• Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres
  • Projet Métier de Beachcomber : des pépites de l’hôtellerie sacrées
  • Sylvio Isidore sombre dans le coma et meurt après une injection - Sa fille Stéphanie : «A-t-il été victime d’une négligence médicale ?»
  • Allégations de maltraitance infantile : l'enfance saccagée de *Géraldine, 5 ans
  • Nouveau décès lié à la Dengue : face à l’inquiétude, les autorités rassurent
  • Bob Marley : One Love - Ce film qui enchante les Mauriciens
  • VIKRAM HURDOYAL OUT ! - Quand l’opposition surfe sur la vague de la révocation

Ghoomer : l’exploit sportif d’un autrement capable

Abhishek Bachchan, Saiyami Kher et Angad Bedi joue dans ce film qui salue la résillience humaine.

Ce film de R Balki (Paa) célèbre la vie et la résilience de l’être humain, qui, même après les pires épreuves, arrive à se relever et à vaincre l’adversité. Ce drame poignant salue aussi tous les athlètes paraplégiques.

Il y a des films comme ça qui nous font chaud au cœur. Qui nous donnent de l’espoir. Qui apportent de la chaleur, de la couleur. Qui nous font sourire. Rire et croire en une vie meilleure. Ghoomer en fait partie. Ce film célèbre la réussite après l’échec. Il célèbre l’espoir après le désespoir. Mais surtout, il nous enseigne qu’un handicap ne nous empêche pas de vivre la vie à fond et de réaliser nos rêves les plus fous.

 

Ghoomer tire son inspiration de la vie de Karoly Takacs, un tireur hongrois décédé, qui a remporté deux médailles d’or olympiques avec sa main gauche après avoir été blessé à la main droite. Le film relate l’histoire d’une jeune femme, amputée d’une main, qui, malgré son infirmité, va se relever et réaliser son rêve : être une grande joueuse de cricket.

 

Le film, qui a été présenté au 14e Indian Film Festival (IFF), à Melbourne, débute avec Anina, une joueuse de cricket qui aspire à intégrer l'équipe indienne. Malheureusement, elle perd son bras droit dans un accident brutal. Anina sombre dans la dépression, mais un entraîneur un peu spécial va l’aider à sortir du gouffre.

 

Avec l’aide de ce dernier, celle qui avait perdu le goût de vivre, va se relever et apprendre à surmonter son handicap. Et, aussi, s’entraîner pour retrouver sa place dans le monde du sport.

 

Après Paa, Cheeni Kum ou Pad Man, R Balki nous invite à nouveau à découvrir un film rempli d’émotions et de sensibilité. Le réalisateur qui aime bien travailler avec les Bachchan (il avait dirigé père et fils dans Paa et Big B dans Cheeni Kum) a choisi Abhishek Bachchan pour jouer le rôle du coach déterminé à prouver qu’un/e paraplégique a entièrement sa place dans le monde sportif.

 

Son monologue – «Logiquement, quelqu'un qui n'a qu'une main peut-il jouer pour le pays ? Non. Mais cette vie n'est pas un jeu de logique. Cette vie est un jeu de magie» – restera longtemps gravé dans les mémoires. Ce film pourrait ramener Bachchan junior, qui s’était fait rare au cinéma, à nouveau au centre de l’attention. Et également permettre à sa co-star Saiyami Kher, qui incarne la paraplégique sportive, de laisser son empreinte dans le cinéma. Le casting réunit aussi Shabana Azmi, Angad Bedi et Amitabh Bachchan (qui ne fait qu’une brève apparition). Ce film sur le voyage triomphal d'une athlète paraplégique est à voir sans faute.