• Championnats d'Afrique : l'athlétisme mauricien en quête de rachat
  • Vidushi Haulooman et sa poésie dans «Afflatus» 
  • Modigadu Govinden, 59 ans, renversé mortellement par une voiture - Ses proches : «Lalwa bizin pli sever»
  • Luchmeeparsad Bhowaneedin, 43 ans, décède après avoir été percuté par le métro - Son entourage : «Il voulait changer de vie et se stabiliser financièrement»
  • Mystère autour du décès de Kevin Sreeneebus, 33 ans, après une sortie de route - Ses proches et amis pleurent «un homme jovial et plein d'ambition»
  • Acquitté dans l’affaire du double drame de Sept-Cascades en 2012 - L’inspecteur Sookur : «Mo pli gran regre se ki mo pann resi sap lavi Nanon ek Binda»
  • Nula Groove et l’après «Mama mo tresor»
  • La lecture partisane et l’indestructible culture politique !
  • Post-Budget : ces espoirs tombés à l’eau
  • Dévoilement d’une statue de sir Anerood Jugnauth : hommage à «enn gran dimounn»

«Rouz Bel Zonn Ver» version 2024 avec 50 artistes - ABAIM : après sa belle réunion chantante pour la fête de l’Indépendance

Un beau moment musical le 12 mars, et de beaux moments à venir pour le groupe cette semaine.

Marousia Bouvéry, incontournable responsable du groupe qui œuvre sans cesse pour le patrimoine immatériel d’ici et sa préservation, nous parle du beau projet de l’incontournable reprise de la chanson-phare de nos 56 ans d’Indépendance, en plus de nous évoquer deux autres projets à venir pour ABAIM. 

La nouvelle version de «Rouz Ble Zonn Ver 2024»

 

«Nous avons été approchés il y a un moment par le ministère des Arts et du Patrimoine Culturel, le PMO, et plusieurs autres organisateurs des festivités pour la fête nationale. On a tout de suite dit oui quand on nous a parlé de remettre au goût du jour Rouz Bel Zonn Ver en 2024. C’était un gros challenge aussi, puisque c’est une chanson interprétée à la base par des enfants, avec un ton très haut. Mais heureusement qu’Elvis Heroseau est arrivé, réunissant cette belle brochette d’artistes et bossant beaucoup sur les arrangements et les harmonies dans les voix, incluant vraiment tout dans une synergie extraordinaire. Il ne s’est pas contenté de passer d’un instrument et d’une sonorité culturelle à l’autre, il a vraiment tout mélangé pour un beau résultat. Une belle aventure musicale et une belle aventure humaine aussi, puisqu’on s’est retrouvés avec plusieurs générations de chanteurs et musiciens, dans une ambiance conviviale. Un moment fort de mauricianisme dans le studio de Richard Hein à Péreybère qu’on a retrouvé le 12 mars lors des célébrations officielles, où nous sommes tous montés sur scène.»

 

Voyage au Népal

 

«Nous sommes un peu moins de dix à aller au Népal (NdlR : ils prennent l'avion aujourd'hui) pour un séjour d’une dizaine de jours. Ce voyage fait suite à l’échange qu’il y a entre ABAIM et les organisations semblables qui œuvrent pour le patrimoine immatériel comme la musique, en Finlande et au Népal. Souvenez-vous, l’année dernière, des représentants de ces associations d’ailleurs étaient venus à Maurice pour continuer le programme d’échanges et de recherches, après que nos trois pays ont initié ces échanges en 2019. Nous étions nous-mêmes allés en Finlande en 2022, le temps de festivals et d’ateliers. Et c’est ce qui va se passer : nous serons six à participer à des ateliers, à un festival, et Alain Muneean fait même partie d’un panel qui va prendre la parole lors d’une table ronde sur le patrimoine immatériel et l’héritage culturel.»

 

Un projet séga typik

 

«L’autre grand projet d’ABAIM, à notre retour du Népal, est la sortie, vers le 20 avril, d’un projet avec l’association Pratikan Séga Typik : un livre-disque, qui contiendra des photographies, mais aussi 11 vidéos et 11 chansons de séga typik proposées par 11 formations, avec notamment les familles de Fanfan, de Michel Legris et de Tifrer. Mais chut !, on ne va pas en dire plus et laisser le public découvrir ce beau projet.»