• Sahill Persand, 21 ans, meurt dans l’incendie de sa voiture en janvier - Ses parents : «Ena boukou kitsoz lous kinn deroule dan sa zafer-la»
  • Championnats d’Afrique d’haltérophilie jeunes et juniors : une troisième couronne africaine pour Khelwin Juboo
  • Décès du chanteur de «Gangta's Paradise» - le Mauricien Judex Rose : «Le jour où j'ai partagé la scène avec Coolio»
  • Sooraj Laljee en détention pour trafic humain allégué : son épouse l’accuse ; ses proches parlent de «coup monté»
  • Elle est sélectionnée pour l’OplinePrize International - L’artiste Vidya-Kelie, d’origine mauricienne : «Votez pour moi !»
  • [ PUBLI-REPORTAGE ] Use heart for every heart
  • Son nouvel album lancé en exclusivité et en live au J&J Auditorium - Mickaël Pouvin : «Je veux encore toucher le cœur des Mauriciens»
  • Agression sanglante à Résidence Barkly : comment j’ai échappé à une tentative d’assassinat à l’arme blanche
  • Spectacle de Norah Fatehi : le bonheur des sept Mauriciens qui danseront avec elle
  • Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

L’allaitement maternel, une question de survie

L’allaitement n’est pas bon seulement pour l’enfant mais aussi pour la maman, nous explique la nutritionniste Yovanee Veerapen.

C’est, selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l'un des meilleurs moyens de préserver la santé de votre enfant et d’assurer sa survie. Car le lait maternel est l’aliment par excellence pour votre bébé et comporte de nombreux bienfaits. La Semaine mondiale de l’allaitement, observée du 1er au 7 août, a été l’occasion de conscientiser encore une fois à cette pratique sur laquelle la nutritionniste Yovanee Veerapen nous en dit plus.

Sûr, propre et rempli d’anticorps, le lait maternel est un winner pour votre bébé ! Il le protège de beaucoup de maladies infantiles courantes, en plus d’apporter toute l’énergie et les nutriments dont il a besoin durant les six premiers mois de sa vie. Alors, c’est définitivement une pratique qu’il faut encourager encore et encore pour le bien-être des tout-petits. Et c’est l’objectif même de la Semaine de l’allaitement qui est observée chaque année, du 1er au 7 août.

 

«Le thème de cette semaine pour 2022 est : Step Up for Breastfeeding. Un thème très parlant car l'allaitement est une clé du développement durable. L'allaitement maternel est l'un des meilleurs investissements pour sauver des vies et améliorer la santé, ainsi que le développement social et économique des individus et des nations. Aucun autre lait ne peut rivaliser avec le lait maternel et vous ne devriez même pas acheter un biberon avant l'accouchement. Préparez-vous plutôt mentalement à allaiter», déclare la nutritionniste Yovanee Veerapen.

 

Avec des informations et un soutien adéquat, poursuit-elle, presque toutes les mères peuvent allaiter leurs enfants, quelle que soit leur situation financière. Et ce, depuis le jour de leur venue au monde. «L’OMS et l’UNICEF recommandent une initiation précoce, soit dans l'heure qui suit la naissance. Mais aussi de pratiquer l'allaitement maternel exclusif pendant les six premiers mois de vie du bébé et de continuer ensuite, tout en associant des aliments complémentaires appropriés, jusqu'à l'âge de 2 ans.»

 

Un lait fait sur mesure

 

Pour la nutritionniste, l’allaitement est un must. Une question de survie même : «Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), si chaque enfant était mis au sein dans l'heure qui suit la naissance, si on ne lui donnait que du lait maternel pendant les six premiers mois et si l'allaitement maternel était maintenu jusqu'à l'âge de 2 ans, on sauverait près de 800 000 vies d'enfants chaque années.» Car bébé n’ayant pas encore un système de défense immunitaire bien développé, il profite de celui de sa maman pour se protéger. «L'allaitement transmet au bébé les anticorps de la mère et améliore donc les défenses immunitaires de l'enfant, c’est un bagage pour la vie.» Les enfants allaités ont ainsi moins de risque de souffrir de l’obésité, de maladies chroniques (diabète, maladie de crohn, etc.) et jouissent d’une meilleure santé à l’âge adulte.

 

Bébé reçoit d’ailleurs un lait fait sur mesure pour lui. «Le lait maternel est adapté aux besoins du bébé et contribue à son développement physique et intellectuel. Par exemple, pendant l'hiver, le lait maternel est plus concentré en graisse et pendant l'été, il est plus concentré en eau.» Le lait maternel, explique Yovanee Veerapen, couvre tous les besoins du bébé. «Il contient les vitamines, sels minéraux, oligoéléments, sucres, graisses, protéines dont votre bébé a besoin pour bien grandir, le tout en justes quantités. De plus, le lait maternel évolue constamment selon les besoins de votre enfant. Ainsi, sa composition varie pendant la lactation et aucun lait infantile industriel ne peut actuellement s'adapter à ce point aux besoins exacts de l'enfant.»

 

Les différentes étapes de l’évolution du lait maternel sont : (1) le colostrum (du 1er au 6e jour) – il a un profil biochimique très particulier, pauvre en lactose et en lipides, mais riche en sels minéraux, en protéines (anticorps, lactotransferrine) et en oligosaccharides ; (2) le lait de transition (du 6e au 14e jour) ; (3) le lait mature après le 14e jour – il a une composition qui varie au cours de la tétée. La sécrétion, diluée au début, s'épaissit progressivement et la concentration lipidique augmente. Cette modification semble régulatrice de l'appétit du nourrisson. Au cours du cycle jour/nuit, la concentration en lipides s'élève entre 6 et 10 heures du matin et s'appauvrit la nuit. Pendant les mois de lactation, les taux de lactoferrine, d'IgAs et de zinc décroissent progressivement.

 

Il faut aussi savoir que l’allaitement n’est pas bon juste pour l’enfant mais aussi pour la maman. «Un lien mère-enfant plus fort est créé lors de ce moment partagé. L’allaitement favorise l'attachement mère-enfant grâce au contact de la peau et diminue aussi le stress de la mère. L'allaitement maternel diminue significativement le risque de cancer du sein et de l'ovaire chez la mère, en sus de l’aider à retrouver son poids d'avant la grossesse et de lutter contre l'obésité maternelle.»

 

Toutefois, bien qu'il semble que l'allaitement doive être intuitif et facile, ce n'est pas toujours le cas. En fait, il existe plusieurs conditions qui peuvent rendre l'allaitement impossible. «Des conditions telles que la mastite, une faible production de lait et des différences anatomiques telles que les mamelons inversés sont des raisons qui peuvent compromettre l’allaitement et nécessiter une intervention et une aide pour que les femmes puissent allaiter avec succès. De plus, les bébés avec des systèmes gastro-intestinaux sensibles ou des intolérances aux protéines peuvent obliger les mères à arrêter l’allaitement temporairement.»

 

Dans la majorité des cas, l'attitude du professionnel de santé peut avoir un impact significatif sur le succès de l'allaitement. «Les professionnels de santé, en particulier les pédiatres et les professionnels de la santé des femmes, doivent être conscients des avantages de l'allaitement maternel et de comment ils peuvent aider à soutenir la décision des mères d'allaiter», explique Yovanee Veerapen. Comme quoi, un allaitement réussi est le fruit d’un travail d’équipe.

 

Une semaine pour sensibiliser

 

La Semaine mondiale de l’allaitement maternel est observée dans plus de 170 pays chaque année, du 1er au 7 août, et a pour objectif de promouvoir cette pratique afin que les nourrissons du monde entier soient en meilleure santé. Cette semaine est aussi l’occasion pour des organisations, des associations, entres autres, d’encourager et de sensibiliser à l’importance de l’allaitement maternel. À l’instar du Rotary Club de Mahébourg qui a organisé, en collaboration avec la nutritionniste Yovanee Veerapen, un Webinar afin de contribuer à la sensibilisation et l’éducation à cette pratique très importante.

 

Bio express : Yovanee Veerapen est diplômée de la faculté des Sciences de la santé de l'Université de Maurice avec un BSc en Nutritional Sciences Sp. Dietetics. Elle est également titulaire d'un MBA de l'Open University of Mauritius et exerce en tant que diététicienne free-lance depuis 2013. La diététicienne et consultante en nutrition est aussi la fondatrice de NutriSmart Consultancy Ltd. Elle s’oppose à tous les concepts de régimes stricts et de cookie cutter meal plans. Pour plus d’informations ou une consultation (à Curepipe, Quatre-Bornes et Flacq), Yovanee Veerapen est joignable au 5250 8384. Vous pouvez également lui écrire à l’adresse mail suivante : info@nutrismart.mu. Vous pouvez aussi la suivre sur ses pages Facebook : Yovanee Veerapen Dietitian – NutriSmart et Instagram : nutrismart.mu, et sur le site web : www.nutrismart.mu.

 


 

«Go pour l’allaitement ! Éduquer, promouvoir, soutenir»

 

L’édition 2022 de la Semaine mondiale de l’allaitement maternel a été placée sous le thème «Go pour l’allaitement ! Éduquer, promouvoir, soutenir». L’UNICEF et l’OMS appellent ainsi les gouvernements, les donateurs, la société civile et le secteur privé à intensifier leurs efforts pour :

 

• Investir en priorité dans les politiques et les programmes favorisant l’allaitement maternel, notamment dans les contextes fragiles et les situations d’insécurité alimentaire ;

 

• Doter les agents de santé et les professionnels de la nutrition travaillant au sein d’un établissement ou des communautés des compétences nécessaires afin qu’ils apportent des conseils de qualité et un soutien concret aux mères pour un allaitement réussi ;

 

• Protéger les personnes s’occupant d’enfants et les professionnels de santé des techniques d’influence marketing peu scrupuleuses employées par le secteur des préparations pour nourrissons en adoptant et en mettant pleinement en œuvre le Code international de commercialisation des substituts du lait maternel, y compris dans les situations de crise humanitaire ;

 

•Mettre en œuvre des politiques favorables à la famille qui permettent aux mères de disposer du temps, de l’espace et du soutien dont elles ont besoin pour allaiter.

 

Source : https://news.un.org