• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Vidhi Bekaroo, 27 ans, décède un mois après un accident : douloureux adieux à une jeune psychologue très engagée

 La jeune femme espérait apporter sa contribution à l'échelle internationale.

Elle n’était âgée que de 27 ans mais avait déjà accompli tellement de belles choses. Vidhi Bekaroo, jeune psychologue très engagée dans le social, serait certainement allée encore plus loin dans la vie si le destin ne lui avait pas réservé un triste sort. Victime d’un accident de la route, elle a rendu l’âme après plus d’un mois d’hospitalisation, le mercredi 6 janvier. Témoignage...

Elle laisse derrière elle le souvenir d’une jeune femme brillante, ambitieuse, qui avait le coeur sur la main ; une véritable perle rare. Veediasha Bekaroo, affectueusement appelée Vidhi, était promise à un brillant avenir et avait toutes les cartes en main pour réussir. Mais le destin a réservé un tout autre sort à cette jeune psychologue de 27 ans domiciliée à Cottage. Victime d’un accident de la route au Morne en décembre dernier, elle a succombé à ses blessures après un peu plus d’un mois d’hospitalisation.

 

Depuis que la nouvelle de sa mort est tombée, ce mercredi 6 janvier, les hommages n’ont cessé de pleuvoir sur les réseaux sociaux. Pour cause, Vidhi Bekaroo, benjamine d’une fratrie de trois enfants, était très connue, étant bien engagée dans le social. «Depuis son plus jeune âge, elle pensait aux autres avant elle. Elle a toujours aimé venir en aide aux plus vulnérables», confie Swesta, sa soeur aînée. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle avait choisi d’exercer le métier de psychologue, son rêve d’enfant.

 

L’accident de Vidhi Bekaroo remonte au 3 décembre dernier. Ce jour-là, elle se trouvait dans la voiture que conduisait son fiancé – un habitant de Goodlands de 27 ans – lorsque celle-ci est entrée en collision avec un autre véhicule au Morne. Admise à l’hôpital Victoria, à Candos, la jeune femme a souvent donné l’impression à ses proches qu’elle était sur la voie de la guérison. «Elle avait subi une opération et était consciente. Nous étions convaincus qu’elle finirait par s’en remettre et avions gardé espoir jusqu’au dernier moment. Mais elle a fini par souffrir de complications», raconte sa soeur.

 

Son état de santé s’est drastiquement dégradé le vendredi 1er janvier et ses proches l’ont transférée à l’hôpital Wellkin en pensant qu’elle pourrait être sauvée. Malheureusement, elle a fini par rendre l’âme le mercredi 6 janvier, succombant à une septicémie. Testé positif à l’alcotest, le conducteur du deuxième véhicule impliqué est toujours hospitalisé dans un état critique et n’a pas encore pu donner sa version des faits.

 

Woman of the Year

 

De son vivant, Vidhi Bekaroo a apporté sa contribution à plusieurs causes qui lui tenaient à coeur ; notamment celle des victimes de violence domestique, des sans-abris, mais plus particulièrement de ceux souffrant d’une maladie mentale. «Elle espérait plus que tout briser les tabous et voulait même apporter sa contribution à l’échelle internationale. Elle travaillait dur et bien souvent, jusqu’à très tard.» C’est sans doute cette soif de persévérance qui lui a valu le titre de Woman of the Year – sous l’égide du ministère des Affaires étrangères – durant deux années consécutives, soit en 2018 et 2019.

 

La disparition subite et tragique de Vidhi Bekaroo est une immense et douloureuse perte pour tous ceux ayant eu l’occasion de croiser son chemin. Sa soeur, qui ne tarit pas d’éloges à son sujet, lâche : «Elle était, certes, plus jeune que moi mais j’apprenais beaucoup d’elle. Elle était quelqu’un de vraiment volontaire, toujours prête à venir en aide aux autres et qui savait redonner du courage à ceux qui en avaient besoin.»