• Boxe thaï : première édition de «La Nuit des Nak Muay»
  • Badminton : les Internationaux de Maurice à Côte-d’Or
  • Trois univers artistiques à découvrir
  • Handicap et vie professionnelle : un pas de plus vers l’inclusion
  • Mayotte au rythme des crises
  • Une rare éclipse totale traverse l’Amérique du Nord : des Mauriciens au coeur d’un événement céleste spectaculaire 
  • World Thinking Day : les guides et la santé mentale
  • Mama Jaz - Sumrrà : prendre des risques musicaux avec le jazz
  • Karine Delaitre-Korimbocus : Kodel, une nouvelle adresse dans le paysage de Belle-Rose
  • Oodesh Gokool, le taximan attaqué au couteau : «Mo remersie piblik»

Exposition : les «Terres Marronnes» de Shakti Callikan 

Jusqu’au 9 décembre à l’Institut français de Maurice, découvrons les nouvelles trouvailles de cette «entrepreneure culturelle» qui nous fait voyager avec des objets qui ont beaucoup à raconter, avec aussi tout un travail sur la terre…

Elle nous le dit : «Nous sommes environnés de terre, elle est partout et pourtant on ne la remarque pas.» En tout cas, on va bien la remarquer la terre, puisque Shakti Callikan, que l’on connaît pour ses nombreux projets (My Moris, entreprise qui propose des balades pour découvrir l’île Maurice autrement, ou les podcasts de Fam Palab et Cannes à Sucre et Préjugés, qui parlent beaucoup de la société mauricienne d’aujourd’hui) nous propose, jusqu’au 9 décembre, Terres Marronnes, à l’Institut français de Maurice à Rose-Hill.

 

Shakti Callikan décrit plus ou moins ce travail sur cette exposition comme un «travail d’expérimentation.  Que se passe-t-il quand on transforme de la boue ordinaire en pièce unique faite à la main ? Quand le banal devient une couleur encore jamais vue ?

 

J’explore la terre de mon île pour découvrir sa richesse, son caractère unique. Avec l’aide de géologues, j’essaie de mieux comprendre la variété de notre sol, ses couleurs et ses textures. À Midlands, Chamarel, Sainte-Croix, ou encore Choisy, une petite pelle à la main, je fouille et je collecte des échantillons de terre lors de balades dépaysantes. De retour à mon atelier, j’expérimente, je teste le caractère de nos terres pour comprendre les formes qu’elles peuvent prendre, les couleurs qu’elles recèlent.» En plus d’en faire des sorties et d’expérimenter, Shakti Callikan apprendra aussi à faire de la poterie, où elle initie toute une recherche sur les couleurs venant de notre terre volcanique, sur la qualité et la quantité de l’argile dans notre sol – l’argile étant un élément clé de la poterie – et se pose des questions qui invitent à la reflexion, comme celle prépondérante de «Pourrait-on imaginer et développer une collection de poteries ancrées dans notre territoire et notre histoire ?» Les réponses, visuelles, physiques, se trouvent à l’Institut français de Maurice en ce moment.

 

Et puisqu’on est un peu dans des histoires de terres et de pots, l’IFM nous propose le 9 décembre un Festival de poterie et de céramique de 10h à 15h, avec des ateliers pour petits et grands, des démonstrations, deux tables rondes sur la géologie et les matières naturelles locales (avec notamment Shakti Callikan qui va prendre la parole) et même des histoires autour de l’argile par la comédienne Sandrine Raghoonauth ! Bref, tout pour passer un super moment, tout en découvrant poterie et céramique.