• Pourquoi je pars aux master class de la «Mauritius Cinema Week»
  • Joe Lesjongard, un «Deputy Speaker» surprise
  • Jeux Olympiques de la Jeunesse : Terence Saramandif entre dans l’histoire
  • Accusation d’abus sexuel sur un adolescent : Le Vatican interdit au père Moctee «tout contact avec des mineurs»
  • Poignardée par son époux : Viviane Louise, 53 ans, raconte l’enfer de la violence conjugale
  • Bousculons nos consciences…
  • Urvashi Gooriah : moi, Miss Mauritius…
  • Kaviraj Pather : «Les jeunes ont un rôle-clé à jouer dans le nouveau souffle que requiert notre pays»
  • Entraîneur d’athlétisme au Canada : La «sucess story» de Thiadeeren Ponambalum
  • Elle restitue 79 boulettes d’héroïne : les complices de la passeuse Sud-Africaine recherchés

Krish Khunkhun, 12 ans, meurt dans un accident : les adieux déchirants de ses proches

Le garçon a été percuté par un camion.

Sa famille était convaincue qu’il s’en sortirait car il n’avait pas perdu connaissance tout de suite après la collision. Mais le jeune Krish Khunkhun, 12 ans, a rendu l’âme un jour après avoir été renversé par un camion. Bouleversé, son entourage témoigne…

Ils n’oublieront jamais cette terrible journée. Celle où tout a basculé pour eux en l’espace de quelques heures. Les proches de Krish Khunkhun regrettent de n’avoir pu mieux profiter de leurs derniers instants à ses côtés, avant qu’il ne perde connaissance. Ils ne se doutaient absolument pas qu’il n’allait pas s’en sortir. Avant qu’il ne soit transféré aux soins intensifs, le vendredi 5 octobre, le garçon de 12 ans leur avait donné l’impression que tout irait bien. Cependant, le samedi 6 octobre, aux alentours de 10 heures, il a succombé à ses blessures à l’hôpital de Flacq.

 

Krish y avait été admis la veille, après avoir été victime d’un accident dans sa localité, à Brisée-Verdière. Le garçon de 12 ans, cadet d’une famille de trois enfants, revenait de la boutique du coin quand il a été renversé par un camion qui faisait marche arrière à quelques mètres de chez lui. Au volant, se trouvait un dénommé Avinash Ramyad, un Helper d’une trentaine d’années, domicilié à L’Aventure. D’après les proches de la victime, le conducteur aurait quitté les lieux immédiatement après l’accident. Il a été interpellé par la suite par le personnel du poste de police de Brisée-Verdière et a été soumis à un alcootest qui s’est révélé négatif. Toutefois, d’après des sources policières, il ne détiendrait pas de permis de conduire. Après la mort de Krish, il a été placé en état d’arrestation et a comparu devant la Bail and Remand Court, le samedi 6 octobre. Une charge provisoire d’homicide involontaire a été logée contre lui.

 

Après l’accident, ce sont les habitants de la localité qui sont venus en aide au petit garçon. «Ils nous ont immédiatement alertés et ont ramené Krish à la maison. Il était conscient et donnait l’impression que ça allait mais il crachait tout de même du sang. Son oncle l’a ensuite placé dans son véhicule pour le conduire à l’hôpital de Flacq», raconte Laxmi Gunnuck, terrassée par le départ subit et tragique de son neveu. Elle poursuit son récit péniblement : «En chemin, il n’avait cessé de répéter à sa mère pour la rassurer : pa gagn traka, mo pou bien.» D’ailleurs, malgré les douleurs atroces dont il souffrait, il était parvenu à parler à tous les membres de sa famille. Ce qui avait donné encore plus la certitude qu’il s’en remettrait.

 

Mais ils se sont vite rendu compte que son état était plus grave qu’il n’y paraissait. «C’est au moment où les médecins lui ont prodigué les premiers soins que nous avons vu son état se détériorer», ajoute Laxmi Gunnuck. Rongés par l’inquiétude, ses proches n’ont donc pas quitté les lieux avant d’en savoir plus. «Après plusieurs heures d’attente, les médecins ont décidé qu’un scan était nécessaire. Et vu qu’il n’aurait pas supporté le trajet jusqu’à l’hôpital du Nord, où cela se fait généralement, il a été conduit pour cela dans une clinique de la région vers 23 heures.»

 

Lorsque les résultats de ses examens sont tombés, les proches de Krish ont été pris de court. «Nous avons appris qu’il avait eu le poumon complètement écrasé et qu’il allait être opéré le lendemain (NdlR, le samedi 6 octobre). Son état de santé était plus critique que nous ne le pensions. Il a alors été transféré au département des soins intensifs», ajoute Laxmi Gunnuck. Mais aux alentours de 10 heures, avant même d’être conduit en salle d’opération, il a poussé son dernier souffle.

 

En Grade 7 au collège Mayflower, le jeune Krish avait des rêves plein la tête. S’il n’avait pas encore choisi dans quelle voie il aurait souhaité se lancer plus tard, il y a tout de même une chose dont il était sûr. «Il voulait à tout prix avoir un bon travail et se faire beaucoup d’argent pour pouvoir donner à sa mère tout ce dont elle aurait besoin. Tous les deux étaient vraiment très proches», ajoute Laxmi Gunnuck. Sollicitée, la mère de Krish, totalement abattue par la perte de son fils bien-aimé, n’a pas été en mesure de témoigner.

 

Il y a quelques jours, le garçon répandait encore la joie et la bonne humeur au sein de son foyer. Aujourd’hui, les rires se sont éteints et sa famille est consciente qu’il lui faudra du temps pour se remettre de cette grande épreuve. «Li ti kontan fer dezord me li ti enn bon zanfan ; il aimait les plaisanteries, était toujours gentil et aidait tout le temps sa famille. C’est une grosse perte pour nous tous», dit Laxmi Gunnuck. Le vide sera dur, très dur à combler. «Il ne viendra plus me demander ce que j’ai cuisiné pour le dîner, comme il le faisait souvent», se désole-t-elle.

 

Les funérailles de Krish Khunkhun ont lieu ce dimanche matin. Il laisse derrière lui des parents, un frère de 14 ans et une sœur de 10 ans, et beaucoup d’autres proches submergés par la tristesse.