• Trois agressions mortelles en quelques jours : Les proches de Devadassen, Jacquelin et Alwin entre chagrin et stupeur
  • L’arche de Noé… mie
  • SaveMart : sept ans au plus près des Mauriciens
  • BTS : Le phénomène K-pop à la conquête du monde… et de Maurice
  • Ligue des champions (2e journée) | Juventus vs Barcelone : Messi cherche Ronaldo
  • Désiré François : un concert, un défi
  • Accidents fatals : deux nouvelles victimes, deux familles affligées
  • Une ado de 16 ans poignardée par le père de son enfant de 9 mois | Sa tante : «Nous étions opposés à leur relation dès le départ»
  • Air Mauritius : des employés crient leur colère
  • Championnat d’Angleterre (6e journée) | Arsenal vs Leicester City : qui sera le plus rusé ?

Tejaswini Petkar : «Notre pays dispose des installations nécessaires pour tester et produire en masse une solution de nettoyage potentielle...»

«La biorestauration reste une excellente solution à long terme pour nettoyer notre eau affectée par la marée noire du Wakashio. La bioremédiation étant un processus naturel, elle exigerait certainement un investissement à long terme de la part de nos experts scientifiques, avec des analyses périodiques et des évaluations des risques appropriées, d'autant que certaines des souches microbiennes ont un potentiel de résistance aux antibiotiques…» Ces paroles sont celles de Tejaswini Petkar, détentrice d'un Postgraduate Degree en microbiologie, qui propose la bioremédiation, impliquant l'utilisation de micro-organismes, champignons ou bactéries, qui décomposent les polluants toxiques présents dans le pétrole lourd, pour aider à sauver nos côtes.

Mon constat : «Le 25 juillet, le MV Wakashio s’est écrasé contre un récif de corail au large de la côte sud de Maurice, entraînant l’évacuation de son équipage et le début d’une enquête policière. Avec l’enquête en cours et les autorités délibérant sur la situation, le pire s’est produit et le 6 août, la coque du navire s’est fissurée, libérant du pétrole brut dans les eaux cristallines des plus beaux lagons de Maurice. Bien qu’il y ait beaucoup de choses qui peuvent être critiquées sur la réponse du gouvernement, la population devrait se concentrer principalement sur la manière de prévenir et de réduire autant que possible les dommages causés à nos eaux et à son écosystème.»

 

Une catastrophe : «Selon l’Agence de protection de l’environnement, les déversements de pétrole brut constituent une menace majeure pour la santé et la sécurité publiques en contaminant l’eau, en provoquant des risques d’incendie et d’explosion, en diminuant la qualité de l’environnement, en compromettant l’agriculture, en détruisant les zones de loisirs, en gaspillant des ressources non renouvelables et en coûtant à l’économie beaucoup d’argent. Cela est dû au fait que l’huile est un produit naturel récalcitrant contenant des hydrocarbures saturés, aromatiques et polaires qui lui confèrent des propriétés d’insolubilité et de toxicité dans l’eau. De telles propriétés font des déversements de pétrole majeurs un cauchemar, une catastrophe environnementale qui étend les effets néfastes à la végétation des marais, aux communautés microbiennes et coralliennes indigènes ainsi qu’aux espèces aquatiques et sauvages. La région sud de notre île étant une zone sensible abritant plusieurs projets de conservation comme les zones humides de Pointe-d’Esny, protégées par la convention Ramsar, le parc marin de Blue-Bay contenant des coraux uniques et la réserve naturelle de l’île-aux-Aigrettes, tout dommage subi pourrait être dévastateur pour l’écosystème. Compte tenu de l’énorme risque présent dans ces régions sensibles, nous devons considérer attentivement l’impact des marées noires et les méthodes de gestion qui pourraient être employées ; parfois, les méthodes de gestion peuvent être plus menaçantes que le déversement lui-même. Compte tenu du type de pétrole déversé et de la proximité du pétrole avec des sites aussi sensibles, il faut adopter une combinaison de facteurs de nettoyage conventionnels et écologiques. »

 

Analyse de la situation : «Actuellement, les efforts du gouvernement et des volontaires de la société civile sont axés sur la création de barrages pour concentrer le pétrole lourd flottant et le pomper à travers des pompes et des skimmers spécialisés. Bien que ces produits soient efficaces pour les grandes quantités de pétrole à un endroit fixe, une fois que le pétrole se répand et se dilue, ce ne sera plus aussi efficace. La prochaine étape est donc l’utilisation de techniques de gestion efficaces applicables aux déversements d’hydrocarbure de moindre concentration. Cela implique l’application d’un matériau sorbant comme la tourbe et la sciure de bois, et l’utilisation d’agents dispersants : Corexit, gommes de xylane ou agents collecteurs de surface. Cependant, il est important de tenir compte du fait que les deux techniques ont leurs propres inconvénients : la première est lente et gourmande en ressources tandis que la seconde est potentiellement dangereuse pour l’écosystème marin sensible des environs.»

 

La bioremédiation en question : «Une meilleure alternative serait donc la bioremédiation qui implique l’utilisation de micro-organismes, champignons ou bactéries, qui décomposent les polluants toxiques présents dans le pétrole lourd en composés plus simples tels que l’eau et le dioxyde de carbone, entre autres. Ces microbes spécialisés sont capables de détruire complètement les composés toxiques sans exiger l’effort de collecte et de transfert du pétrole lourd. Ce processus peut être encore amélioré en ajoutant de l’oxygène, des nutriments, des surfactants et/ou des micro-organismes qui aideraient à éliminer l’huile résiduelle dans nos lagons sans nuire gravement à notre délicat écosystème marin.»

 

Une affaire de microbes : «Pour utiliser ces microbes spéciaux, il est d’abord essentiel de rechercher des microbes ayant une capacité de dégradation de l’huile et de déterminer leurs besoins en nutriments et en environnement. Il existe 70 genres de micro-organismes connus pour dégrader les hydrocarbures présents principalement dans l’huile, dont quelques exemples sont : Flavobacterium, Cytophoga, Xanthomonas, Alcaligenes, Arthrobacter, des souches de Pseudomonas aeruginosa et Bacillus. Les microbes commerciaux peuvent être disponibles sous forme de poudres sèches permettant un stockage, un transport et une reconstitution du site faciles en ajoutant simplement de l’eau. Ils sont préparés en faisant correspondre et en mélangeant les microbes avec des agents gonflants, des dispersants chimiques, des agents mouillants et des nutriments. Actuellement, notre pays dispose des installations nécessaires pour tester et produire en masse une solution de nettoyage potentielle sous la forme de microbes dégradant le pétrole disponible dans le commerce.»

 

La biorestauration, une solution : «Il est à noter que pour être réalisable, la biorestauration doit être précédée de méthodes d’élimination physique telles que l’extraction qui est actuellement en cours sur nos côtes. Individuellement, aucune des techniques de gestion de l’huile disponible n’est efficace à 100 %. En tant que telle, à elle seule, la biorestauration exigerait beaucoup de temps pour l’évaluation et les tests du site. Son succès dépend des conditions environnementales et des nutriments disponibles. Cependant, étant donné l’importance de la région touchée pour nos populations, la biorestauration reste une excellente solution à long terme pour nettoyer notre eau affectée par la marée noire du Wakashio. La bioremédiation étant un processus naturel, elle exigerait certainement un investissement à long terme de la part de nos experts scientifiques, avec des analyses périodiques et des évaluations des risques appropriées, d’autant que certaines des souches microbiennes ont un potentiel de résistance aux antibiotiques. Cependant, compte tenu de l’urgence et de l’importance de la crise environnementale à laquelle nous sommes confrontés, c’est certainement une solution qui doit être envisagée.»

 


 

Bio express : Titulaire d'une maîtrise en microbiologie de l'Université de Mysore, Tejaswini Petkar a également étudié la botanique et la biochimie pendant ses études de premier cycle. «Je suis passionnée par les micro-organismes et leur rôle dans notre écosystème. Après six ans en Inde, je suis retournée à Maurice pour en savoir plus sur la microbiologie marine et notre écosystème local», nous confie-t-elle.