• Kendo – Formation et passage de grade : Rishi Bundhoo décroche son premier dan
  • Callisto Protocol : prisonniers de l’horreur
  • Future Hope Maurice : quand les enfants chantent l’espoir
  • Collision entre une voiture et un camion : vacances meurtrières pour Dayaneebye Ganoo
  • Match de gala Maurice-Réunion : du football inclusif pour malentendants
  • Huawei Nova Y61 : de l’entrée de gamme sympa
  • Le diabète, un danger pour le cœur
  • Qatar : dans l’ambiance d’un pays en fête
  • FoodWise : des recettes gastronomiques, zéro gaspi et économiques
  • Le PM répond à leur lettre : les membres de la communauté rastafari «déçus» mais «le combat continue»

Yuvan Sungkur, le faux avocat démasqué - Me Sanjeev Teeluckdharry : «Il a trompé beaucoup de monde, je ne comprends pas comment…»

Yuvan Sungkur sera de nouveau appelé pour des interrogatoires.

La toge et le rabat, il les avait déjà mais pas son LLB (Bachelor of Laws). Pourtant, Yuvan Sungkur, 42 ans, n’a pas hésité à se vêtir d’une robe d’avocat et à agir en tant que tel. Il a berné plus d’un par son petit manège. Mais la police a fini par découvrir qu’il était un faux avocat et l’a arrêté cette semaine. 

C’est aux côtés des Avengers qu’il s’est retrouvé sous le feu des projecteurs. Face à son assurance et à sa belle présentation, il était difficile de deviner que Yuvan Sungkur, 42 ans, n’était pas l’avocat qu’il disait être. Beaucoup ont ainsi été bernés, notamment Me Sanjeev Teeluckdharry, grâce à qui il est entré dans l’équipe des Avengers. C’est en janvier de cette année que Yuvan Sungkur a rencontré son aîné pour la première fois au tribunal de Rose-Hill, se présentant lui aussi comme un avocat. «Il disait avoir prêté serment il y a une quinzaine d’années, avoir travaillé pour une compagnie de renom et que par la suite, il est allé à l’étranger pour exercer», nous explique Me Sanjeev Teeluckdharry. C’est ainsi que de fil en aiguille, le faux avocat a fini par rejoindre son équipe. «Le public ne fait pas souvent confiance aux jeunes avocats et nombre de ces derniers préfèrent approcher les seniors pour avoir des dossiers à traiter et avoir un coup de pouce dans le domaine», explique Me Sanjeev Teeluckdharry.

 

Et lorsque l’avocat Akil Bissessur est arrêté dans la nuit du vendredi 19 août, dans le cadre de l’affaire de trafic de drogue présumée, Yuvan Sungkur se présente formellement, dès le dimanche 21 août, comme son avocat et assiste à ses interrogatoires under warning. Ceci, alors qu’il n’est pas inscrit à l’ordre des avocats et n’a jamais prêté serment en tant que tel. Il prend aussi l’habitude de faire des déclarations à la presse à la fin de chaque audition d’Akil Bissessur aux Casernes centrales. Une bonne façon de se faire de la pub et d’attirer d’éventuels clients.

 

Mais comment expliquer que Yuvan Sungkur ait réussi à duper Me Sanjeev Teeluckdharry ainsi que les autres membres des Avengers, entre autres ? L’homme de loi a du mal à le dire : «Je ne comprends pas comment cela s’est fait. Ceux l’ayant côtoyé sont choqués par toute cette affaire. Mais nous sommes disposés à donner notre version des faits et restons à la disposition de la police. Il a trompé beaucoup de monde. Mais je me demande aussi comment cela se fait qu’il n’y ait eu aucune vérification à la CCID par rapport à son Barrister’s Card quand il a dit l’avoir oubliée dans sa voiture. Car normalement, quand on ne la présente pas, on n’y a pas accès.»

 

Tout en précisant qu’il ne souhaite pas minimiser la situation, Me Sanjeev Teeluckdharry affirme qu’il faut se rendre à l’évidence que l’imposture est une affaire globale. «Il y a eu des cas où nous avons fourni les preuves et déposé plainte devant l’ICAC, mais il n’y a pas eu d’enquête. Il y a, par exemple, une quincaillerie qui a fait une application pour l’importation d’équipements médicaux, entre autres. L’imposture est à tous les niveaux et je pense que l’exemple vient d’en haut.»

 

Panel d'avocats

 

L’avocat Akil Bissessur avance, pour sa part, qu’à la base, il avait sollicité les services des avocats Sanjeev Teeluckdharry et Rama Valayden pour assurer sa défense dans l’affaire de trafic de drogue présumée. «Il est vrai que j’ai sollicité les services de ces deux avocats mais tout un panel d’avocats venaient aussi les aider sur le dossier et Yuvan Sungkur en faisait partie. Mais dès que j’ai eu vent de cette duperie, j’ai informé le Bar Council et a aussi donné ma version à la police», nous déclare-t-il.

 

Pour le président du Mauritius Bar Council, Yatin Varma, le cas de Yuvan Sungkur n’est, hélas, pas isolé. Il y aurait, dit-il, un autre cas quelque peu similaire qui avait été signalé l’année dernière et l’enquête est toujours en cours. «Une personne qui est démasquée pour ces frasques risque gros. D’ailleurs, à notre niveau, dès que nous prenons connaissance de ce genre de cas, nous remontons les informations aux autorités concernées. De là, une enquête est menée et des sanctions en fonction du délit sont prises.» Yatin Varma soutient aussi que si une personne n’est pas sûre de l’identité d’un avocat, il y a toujours moyen de vérifier. «Il n’est pas évident pour tous d’identifier un vrai avocat mais pour ce faire, il suffit simplement de se rendre sur le site web de la Mauritius Bar Association ou sur le site de la Cour suprême. Vous aurez toutes les infos concernant les avocats qui sont inscrits au barreau mauricien et qui ont le droit d’exercer.»

 

Représenté par Me Mikhail Hassamal, suite à son arrestation le lundi 26 septembre pour «Breach of Law Practitioners’ Act», Yuvan Sungkur a retrouvé la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 20 000 et payé une reconnaissance de dette de Rs 80 000. Il a déjà avoué ne pas avoir complété ses études de droit et avoir tout de même agi en tant qu’avocat à plusieurs occasions. Il sera de nouveau appelé pour des interrogatoires plus poussés sur toute cette affaire.