• Realme GT Neo 5 SE : du milieu de gamme très premium
  • Jessie Mathews : le pouvoir de l’écriture
  • Le patron de l'ADSU de Rodrigues arrêté pour complicité dans une affaire de drogue - L'ACP Dhunraz Gungadin : «Une Maritime Intelligence Cell sera mise sur pied à Rodrigues»
  • Heritage Skin Care Paris : Sheila Dumas et son aventure beauté
  • Swaraj Seetal écope de 37 ans de prison pour avoir tué son épouse deux mois après leur mariage
  • Le Cirque Social de Cité la Chaux : pour aider les enfants à construire leur avenir
  • «Goulous» de Stanley Harmon : dessine-moi l’esclavage 
  • Sortie de route mortelle à Clemencia - Les proches de Ram Appadoo : «Deziem frer nou perdi dan enn aksidan»
  • Jeffrey Epstein et TOUS les autres
  • Projet Métier de Beachcomber : des pépites de l’hôtellerie sacrées

Cours en «scriptwriting, acting and directing» : Chris Edmund et le défi de la scène

Du 1er au 17 septembre, au Caudan Arts Centre, ce comédien, metteur en scène et scénariste australien, qui a formé de nombreux noms connus – comme les acteurs Hugh Jackman (l’incontournable Wolverine de X-Men) et Kate Walsh (Grey’s Anatomy) – animera plusieurs ateliers sur l’univers de la scène, après ceux de 2020, qui étaient différents de ce qu’il va proposer. Aussi dans les starting-blocks : un court-métrage qui se veut comme un thriller psychologique étrange. Le monsieur, également ancien directeur de l’Acting Department de la Western Australian Academy of Performing Arts, nous en dit plus sur toutes ces belles choses. 

Le projet de court-métrage : «C’est un projet de film qui vient d’un script que j’ai écrit il y a un moment. Le titre provisoire est pour le moment Bang on the head/Coup sur la tête. C’est un thriller psychologique qui va durer entre 12 et 20 minutes, avec un résultat qui va se rapprocher du caractère mystérieux du cinéma de David Lynch (Mullholand Drive, Blue Velvet). On a déjà le soutien de la boîte Santral Art, qui aide à produire, notre casting est là, les acteurs Edeen Bhugeloo, Rachel de Spéville et Juliette Deloustal, notamment, et le tournage devrait commencer cette semaine à Trou-d’Eau- Douce. L’objectif est de faire un film avec une belle touche mauricienne, tout en proposant de la qualité pour faire voyager le film dans des festivals. Et avec un peu de chance, le projeter au grand public.»   

 

Les ateliers : «Je vais proposer des ateliers plus hands on cette année, avec plus de travaux pratiques et tellement d’exercices à faire pour ceux qui y assistent. Et c’est très intéressant aussi d’en faire trois, car je vais faire, à un moment donné, des frottements entre les différents ateliers et voir ce qui peut en ressortir. Je suis très optimiste, mon premier atelier en 2020 était très positif, avec des Mauriciens qui étaient très créatifs et avaient le désir d’apprendre.»  

 

Des conseils : «Le meilleur conseil que je peux donner à celui qui voudrait débuter dans ces domaines, c'est d'être résilient. J’ai vu beaucoup de jeunes acteurs abandonner parce que leur physique ne correspondait à ce qu’on cherchait dans le casting, ou à cause des scripts qui sont refusés tant de fois. Il faut tenir bon, on vous refusera peut-être des centaines de fois, mais une seule fois peut être la bonne. Et puis, le monde change, maintenant, les acteurs/comédiens envoient des self tape aux studios pour les auditions, c’est-à-dire des vidéos pour passer des auditions, ce qui est beaucoup plus rapide, et pourrait faire découvrir encore plus de talents.»

 

Il vous reste encore un peu de temps pour vous inscrire à ces ateliers payants. Pour plus de renseignements sur les prix et les horaires, allez sur le site du Caudan Arts Centre (www.caudanartscentre.com).