• «L’entraide et la solidarité»
  • Jano Couacaud plonge dans le grand bleu
  • Foot en Afrique : Nos arbitres sur le front
  • AfriEDX, la start-up qui monte et gagne
  • VS Home : histoire d’amour et de maison
  • Moka’mwad : À la découverte d’un collectif citoyen
  • Sailendrasing Heeralaul meurt électrocuté lors d’une partie de pêche
  • Goûte à Tout : Une émission «siro disik»
  • Zwe nou lamizik veut «Kraze»
  • Jay Bhunjun Memorial Challenge Cup : AS Malherbes fait un malheur

Meydesy Sophie : «Une thérapie humaniste va aider nos jeunes à voir leur potentiel»

Diplômée et conseillère en relations humaines et développement personnel de l’Institut de Psychologie Humaniste et Transpersonnelle de Nantes, Meydesy Sophie souhaite aider à accompagner les enfants de l’île à travers des ateliers d’art thérapie, des partages et des exercices d’introspection. Elle nous parle de son domaine de prédilection.

Pouvez-vous vous présenter et nous raconter votre parcours ?

 

Je suis Meydesy, mère d’une petite Raphaëlle. Avant de quitter Maurice, j’ai travaillé dans plusieurs domaines et mon dernier emploi était chez Musipro. En 2010, je suis partie en France et cela a été une très belle expérience car j’ai rencontré des personnes formidables qui sont devenues des amies très proches aujourd’hui. 

 

Vous êtes de retour à Maurice avec un diplôme en Psychologie Transpersonnelle. Pourquoi avoir opté pour cette voie ?

 

Je suis diplômée et conseillère en relations humaines et développement personnel de l’Institut de Psychologie Humaniste et Transpersonnelle de Nantes. Je voulais revenir à Maurice avec un bagage et exploiter ce que cette nouvelle expérience dans ce grand pays pouvait m’offrir. Quand j’ai vu qu’on dispensait une formation dans cette discipline, j’ai eu comme un déclic car je voyais s’ouvrir une porte pour concrétiser mon rêve d’aider les enfants à Maurice. 

 

Qu’est-ce que la psychologie transpersonnelle ?

 

La psychologie transpersonnelle existe depuis le XIXe siècle, à l’initiative de Saint Thomas d’Aquin. Il fut le premier à distinguer la théologie naturelle, qui est basée sur une intelligence de la foi, par la raison naturelle, en s’appuyant sur la philosophie d’Aristote. La psychologie transpersonnelle aide l’être humain à faire une réforme délibérée et consentie de sa conduite personnelle et ses représentations mentales. Une réforme de ce genre doit être accomplie par l’individu lui-même et non par quelqu’un d’autre. La psychologie transpersonnelle propose une manière concrète de lutter contre la souffrance humaine. C’est la méthode d’introspection pour transmuter les énergies psychiques. Celle-ci guide l’homme à un changement de paradigme radical pour une réhabilitation de l’âme.

 

Vous dites vouloir aider les enfants mauriciens. Pourquoi ?

 

J’ai soutenu un proche dans un centre de réhabilitation. J’ai été confrontée aux suicides des personnes qui m’étaient chères et je suis moi-même issue d’une cité de Port-Louis. J’ai pu constater qu’il n’y a pas de structure psychologique pour les enfants dont les parents sont dans la drogue ou l’alcool ou qui doivent surmonter un suicide d’un de leurs parents ou encore qui sont des victimes de viol, d’attouchements ou de maltraitance. Malheureusement, nous voyons que, dans 90 % des cas, ces enfants pensent que c’est le seul chemin à prendre aussi : détruire leur vie parce qu’ils vont vivre avec un sentiment d’abandon et croient que cela ne vaut pas la peine en raison du choix de vie de leurs parents, et que la seule solution est de découvrir leurs responsabilités au lieu d’affronter cette vie et de donner de l’amour et d’être un bon guide pour leurs propres enfant.

 

Comment la psychologie transpersonnelle peut-elle aider nos jeunes ?

 

Cette thérapie humaniste aide nos jeunes à découvrir leur potentiel à travers des ateliers d’art thérapie, des partages et des exercices d’introspection comme le Rêve Eveillé Dirigé – une méditation guidée – afin que les gens comprennent qu’ils sont dans cette vie pour suivre leur propre cheminement. Ils pourront ainsi se libérer et découvrir les bonnes solutions qui sont en eux ; développer les attitudes qui leur correspondent et qui sont juste pour eux afin que ce qui les blesse et qui les empêche d’avancer s’apaise et se transforme en puissance de vie pour qu’ils aient plus de confiance en eux. Elle les aidera aussi à évoluer afin de vivre en sérénité, dans la joie et d’avoir plus de sens de responsabilité et du service, pour les rapprocher de leur être le plus intime et qu’ils progressent vers une vie plus accomplie et riche. Cette thérapie peut aussi les aider à prendre conscience de la vraie nature spirituelle de l’âme humaine.

 

Quels sont les problèmes que vous pourrez aider à solutionner ?

 

Je sais que je n’ai pas la solution miracle aux problèmes de notre société, mais je veux seulement contribuer à la prévention et aider les jeunes à être des adultes meilleurs à l’avenir. Et je suis très contente de pouvoir apporter mon soutien à l’association Future Hope Maurice qui aide les enfants dans l’accompagnement scolaire et extrascolaire, à Sainte-Croix et Cité La Cure.

 

Une affaire de pédophilie a occupé l’actualité cette semaine. C’est avec des larmes de joie que les victimes de Michel de Ravel de l’Argentière ont accueilli sa condamnation, le mardi 28 août. Il a ainsi été reconnu coupable sous 21 chefs d’accusations d’attentat à la pudeur sur des mineures de moins 12 ans. Certaines des victimes ont parlé de «début de leur reconstruction». Quel est votre avis d’expert sur cette actualité ?

 

De voir son bourreau reconnu coupable devant la justice est un grand pas vers la reconstruction de la victime et j’invite ces jeunes femmes à ne pas vivre leur vie en tant que victimes de la vie. Au contraire, il faut qu’elles prennent cette épreuve comme un guide pour transformer ce malheur qui les meurtrit en force, afin de faire face à la vie. Et je tiens à faire ressortir que dans beaucoup de cas, des bourreaux en tous genres ont été eux-mêmes des victimes d’un autre bourreau.