• Désir de maternité, problème de fertilité : comment faire face au mois de mai
  • Ebony Forest : protecteur de la nature
  • Un trentenaire agresse son épouse et leur fille de 4 ans au couteau - Ses beaux-parents : «Nou tifi inn pas boukou mizer depi linn marye»
  • Jasodah Boodhun, une centenaire bien dans sa peau
  • La flamme olympique en France : effervescence autour du feu sacré
  • Thyroïde : une petite glande, de grandes implications…
  • «Furiosa : une Saga Mad Max»  : encore de la fureur et de la ferraille
  • Enquête judiciaire au tribunal de Souillac - Rama Valayden : «Lapolis inn kwi vide ek lanket lor lamor Kanakiah»
  • Aurally Handicapped Persons Sports Federation : ne pas confondre athlètes sourds et para-athlètes
  • Journée internationale du thé : la Chartreuse, entre célébration et engagement pour une industrie équitable et durable

Meeting du 1er Mai du MSM : ils/elles y étaient mais…

Le Premier ministre a assuré qu'il irait jusqu'à la fin de son mandat.

Nouvelle couleur pour nouveau parti. Pas tout à fait. Les choses seraient un peu plus compliquées qu’il n’y parait. 

Étrange phénomène. Être là mais ne pas être tout à fait là : telle est la posture observée par certains/es en ce moment. Lors du meeting du 1er Mai tenu par le MSM et ses alliés à Vacoas, un groupe de personnes a attiré l’œil ; ces dimounn se trouvaient sous une marquise, à côté de la principale estrade. Des nouveaux visages. Mais aussi des anciens. Comme celui de Sylvio Tang, cet ex-ministre du PTr qui avait rejoint les rangs du MSM en 2019 et ne s’en était pas caché. Néanmoins, il y a eu quelques surprises et beaucoup de silence. Dans cette petite assemblée, petite foule dans la foule, des personnes venant du PTr, du MMM et du PMSD étaient présentes. Vite pointées du doigt, sur les réseaux sociaux, comme la nouvelle vague de chatwas, elles ont presque éclipsé les commentaires autour du rassemblement : ceux concernant les autobus (et ceux qui se trouvaient dedans), la virée à la plage ou les take-aways de bryani…

 

Des personnes anba la tant, ce 1er Mai à Vacoas, n’ayant pas très envie d’expliquer leur présence. Parmi, Avinaash Munohur, un Mauve qui avait démissionné du MMM il y a quelque temps en évoquant son emploi et des «conflits d’intérêts» : «Je suis Associate pour une boîte française qui étend ses activités dans la région et à Maurice. Donc, comme son code de déontologie exige qu’aucun de ses employés ne fasse de politique dans le pays...» Il n’a pas répondu à nos sollicitations pour s’expliquer. Son départ et, surtout, sa présence sur la plateforme orange, ce 1er Mai, a pris par surprise les militants : «Je le connais bien, il n’avait donné aucun signe en ce sens. Nous avions compris que ses engagements professionnels et familiaux étaient la priorité, pas qu’il se préparait à se vendre à Pravind Jugnauth», confie un Mauve.

 

Véronique Marielle Rivet, ancienne du PTr, également en mode orange, a accepté de répondre à nos questions avant de ne plus vouloir donner suite. Roshan Seetohul, ex-trésorier du PMSD, a dit qu’il ne souhaitait pas faire de commentaires pour l’instant. Fabrice Catherine, qui évoluait jusqu’à tout récemment au sein du MMM, non plus. En évoquant des raisons professionnelles : «Je ne veux pas faire de commentaires par rapport au travail que je fais. Je comprends vos questions mais je travaille avec le public. Je ne peux pas en dire plus pour l’instant.» Il a, néanmoins, admis avoir reçu «une invitation» pour se rendre au meeting. Les adhésions ne sont pas évoquées, ni brandies avec fierté. Il y aurait de la tractation dans l’air : «À mon avis, ça discute ferme pour des postes, des avantages ou même des tickets pour les municipales et/ou les législatives. Alors, la discrétion est de mise», explique un observateur politique, ancien membre du MSM.

 

Plus de chance avec Shirin Joomun, ancienne du PTr. Mais, de toute façon, comme elle l’explique, elle a rejoint le MSM et en est un membre en bonne et due forme. Son départ avait été motivé, explique-t-elle, par le fait qu’elle n’était pas pour une alliance avec le MMM et le PMSD. Et que, vous l’imaginez bien, les valeurs que prônaient le Labour Party n’étaient pas «parey kouma avan». Aujourd’hui, c’est avec fierté, dit-elle, qu’elle affiche la couleur orange : «Je suis bien à l’aise avec le MSM, les membres et le Premier ministre m’ont bien accueillie.  Le parti travaille, il y a beaucoup de progrès dans le pays. C’est ce qui m’a aussi motivée.» Surtout, qu’affirme Shirin, «de lot kote ena ziss palab, problem ek tirayman».

 

Satisfaite d’être chatwa pour l’avancement du pays, elle affiche avec fierté ses nouvelles couleurs. Ce qui n’est pas le cas pour tous/tes visiblement.

 

Il y avait aussi…

 

… venus du PTr, Sailesh Bissumbhur, Zairah Raidann, l’ancien lord maire, Sheik Hossenbocus, Javed Khedarun et Waheeda Joomun. Du MMM ? Zabeen Mooraby et Amrish Seetaloo. Kamlesh Seechurn, ancien membre du Reform Party, était également présent. Dans le lot, un avocat, ancien des Avengers, Steven Sauhobooa. Ainsi que des «novices» en politique : Vicky Ruhee, Nitin Padayachy, Priya Soobarah , pour ne citer que ceux/celles-là.

 

Joe Lesjongard, so happy

 

Plus de 20 000 personnes présentes, une «claque magistrale» aux partis de l’opposition, une popularité sans précédent pour le MSM qui «n’a pas raté le rendez-vous avec l’histoire», un véritable «succès» ; c’est en ces termes extatiques que Joe Lesjongard a qualifié le meeting du 1er Mai de l’alliance gouvernementale. Le président du parti orange a animé un point de presse le mercredi 3 mai.

 

Pravind Jugnauth en mode campagne

 

Au cœur de son allocution, ses sujets de prédilection. L’avenir avec le MSM et la hargne contre l’opposition. Pravind Jugnauth a laissé flotter un fort parfum de campagne électorale dans l’air le 1er Mai, à Vacoas. Le Premier ministre a évoqué les progrès fait sous son gouvernement, les koudme par-ci, les koudme par-là. Et il a assuré que cela ne faisait que commencer, car il est déterminé à aller jusqu’à la fin de son mandat. Il s’en est pris à ses adversaires politiques, les a accusés d’être proches de la mafia de la drogue et des courses hippiques et a assuré que des «masques allaient tomber». Un retour aux meetings pour le 1er Mai, mais aussi pour les 40 ans d’anniversaire du parti orange : «C’est aussi l’occasion de célébrer les 40 ans d’existence de ce parti. C’est ce parti qui a contribué aux plus grands progrès, que ce soit au niveau économique ou social. Je voudrais rendre hommage à sir Anerood.»