ranini Cundasawmy, en Thaïlande avec son époux : «Comment nous nous sommes retrouvés bloqués là-bas»
  • Mon expérience de la quarantaine

Johnny Hallyday le tribute : la petite salle des merveilles

Beaucoup de positivité et d’énergie lors des répétitions, mercredi.

Il ne reste plus beaucoup de places… Les choses vont bon train depuis environ un an en vue du concert-hommage à Johnny Hallyday. Le mercredi 26 août, nous avons assisté aux dernières répétitions pour cet événement qui devrait se tenir au Caudan Arts Centre les 5 et 6 septembre. En attendant la répétition générale sur le lieu du spectacle, les rehearsals se font deux fois par semaine à Beau-Bassin chez Thibaut de Robillard, l’un des directeurs musicaux du show. Un show qui est une initiative de Jean-Michel Ringadoo qui sera la voix de Johnny Hallyday.

Tout un chemin parcouru pour le chanteur lyrique, «métalleux» pur jus qui a basculé dans le classique mais qui n’oublie jamais un bon rock. À l’âge de 24 ans, il se découvre une affinité avec Johnny Hallyday lors d’une soirée karaoké où il propose Allumer le feu au public présent. «Il y a des morceaux qui me parlent plus que d’autres dans la discographie de Johnny, et pas forcément des morceaux connus et aimés du grand public, comme Marie ou Quelque chose de Tennessee. J’aime particulièrement une chanson du nom de Quelques cris sur l’album Sang pour Sang (…) En fait, je suis plus dans la période rock’n’roll que yé-yé», confie le rocker.

 

La touche féminine n’est pas en reste, avec les choristes Annabelle Ribot et Anne-Claire Lam. «On a l’habitude d’autres registres comme la variété ou le chant lyrique. Là, c’est plus rock mais au final, c’est très fun, en plus avec une équipe sympa qu’on ne connaissait pas avant mais avec qui on s’est liées d’amitié», nous explique Anne-Claire Lam.

 

Allez, c’est parti pour la répet’. On règle, on sourit aussi. Concentration. Thibault s’échauffe à la guitare. Jean-Michel se lance. «L’envie d’avoir envie», clame-t-il. Le bassiste Frédéric Perrine nous laisse entrer dans la petite salle, pendant qu’il s’agite avec son instrument dans le couloir. Vincent Nombro, le claviériste, sourit et joue. Les choristes enchaînent. On est déjà passés à un autre morceau. Vite, solo de guitare de Thibault qui nous a avoué, un peu plus tôt : «Je peux plus me lâcher sur ce concert, avec un style plus rock, alors que je devais être plus dans la retenue, plus calme, sur le récent Tribute to Pink Floyd.»

 

Entre-temps, Eric Desvaux reste concentré sur sa batterie. Michael Chuttoo suit Thibault, toujours perdu dans un solo. Jean-Michel fronce les sourcils. Avant de lâcher un sourire, toujours dans une bonne ambiance. Assez d’énergie positive pour faire plaisir aux fans de rock et de Johnny, avec un feu sacrément bien allumé !

 

À l’heure où nous mettions sous presse, il restait encore quelques billets pour le concert du 6 septembre, qui devrait commencer à 18 heures. Billets en vente à Rs 1 200 (Gold) et Rs 900 (Silver), à prendre sur le site du Caudan Arts Centre, www.caudanartscentre.com (tel. 260 0594) et à travers le Rezo Otayo (tel. 466 9999).