• Football : Cercle de Joachim concerné par une autre affaire
  • Le bénéfice du doute accordé aux tortionnaires présumés d'Iqbal Toofanny ] Sa veuve : «Cela ne veut pas dire que ces policiers sont innocents»
  • Double explosion à Beyrouth ] Salem Beydoun, consul honoraire de Maurice au Liban : «C’est un cauchemar»
  • Naufrage du Wakashio : un océan de chagrin
  • Hippisme - Barbé 2020 : White River : The Classic Winner
  • L’image d’un échec !
  • Cérémonie pour ceux décédés pendant le confinement - Jeff Clark : hommage à mon père
  • PatKat Professional Hairstylist : avec Patricia Kathan, ça décoiffe !
  • Elle l’avait projetée à terre lors d’une dispute : Vanessa Curpen écope de cinq ans de prison pour le meurtre de son bébé
  • Douleurs de l’hiver : Comment y remédier ?

Décès de Sushant Singh Rajput : les langues se délient à Bollywood

Certains disent qu’il était le mal-aimé de Bollywood. Un outsider qui n’aurait pas réussi dans le monde du cinéma sans le soutien d’un parrain au sein de l’industrie. Un artiste du petit écran qui n’a jamais été vraiment accepté par le cercle très fermé des élites de B-Town. Malgré des prestations très acclamées dans plusieurs films, comme M. S. Dhoni : The Untold Story, Sushant Singh Rajput n’était pas pris au sérieux par tous ses compères.

 

L’acteur a mis fin à ses jours le dimanche 14 juin, dans son appartement, à Bandra, où il vivait seul. Depuis, les langues se délient. Selon le réalisateur Abhunav Kashyap (Dabangg 2), plusieurs célébrités, dont Salman Khan et Karan Johar, n’auraient pas été amicaux avec l’acteur. Il a aussi parlé du népotisme qui existe au sein du cinéma indien, décrié par de nombreuses stars comme Kangana Ranaut.

 

Quant au réalisateur Shekhar Kapur (Mr India), qui aurait dû diriger Sushant Singh Rajput dans Paani – le film a finalement été mis au placard –, il a confié qu’il savait que l’acteur était dépressif mais ne s’attendait pas à ce qu’il mette fin à ses jours. Le compositeur Mukesh Bhatt a aussi fait des révélations étonnantes. Sushant Singh Rajput, avance-t-il, entendait des voix qui menaçaient de lui ôter la vie et était traité pour la dépression depuis quelque temps. La police indienne a d’ailleurs retrouvé des prescriptions et des médicaments dans son appartement.

 

Son décès, qui survient cinq jours après celui de son ex-manager, Disha Sadian, a, en tout cas, choqué tout le gratin de Bollywood – Mithun Chakraborthy a notamment annulé les célébrations de son 68e anniversaire par respect pour l’acteur. Même si, dans son dernier post sur Instagram, où il parlait de sa défunte mère et qualifiait la vie d’éphémère, Sushant Singh Rajput laissait entrevoir qu’il allait mal.

 

Pourtant, l’acteur, qui avait commencé sa carrière sur le petit écran, avant de faire une percée très remarquée dans le cinéma indien, avait un avenir professionnel très prometteur devant lui. Ses films étaient très appréciés par le public et quelques-uns ont même explosé au box-office.

 

Son tout dernier film, Chhichhore, pour lequel il avait reçu les félicitations d’Akshay Kumar, a été nominé dans cinq catégories lors des 65e Filmfare Awards. Sushant Singh Rajput, qui est déjà venu en tournage à Maurice en compagnie de Kriti Sanon pour le film Raabta, avait également été élu meilleur acteur en 2017 lors des Screen Awards pour son rôle dans M. S. Dhoni : The Untold Story.

 

Avant ses débuts à Bollywood, l’acteur était l’un des chouchous des mordus de telenovela. Il incarnait le personnage central, Manav, dans la série Pavitra Rishta, où il côtoyait Ankita Lokhande, sa petite amie de l’époque. Il a toutefois quitté l’univers de la télévision en 2013 pour tenter sa chance dans le cinéma indien. Il a débuté en compagnie de Rajkummar Rao et Amit Sadh dans Kai Po Che.

 

Sa prestation a tout de suite été remarquée et appréciée, et l’acteur a signé pour un autre grand film, P.K., où il a été dirigé par Rajkumar Hirani. Ses autres films, comme Detective Byomkesh Bakshi, Raabta, Sonchiriya et Kedarnath, dans lequel il évolue aux côtés de la débutante Sara Ali Khan, ont également reçu des critiques positives.

 

Dil Bechara, le remake indien du film américain The Fault In Our Stars, est le dernier film dans lequel l’acteur, dont les cendres ont été dispersées dans le Gange, a joué. Ce long-métrage, qui aurait dû sortir en mars, sera diffusé dans les salles dès la fin du confinement.

 

Sous le charme de l’île Maurice

 

L’acteur a été marqué par son passage chez nous en août 2016, en compagnie de Kriti Sanon pour le tournage de Raabta. Sushant Singh Rajput avait qualifié notre île de paradis et avait promis de venir y passer des vacances. Durant son séjour, l’acteur avait même fait du snorkelling. Sachin Jootun, directeur de la Mauritius Film Development Corporation, qui l’a côtoyé lors de son passage, confie que l’acteur «est quelqu’un de très amical. Il était toutefois assez réservé, ne parlait que quand on lui adressait la parole. Mais il était très gentil. Il avait beaucoup de talent. Sa mort est une grande perte pour l’industrie du cinéma indien».

 

Des célébrités face à la justice

 

Une affaire a été logée devant la cour du Bihar cette semaine contre Ekta Kapoor, Karan Johar, Sanjay Leela Bhansali et Salman Khan. L’avocat Sudhir Kumar Ojhaq leur reproche d’avoir délibérément boycotté et nui à la carrière de Sushant Singh Rajput. Ces célébrités auraient, selon l’avocat, évincé l’acteur de plusieurs projets, ce qui l’aurait plongé dans une dépression et l’aurait poussé à mettre fin à ses jours.

 

Une «bucket list» inachevée

 

Il avait des rêves plein la tête… Sushant Singh Rajput, qui était un passionné de science et d’astronomie, avait posté sa bucket list sur Instagram. Parmi les 50 choses qu’il souhaitait concrétiser : piloter un avion, participer à la compétition Ironman Triathlon, partager sa connaissance sur l’espace à des enfants, visiter Disneyland et enseigner l’autodéfense aux femmes. S’il a pu en réaliser certains, d’autres de ses rêves sont restés inachevés : visiter l’Antarctique, posséder une Lamborghini, filmer un volcan en éruption, apprendre le code Morse, jouer au tennis avec un joueur professionnel, écrire un livre, planter 1 000 arbres ou encore passer une semaine dans la jungle.