• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Psycho - Plus Fashion Week Océan Indien : une jolie façon de s’aimer…

Célébrez-les ! Vos bourrelets, vos poignées d’amour. Ce ventre rebondi ou qui est tout raplapla. Ces seins qui ne sont pas an pik, prêts à remplir des bonnets immenses ou qui débordent des bralettes. Ce poum qui n’est qu’une ligne dans le dos ? Enjoy ! You are your own kind of beautiful. Et l’univers de la mode, des filtres, des posts Instragrammables, ne devraient plus vous dire le contraire ! Les complexes, ça fait partie de la vie. Mais ce n’est pas le plus important ; il faut déconstruire (se focaliser sur ce qu’on n’aime pas) pour reconstruire (se concentrer sur nos atouts) ! Car ne pas se sentir représenté/e, ça blues le moral, détruit la confiance en soi et emmène sur des chemins tortueux (troubles alimentaires, dysmorphie, entre autres).

 

C’est pour cela qu’une jolie initiative comme la Plus Fashion Week Océan Indien, dans l’idée des semaines-mode plus traditionnelles (avec shootings, défilés et mannequins plus size de l’étranger), ça fait du bien à la santé mentale. Il y est question de diversité, de challenge, de self-love et de représentativité. Casser les codes pour ne plus s’enfermer ! Ce rendez-vous mode permet de se rappeler que l’amour de soi n’a pas besoin d’avoir des critères ; il a simplement besoin d’exister. Être en vie, c’est déjà être de toute beauté, non ?

 

Cet évènement est organisé par une équipe réunionnaise et la première édition aura lieu à l’île Sœur en septembre. En 2024, elle devrait se tenir à Maurice. Mais déjà les liens se font et cet événement plus-size concerne les deux pays. Alors qu’un premier casting a eu lieu chez nous, ce week-end, pour trouver des boulet kanon XXL, parlons de l’importance de s’aimer à travers le témoignage de Karine Infante (photo), une des organisatrices de ce concours. Femme accomplie, elle a décidé de faire de son histoire, une force. Et d’inspirer d’autres femmes. Multi-preneure, directrice d’une boîte d’événementiel, présidente d’association, productrice télé et manager dans un restaurant à Saint-Gilles, elle est également coach et conférencière et veut trouver la Ashley Graham des îles. Et surtout mettre en lumière l’image de la femme dans toute sa diversité pour que personne n’ait l’impression de ne pas être assez.

 

Pour quelques kilos en plus. «Je suis moi-même ronde, maman de deux enfants. Je suis mariée depuis 16 ans, mais je suis avec mon homme depuis 25 ans. Après ma première grossesse, en 2009, j’ai pris du poids et j’étais en mode opération séduction ; je voulais vraiment me reséduire, retrouver mon corps, retrouver toute ma féminité, et c’est ainsi que j’ai commencé à chercher des vêtements pour m’habiller et je n’ai pas trouvé ! Il y avait quelques boutiques qui proposaient des grandes tailles mais c’était un peu old school.  Alors, j’ai créé une boutique grande taille, puis une association, Ronde et Belle, pour, entre autres, le mannequinat plus-size, qui a existé pendant quatre ans. Je me suis lancée parce qu’il y avait un énorme manque ! Au début, je l’ai fait pour moi, ma famille, mes copines mon entourage. Puis, face aux demandes qui étaient nombreuses, j’ai commencé à développer un réseau avec les comités de Miss Ronde, entre autres.»

 

Pour une mode inclusive. «La réflexion, en 2009 et aujourd’hui encore, est la suivante : pourquoi les femmes qui sont en surpoids, qui en ont pris un peu après la grossesse ou alors qui ne sont plus toutes jeunes, toutes fraîches, ne sont pas vraiment intégrées dans la société ? Alors, c’est à nous de combattre, petit à petit, les diktats de la beauté afin de faire en sorte qu’à tout âge, sous toutes les formes, les femmes se sentent bien, épanouies, accomplies, dans toutes les facettes de leur vie. Qu’elles soient mères au foyer, chef d’entreprise, salariées…Mais aussi dans leurs relations avec elles-mêmes et avec les autres : leur compagnon, leur femme, leurs enfants.…Une femme bien dans ses baskets, bien dans ses vêtements, c’est une femme qui peut réussir de nombreuses choses. Pour que la magie opère, elle doit se sentir bien. Et ça passe par la façon dont elle se perçoit elle-même, mais aussi comment la société lui permet de se voir. C’est important. La mode ne devrait pas avoir de codes, de critères. Pas celle de la taille, de la couleur, de la texture des cheveux ou de la peau. Des boutons, des vergetures, des bourrelets ? C’est ce que nous sommes.»

 

«Nourrissez votre wow intérieur». «Aujourd’hui, ce que je prône dans ma vie, et auprès de toutes les femmes que je coache dans mes conférences ou dans mes rencontres, c’est de live your wow ; vivez votre wow intérieur, vibrez votre wow, ce qui fait ce que vous anime, ce qui vous fait vous réveiller matin. Avec la pêche, la patate, le sourire ! Il faut nourrir son wow intérieur ! Ce que je fais moi avec mes projets, le sport que j’adore et ma famille ; je suis la femme féminine et dynamique que je souhaite. Alors pour m’épanouir, je continue à entreprendre, à partager afin d’essaimer le bon message à toutes les femmes afin qu’elles puissent récupérer leur puissance et remettre cette puissance au service de leur choix de tous les jours.»

 

Ce n’est pas un concours. «Le Festival, c’est célébrer sa différence. C’est s’offrir ce que l’on souhaite. Reprendre confiance. Se voir différemment. J’aime cet adage qui dit : on ne sait pas ce que l’on peut réussir tant qu’on n'a pas essayé. C’est pour cela qu’il ne s’agit pas d’un concours. D’ailleurs, ce n’est pas notre truc les compétitions de beauté classiques. Nous n’allons pas élire une belle candidate. Nous voulons trouver des visages et des personnalités qui pourront représenter les deux îles dans le domaine du plus-size. Nous voulons que les femmes se sentent bien, qu’elles soient représentées et/ou qu’elles se voient représentées. L’idée de cette fashion week, c’est de se dire qu’on va sortir de sa zone de confort, qu’on va se permettre de nourrir sa confiance en soi. Qu’on va être visible et que ça l’idée même qu’il n’y ait pas de corps spécifique pour la mode va s’instiller dans la conscience collective et va devenir normal.»

 

PS : Si vous souhaitez suivre l’activité de cette Fashion Week, cliquez sur le lien suivant : https://bit.ly/plusOI.