Soutenez 5plus.mu

CHERS LECTEURS DE 5-PLUS DIMANCHE

Pendant cette période de confinement, profitez de 5-Plus Dimanche, l’express, Business Mag, Weekly, de tous vos magazines préférés et de plus de 50 titres de la presse Française, Afrique et Ocean indien sur KIOSK.LASENTINELLE.MU.

Bonne lecture,

Protégez vous, restez chez vous !

  • Kolektif Rivier Nwar : des poules, des œufs et un appel au don
  • Jeux Olympiques 2021 : la machine se remet en marche
  • Kayne, 2 ans, souffre d’épilepsie générale : sa mère Jaya lance un appel à l’aide
  • La vie de fashionista de Zorah
  • Bien dan ou lapo
  • Quand Nata «Sing» dans le métro !
  • Le bioplastique, la solution de six jeunes contre la pollution
  • Le Top 4 des tisanes pour braver l’hiver
  • Faire son compost-maison : le guide
  • Ces entreprises qui proposent des solutions pour faire face à la crise

La rescapée des siamoises rentre pour la première fois chez elle - Marie-Hélène Papillon : «Je suis une maman très heureuse»

Marie-Hélène est contente d’avoir sa fille avec elle à la maison.

Un moment magique, rempli d’émotions et de fierté car, après de longs mois d’hospitalisation, Marie-Cléanne Papillon, la petite miraculée des sœurs siamoises séparées lors d’une intervention en Inde en mars 2019, a pu rentrer pour la première fois chez elle. C’est dans la joie et la bonne humeur que la famille a célébré la petite princesse...

Elle la regarde et elle voit un petit soleil. Des rayons d’amour qui émanent d’un tout petit corps qui vient effacer, rien qu’avec son sourire, tous les soucis. Mais quand elle regarde aussi sa petite, Marie-Hélène Papillon ne peut pas ne pas penser à l’idée que son bébé revient de loin. La maman qu’elle est ne peut pas oublier tout ce que son petit bout a vécu : sa naissance (le 4 janvier 2019), rattachée à sa sœur Marie-Cléa, les doutes, le stress, la peur, son départ pour l’Inde, la lourde intervention pour les séparer et le décès en mars 2019 de sa deuxième fille, la moins chanceuse des jumelles siamoises, à l’issue de l’opération.

 

Mais quand elle la regarde aujourd’hui, quand elle serre Marie-Cléanne – qui a soufflé sa première bougie le 4 janvier – dans ses bras, sans tubes rattachés à elle, elle ne peut que se sentir soulagée et se dire «que le pire est passé». Le samedi 27 juin, elle a pu avoir sa petite dernière avec elle (elle a trois fils) à la maison, à Sainte-Croix, pour la première fois. Ce retour de son bébé à la maison après sa très longue hospitalisation lui fait dire que sa petite a gagné la bataille, que le cauchemar est loin dernière, même si un suivi médical dans son cas est primordial pour son développement. «C’est vrai qu’elle est rentrée à la maison pour ensuite repartir et qu’on va devoir répéter cela encore quelques semaines mais le plus important, c’est qu’elle peut sortir maintenant et qu’on l’a accueillie chez elle. Je suis une maman très heureuse», témoigne Marie-Hélène.

 

Le samedi 27 juin, la joie était donc palpable, contagieuse, débordante, dans la maison familiale, comme si ce développement de taille dans le traitement de la petite venait enlever un gros poids qui pesait sur leur cœur à tous. Ça a été l’euphorie depuis que l’ambulance est venue déposer la petite. Et l’amour se lisait sur tous les visages.

 

Que d’épreuves pour ce petit bout d’ange dont chaque petite mimique rappelle à Marie-Hélène et ses fils Chris, Emilio et Wilrick, que c’est une petite battante qui est aujourd’hui la lumière de la famille. Et après plus d’une année d’un long combat pour que Marie-Cléanne retrouve la santé, la petite tribu savoure une nouvelle étape de ce long chemin depuis le samedi 27 juin, jour où la petite princesse, leur petit bébé miracle, a découvert sa chambre pour la première fois. «Je ne peux pas décrire tout ce que je ressens. Je suis soulagée et je suis une maman comblée», confie Marie-Hélène, de l’émotion et de la fierté dans la voix.

 

Câlins

 

Un concentré d’amour ressenti, ce samedi, quand la tribu a fêté ce retour tant attendu de sa petite princesse. Savoir que Marie-Cléanne peut maintenant quitter l’hôpital pour rentrer chez elle, même si c’est par phases dans un premier temps – pour faciliter son adaptation et pour voir comment elle réagit –, est une indication qu’elle va beaucoup mieux. «Elle n’est plus rattachée à des tubes, ça rassure...» poursuit Marie-Hélène qui prépare ce moment depuis plusieurs semaines. «On croyait qu’on allait l’avoir pour la fête des Mères. Ça ne s’est pas fait mais peu importe parce qu’aujourd’hui, ce jour qu’on espérait tous dans la famille est maintenant une réalité.» Tous les frères de la petite, les grands-parents, les cousins, cousines et autres vivent avec beaucoup de bonheur cette nouvelle étape dans la vie de Marie-Cléanne.

 

Pour l’occasion, la famille a mis beaucoup d’amour dans la préparation de la chambre de Marie-Cleanne : «Sa chambre est prête. Il y a du blanc, du rose, des ballons, de la couleur, parce que Marie-Cléanne a une personnalité très joviale. Elle est toujours souriante et c’est pour cela qu’on a voulu mettre des couleurs dans sa chambre. C’est une petite remplie de bonne humeur...»

 

Marie-Hélène le sait, son bébé miracle a eu un départ difficile dans la vie et c’est pour cela qu’elle prend aujourd’hui beaucoup de plaisir à savourer chacun de ses progrès : «Elle adore les bisous et les câlins, et sait même faire les yeux doux. Elle n’est vraiment pas farouche et apprend très vite. Elle ne parle pas encore très bien mais elle sait prononcer quelques mots et c’est vraiment un plaisir de l’écouter.»

 

Après les visites quasi quotidiennes à l’hôpital de Flacq, où Marie-Cléanne était hospitalisée, la petite famille vivra désormais d’autres moments avec elle mais cette fois, c’est dans la maison familiale qu’elle créera de nouveaux souvenirs. «Elle grandit bien, elle mange de tout et elle adore le chouchou et le giraumon», ajoute Marie-Hélène. Pour le nouvel environnement de Marie-Cleanne, toute la famille lui a préparé un petit cocon d’amour : «J’ai mis un autocollant de la princesse Sophia, qu’elle aime bien, mais aussi un dessin de lapin qu’on a reproduit dans la chambre car, à l’hôpital, je lui racontais toujours des histoires avec un petit lapin comme personnage et on regardait aussi des vidéos et c’est pour cela que j’ai voulu en reproduire dans sa chambre. J’y ai aussi accroché une peluche de la panthère rose que Marie-Cléanne aime beaucoup.»

 

Bien sûr, dans ce moment de joie intense, Marie-Hélène et les siens ne peuvent pas ne pas penser à Marie-Cléa, qui est plus que jamais présente dans leur vie avec Marie-Cléanne qui s’installera bientôt définitivement à la maison, et qui, selon elle, a rendu tout cela possible : «On a accroché une photo de Marie-Cléa dans la chambre de Marie-Cléanne pour qu’elle connaisse son histoire, qu’elle sente sa présence et qu’elle ne l’oublie jamais.»

 

Si aujourd’hui, la famille peut accueillir la petite à la maison, elle sait qu’elle doit beaucoup au personnel hospitalier de l’hôpital de Flacq qui a bien pris soin de Marie-Cléanne durant sa période de convalescence : «Que ce soit les différents médecins, les infirmiers ou les autres membres du personnel, ils ont tout fait pour que ma fille se sente bien. Ils l’ont tous vu grandir. Je tiens aussi à remercier tous ceux qui nous ont permis d’arriver à ce dénouement, notamment tous les Mauriciens pour leur générosité...»

 

C’est autour d’un bon gâteau que la famille a célébré cet instant magique, le temps d’une belle journée, alors que Marie-Hélène, de son côté, arrivait difficilement à cacher qu’elle était la plus heureuse des mamans...