• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Diabète de type 1 : T1 Diams informe et sensibilise

La Journée mondiale du diabète est observée, chaque année, le 14 novembre. L’occasion d’informer et de sensibiliser à cette maladie qui connaît non seulement une hausse mais aussi un rajeunissement, et d’apprendre aux patients à mieux vivre avec. C’est justement l’objectif de T1 Diams, organisation à but non lucratif présente à Maurice depuis 2005…

C’est quoi ?

 

Le diabète est une maladie chronique caractérisée par la présence d’un excès de sucre dans le sang, appelé hyperglycémie et mesuré par un taux de glycémie à jeun égal ou supérieur à 7 mmol/l de sang.

Il existe deux types de diabète. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune qui est due à une absence de sécrétion d’insuline par le pancréas et atteint généralement le sujet jeune. Par contre, le diabète de type 2 est dû à une mauvaise utilisation de l’insuline par les cellules de l’organisme et apparaît le plus souvent chez l’adulte. Le pancréas continue à secréter de l'insuline mais l'organisme y est devenu résistant.

T1 Diams accompagne essentiellement les patients atteints du diabète de type 1. Une maladie qui se caractérise par l’absence totale de production d’insuline et apparaît le plus souvent pendant l’enfance, à l’adolescence ou au moment de la puberté ; il se déclare rarement chez les personnes plus âgées.

 

Les causes

 

Dans la majorité des cas, les cellules productrices d’insuline (les cellules bêta), situées dans le pancréas, sont détruites par le système immunitaire. On ne sait pas ce qui déclenche cette attaque ni pourquoi elle débute. Les chercheurs pensent qu’une prédisposition génétique et certains facteurs liés à l’environnement contribuent au développement du diabète de type 1.

 

Les symptômes

 

Ils peuvent apparaître progressivement ou subitement :
- Fatigue, somnolence ;
- Soif intense ;
- Faim exagérée ;
- Amaigrissement ;
- Vision embrouillée ;
- Cicatrisation lente ;
- Infection des organes génitaux ;
- Picotements aux doigts ou aux pieds ;
- Changement de caractère.

Dès l’apparition d’un ou de plusieurs symptômes, consultez un médecin.

 

Le diagnostic

 

Seule une prise de sang faite en laboratoire peut déterminer avec certitude votre état de santé. Parfois, une deuxième analyse est nécessaire afin de confirmer les résultats obtenus.

 

Le traitement

 

Le diabète ne se guérit pas mais peut cependant être contrôlé avec un plan d’alimentation personnalisé, de l’activité physique et, dans tous les cas, des injections d’insuline quotidiennes. Une bonne gestion du stress contribue également au contrôle de la maladie. Le type de traitement peut varier d’une personne à l’autre. Le médecin déterminera avec vous celui qui vous convient le mieux.

 

Les complications

 

Celles liées au diabète ont une origine commune : l’excédent de glucose dans le sang. Après un certain temps, une trop grande quantité de glucose dans le sang a des effets néfastes sur les reins (néphropathie), les yeux (rétinopathie), le système neurologique (neuropathie), le cœur (infarctus) et les vaisseaux sanguins (hypertension, artériosclérose, etc.). D’autres facteurs contribuent à l’apparition des complications : l’âge, l’hérédité, la durée du diabète et les habitudes de vie.

 

Des patientes témoignent…

 

Alicia, 10 ans : «Avan, mo ti krwar mo tousel. T1 Diams inn montre mwa ki se pa le ka.»

 

Manuella, maman d’un petit garçon : «J’ai découvert que j’étais diabétique à l’âge de 15 ans. Au début, ça a été un peu dur. Je ne connaissais personne autour de moi qui était diabétique de type 1 mais à l’âge adulte, ma gestion du diabète s’est améliorée. En 2011, je suis tombée enceinte et ma grossesse s’est passée comme pour toutes les mamans ; j’avais les mêmes symptômes mais dans mon cas, c’était plus fatiguant. Et quand mon fils a été en âge de comprendre, je lui ai parlé du diabète pour le rassurer, lui dire que je ne suis pas en danger.»

 

Elodie, Diabetes Educator chez T1 Diams : «J’ai été diagnostiquée à l’âge de 4 ans. Ma mère m’a donc surprotégée. ‘‘Ne marche pas pieds nus ! Tu veux qu’on t’ampute le pied ? Ne fais pas de sport ; si tu te blesses, tu ne guériras pas, ne mange pas ci, ne boit pas ça’’, me disait-elle sans cesse. Je remercie T1 Diams car grâce au travail de toute l’équipe, les autres membres et moi-même arrivons à mieux comprendre le diabète de type 1, à vivre avec et bien.»

 

Le «Blue Mode» renouvelé

 

Le cercle bleu ou (Blue Mode) est l’emblème mondial de la sensibilisation au diabète. Il a été choisi en 2007 après l’adoption de la résolution de l’ONU sur le diabète. Le cercle bleu symbolise l’unité de la communauté mondiale du diabète en réponse à l’épidémie de diabète. T1 Diams fait donc un appel à tous, de prendre une photo vêtue de bleu ou du cercle bleu. Ceci, afin de montrer votre soutien à la cause de la sensibilisation au diabète et à l’association T1 Diams.

 

L'accès aux soins au cœur de la thématique 2022

 

Les soins du patient diabétique de type 1 sont primordiaux à sa survie. Les personnes atteintes de diabète ont donc besoin de soins continus et de soutien afin de gérer leur condition et prévenir les complications. Il est bon de savoir que les diabétiques de type 1 ont accès aux soins et traitements gratuits dans les hôpitaux. Et chez T1 Diams, les bénéficiaires ont accès à tous les soins nécessaires en complément des services disponibles à l'hôpital. L’aspect biopsychosocial par le biais de l'éducation thérapeutique est prévu pour donner l'accès aux soins et ainsi permettre à la personne d'avoir une vie normale.

 

T1 Diams : 17 ans d’existence, 17 ans d’action

 

T1 Diams voit le jour en 2005. Cette année-là, le père d’un bébé diabétique de type 1, âgé de 18 mois, est désespéré ; il est à la recherche d’une insuline adéquate pour son fils. Il rencontre alors une employée du domaine pharmaceutique et les deux expriment leurs inquiétudes et concluent que le traitement accordé aux enfants souffrant du diabète de type 1 à Maurice est inadapté. Ils unissent alors leurs efforts pour améliorer le sort des diabétiques de type 1 à Maurice. C’est ainsi que le premier comité exécutif de l’association T1 Diams est constitué en septembre 2005. L’association a aujourd’hui son centre dédié aux diabétiques de type 1, situé à Quatre Bornes, avec un personnel dévoué, formé notamment à l’hôpital d’enfants de l’île de La Réunion. L’action quotidienne de T1 Diams vise à aider les enfants, adolescents et jeunes adultes vivant avec le diabète de type 1 à faire face aux tabous et incompréhensions, et à les rendre autonomes dans le maniement d’un traitement très complexe. Le but est aussi de leur donner les outils nécessaires pour mener une vie saine et active. Ainsi, si vous souffrez du diabète de type 1 ou connaissez une personne de votre entourage qui est porteur, contactez T1 Diams au 427 2916.