• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Ras Ricky et la mission Reggae Donn Sa

Il nous l’a dit souvent : c’est comme aller à une messe, avec messages, communion, joie aussi. C’est en tout cas dans cet état d’esprit que le Seychellois Ras Ricky, artiste incontournable du festival, va monter sur scène le 11 novembre prochain, au Stade Germain Comarmond à Bambous, pour cet événement qui aura comme tête d’affiche le reggaeman italien Alborosie, avec plein d’autres invités d’ici et d’ailleurs : Maylan Malaza de La Réunion, Kt Gorique de la Suisse et de la Côte d’Ivoire, et nos locaux Sayaa, Dagger Killa and The Soul Frequency, Pascal Opéra and the Roots Level Band. Les billets pour le festival sont en vente à Rs 800 et Rs 1 200 (VIP) dans le Rezô Otayô (Tel : 466 9999) et sur le site Ticketbox.mu. Pour plus d’infos, appelez le 5842 8181. En attendant, place aux mots de Ras Ricky.

L’importance du festival : «J’en suis tout de même à ma cinquième participation au Festival Reggae Donn Sa. Et cela fait toujours son petit effet de venir sur la scène de l’un des plus grands événements musicaux de la région, et pas seulement pour le reggae. Pour moi, personnellement, c’est un peu comme aller à l’église, c’est beaucoup de choses à la fois et nous, les artistes, sommes un peu comme des missionnaires qui vont terminer un pèlerinage. C’est aussi fort que ça. Car nous avons aussi des messages à passer, il y a une communion sur scène avec le public. Et le tout se fait avec intensité, mais aussi avec une bonne dose d’espoir et de positivité. Et je le vois souvent aux Seychelles, et je l'ai vu plusieurs fois ici à Maurice quand je suis venu, nous avons besoin de positivité, nous avons besoin d’humanisme, on ne peut continuer de vivre en étant malhonnête ou méchant avec son prochain. Il faut de l’unité, et c’est l’un des messages forts que je veux passer.»  

 

Sur scène : «Je vais donner le maximum d’énergie sur scène et le public aura droit à une playlist où il y aura pas mal de morceaux de mon album sorti en 2020, du nom de Baskile. Ce sera un pur concentré de musique roots et aussi reggae/dancehall. Et je vais peut-être en profiter pour balancer des morceaux à venir sur mon prochain album.»  

 

Prochain album : «Après le Festival, je ne rentre pas tout de suite aux Seychelles. Pas mal de choses sont prévues. Par exemple, je devrais aller à Rodrigues, pour un showcase probablement. Puis, ce sera studio time ; je devrais enregistrer des morceaux pour mon prochain album en compagnie d’artistes d’ici comme Blakkayo ou Sayaa. Mon prochain album devrait sortir vers février 2024, avec 18 morceaux au compteur. Il aura comme titre L’honnêteté et il devrait contenir essentiellement des morceaux roots/reggae/dancehall.»