• Fred Chesneau, le «Globe Cooker», à la table d’une famille mauricienne
  • Tir à l’arc : Wasim Yacoob s’en est allé
  • Kisasa, un restaurant atypique au coeur de Port-Louis
  • À Grand-Baie : Beedeea, 63 ans, meurt dans des circonstances troublantes
  • Syndrome d’Alcoolisation Fœtale : L’art, une arme pour la sensibilisation
  • Ses jumelles siamoises se trouvent en Inde pour une séparation chirurgicale | Marie-Hélène Papillon : «Je prie très fort pour mes filles»
  • Noyades : Début d’année cauchemardesque pour quatre familles
  • Nouvelle année, nouveaux visages et nouveaux talents
  • L’affaire Medpoint au Privy Council : Pravind Jugnauth, un rendez-vous avec l’histoire
  • Quitte ou double !

Soodhun poursuivi : le soutien de Pravind Jugnauth

«Showkutally Soodhun retiendra les services d’hommes de loi pour se défendre. Pourquoi devrais-je lui demander de se retirer ?» C’est lors de l’inauguration, vendredi après-midi, d’un mini soccer pitch et d’un espace vert à Cité Briqueterie, que le Premier ministre Pravind Jugnauth a commenté la décision du bureau du Directeur des poursuites publiques de poursuivre formellement le vice-Premier ministre et le président du MSM pour les menaces qu’il avait proférées à l’encontre de Xavier-Luc Duval, le leader de l’opposition. 

 

Pour le PM, le langage utilisé par son vice-Premier ministre n’est, certes, «pas approprié» mais cela avait été dit «dans un contexte» : «Je n’aurais pas tenu de tels propos mais je ne trouve pas cela sérieux (…) Ce n’est pas comme un cas de corruption, de briberyou de blanchiment d’argent.» S’«il n’y a aucune loi qui puisse le forcer à soumettre sa démission comme ministre ou parlementaire», des voix s’insurgent sur le fait que le principal concerné n’a pas step down.

 

Par ailleurs, cette semaine, Showkutally Soodhun a présenté ses excuses à Mireille Martin, ancienne ministre rouge, en Cour suprême. L’ex-ministre de la Femme le poursuivait pour propos diffamatoires tenus à son encontre. En sus des Rs 100 000 à Mireille Martin, il devra également s’acquitter de Rs 50 000.