• Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres
  • Projet Métier de Beachcomber : des pépites de l’hôtellerie sacrées
  • Sylvio Isidore sombre dans le coma et meurt après une injection - Sa fille Stéphanie : «A-t-il été victime d’une négligence médicale ?»
  • Allégations de maltraitance infantile : l'enfance saccagée de *Géraldine, 5 ans
  • Nouveau décès lié à la Dengue : face à l’inquiétude, les autorités rassurent
  • Bob Marley : One Love - Ce film qui enchante les Mauriciens
  • VIKRAM HURDOYAL OUT ! - Quand l’opposition surfe sur la vague de la révocation

Les fascinantes œuvres qui inaugurent la House of Digital Art

Des installations visuelles, auditives, interactives, pour une belle immersion sensorielle....

Une nouvelle adresse sur laquelle il faudra désormais compter, artistiquement parlant. À la rue Edith Cavell, où se situait la Galerie du Génie, nous avons maintenant la House of Digital Art, qui démarre sa première saison artistique avec des œuvres sous le thème «S’il était un territoire entre midi et minuit». Des visites payantes, avec ou sans guide, qui ont débuté le 28 juin et qui vont durer jusqu’en février 2024. On s’est laissé guider…

Ouvrons la porte vers ces mondes… Des mondes d’ici, mais aussi des mondes d’ailleurs, venant d’artistes d’ici et d’ailleurs. Nous voici devant la toute première saison de la House of Digital Art, nouveau lieu artistique qui est maintenant là où se trouvait la Galerie du Génie, à la rue Edith Cavell, à Port-Louis. Désormais, il faudra penser art et digital dans ce baz, mais aussi mauricien, car cette première saison s’articule autour d’une citation de feu notre cher poète Edouard Maunick «S’il était un territoire entre midi et minuit». Une programmation artistique où sont prévues des résidences de recherche-création, des ateliers, des rencontres, etc…

 

Tout cela est rendu possible grâce au comité artistique de la House of Digital Art, composé de Morgane Cartron de l’Association Piton Triangle (La Réunion), Mathilde Fossy (La Réunion), Guillaume Jauffret de Move For Art (île Maurice), Jean-Claude Jolet (La Réunion), Kid Kreol & Boogie (La Réunion), Jürgen Eric Loffler (Autriche, île Maurice), Sanjeeyann Paleatchy (La Réunion), Krishna Pentayah de Sov Lanatir (île Maurice) et Kim Yip Tong (île Maurice). Ce comité artistique est accompagné d’un comité scientifique et d’un comité pédagogique.

 

Un peu floue cette histoire ?  Mais attendez d’y entrer. Les visites d’environ une heure pour cette première exposition (vous avez jusqu’en février 2024 pour aller découvrir cette première saison) se font avec un médiateur formé par le spécialiste des musées Zia Gopee, et avec les mots du jeune écrivain Aqiil Gopee. C’est Aliya qui se charge de notre visite. «Nous sommes dans les eaux primordiales de l’univers (…) ces eaux noires et informes sont les néants des débuts de l’existence, et c’est dans ces flots que nous allons découvrir les îlots de lumière qui se présenteront devant nous, qui nous raconterons notre histoire et celle du monde, à travers une immersion totale des sens.»

 

Oui, pour l’immersion, mademoiselle la médiatrice, c’est plutôt réussie, surtout que le ton est donné dès la première œuvre : Trashdwellers du duo européen Xenoangel. Deux œuvres numériques avec écran tactile qui nous proposent un voyage dans les océans, mais où l’on voit aussi des couleurs et formes plus sombres – des détritus qui polluent. Deux tableaux digitaux interactifs colorés, pour un message écologique.

 

Puis, place au rond, à la sphère, qui fait un mouvement de pendule. Bienvenue dans Spherical Variations de Damien Bénéteau, œuvre hypnotisante, où on pense beaucoup au temps qui passe. À côté, la Réunionnaise Mathilde Fossy nous propose Multivers & Portals, des fenêtres sur des lieux, des univers, des étoiles. La médiatrice nous demande de télécharger une application et l’œuvre de l’artiste prend tout son sens avec la réalité augmentée : des étoiles, des animations, un voyage dans des fenêtres qui prennent vie !

 

Et nous voyageons encore, cette fois sous l’eau avec Topos par les Européens de MotionWhip et MireDev, qui nous proposent une installation nous emmenant au fond de l’océan, avec un effet d’eau grâce à des projecteurs et des rochers que l’on déplace pour parler de la création des continents…

 

Le voyage est aussi auditif, en compagnie du groupe local Patyattan, qui propose une installation en trois actes, en fait trois petites boîtes où il faut placer sa tête pour écouter un récit au son de la nature et des instruments de musique, où il est question du pays lémurien.

 

Ensuite, place au soleil : Parhélie par Stéphanie Brossard, installation où on nous demande de nous placer dans un petit carré de lumière qui représente le soleil à Dehli. Bref, un peu d’air de là-bas dont on profite ici, un voyage du soleil !

 

Maintenant, il faut marcher. Et pas n’importe où, puisque les Réunionnais Kid Kreol et Boogie nous proposent de marcher dans leurs Laves du Temps. Notre médiatrice, toujours souriante, nous parle ici d’un «tunnel de lave cosmique, qui va nous immerger au seuil de l’infini». En d’autres termes, nous marchons dans un espace psychédélique submergé de couleurs et de sensations qui veulent comme nous emmener au cœur de la terre !

 

Et alors qu'on est déjà un peu déboussolé par ces laves pas comme les autres, voici que notre médiatrice nous pousse dans une grande salle où se tiendront deux projections qui vont remplir tout l’espace : Genesis IO et Fler par les collectifs Motionwip et Secondnature respectivement. Fleur, création du monde, acte de création... Dans cette grande salle, nous sommes assaillis par des couleurs, des visions, nos yeux et nos oreilles sont sollicités intensément pour une nouvelle immersion dans l’acte de création avec l’art et la nature.

 

Place ensuite aux dernières armes, pour des moments qui s’annoncent plus reposants : une galerie où il est question de découverte de l’île Maurice et du monde. On prend un moment pour s’assoir au milieu de toutes ces cartes où résonne la découverte de notre île, de notre région, du monde aussi, par plusieurs grands explorateurs et civilisations. À côté, des détails et informations sur la géologie de notre île ; on voit notamment des fossiles et une carte où il est question de roche et de matières volcaniques. Des cartons remplis de dessins et d’infos sont aussi à votre disposition pour aller plus en profondeur sur ces thèmes. Et dans les headphones juste à côté, comme pour nous laisser bercer par la mer et les mots avant qu’on s’en aille, la voix d’Edouard Maunick résonne récitant l’un de ses poèmes.

 

Et voilà, c’est dans la boîte, et l’on sort de la House of Digital Art avec des idées, des couleurs, des sensations et de belles paroles profondes plein la tête. Bref, ça peut chambouler, bouleverser, émerveiller aussi, mais, à coup sûr, c’est un voyage des sens à conseiller.

 

Horaires d’ouverture :
Mardi-dimanche 10 heures - 17h30
Vendredi-samedi 10 heures - 23 heures
Lundi fermé

 

Les tarifs :
Tarif pour les Mauriciens : Rs 250
(18-60 ans, pièce d’identité requise)
Tarif voyageur : Rs 550 (18-60 ans)
Tarif enfants et ados : Rs 150 (entrée gratuite pour les enfants de moins de 3 ans)
Tarif étudiants et seniors : Rs 200 (pièce d’identité requise, étudiants à plein temps, y compris les étudiants internationaux)
Tarif pour visiteurs en situation de handicap : Rs 200 (entrée gratuite pour un soignant accompagnant un visiteur autrement capable)
Visites guidées : Rs 150 en plus du tarif.
Les visites guidées durent une heure et demi. Pour réserver une visite guidée, veuillez envoyer un courriel à l’adresse suivante : info@houseofdigitalart.io