• Roshan Seebodt, 34 ans, décède deux semaines après un accident à moto - Kajal, son épouse : «Linn fer tou pou rann mwa erez»
  • Après son arrestation dans l’«affaire cuivre» - Sherry Singh : «Mo dir popilasion exkiz mwa, monn avoy enn diktater lao»
  • «Spider-Man : across the Spider-Verse» : l’homme-araignée à l’infini
  • «Bullying» d’enseignant/es sur les enfants : des pistes pour faire face
  • Enquête judiciaire sur la mort tragique de Joachim Paumero, 26 ans - Son père Marco : «Plein d’éléments montrent que c’est bien un crime»
  • Discours budgétaire : sentiments mitigés chez les Mauriciens
  • Debriefing du Budget 2023-24 - Renganaden Padayachy : «Un Budget pour construire notre résilience économique, sociale et environnementale...»
  • BUDGET 2023-2024 : entre satisfaction et «gagn gou pa ase»
  • 12e journée : Frosted Gold termine en 22s !
  • Qu’est ce qui change dans notre quotidien ?

Jardin agroécologique : et si on mettait la main à la… terre !

Enfilez vos bottes et vos gants, il est maintenant l’heure de réaliser son jardin. Dans notre édition du 26 mars, Margot Roux, agronome auprès de l’association Le Vélo Vert, nous donnait les bases pour organiser son projet de jardin agroécologique. Eh bien, cette fois, elle nous explique comment s’y prendre pour mettre la main à la… terre !

Avoir un jardin chez soi offre de multiples avantages. Cela permet de redécouvrir le plaisir de jouer dans la terre, de prendre une bouffée d’air frais, de manger sainement avec la récolte de son potager et de délaisser les écrans le temps de s’occuper de son petit coin de verdure. Mais il est primordial de bien l’imaginer afin de rendre le jardin accessible et praticable. «Le design de son jardin est une étape très importante en agroécologie. Il faut dessiner un plan, imaginer l’aménagement des différents espaces, des chemins, des cultures, entre autres. Plus le design est réfléchi en amont, plus le jardinage sera facile ensuite», explique Margot Roux, agronome auprès de l’association Le Vélo Vert. «Pour qu’une activité dure dans le temps, il faut qu’elle soit efficiente, c’est-à-dire qu’elle produise bien sans que l’on s’épuise physiquement, moralement ou financièrement. Il faut donc que l’aménagement du jardin soit agréable et fonctionnel, pour se faciliter la tâche au maximum.»

 

Après avoir réfléchi aux différents espaces que vous souhaitez mettre en place dans votre jardin, il est temps d’imaginer comment les agencer. «Dans l’agencement du jardin, il faut penser que chaque espace doit être fonctionnel, par exemple par des chemins facilitant l’accès. Il est aussi important de prendre en compte que les espaces sont reliés entre eux : les haies produisent de la matière pour le compostage, le compost est utilisé dans le potager, etc. Il faut prendre cela en compte lorsqu’on les place sur le terrain», souligne notre interlocutrice. Lorsque le plan est satisfaisant, on peut passer à la mise en pratique. Le niveau de préparation variera évidemment de l’état du terrain avant de commencer (ne manquez pas nos prochaines parutions afin de découvrir différentes techniques pour cultiver les légumes en agroécologie). Il y a trois éléments-clés pour organiser son jardin agroécologique…

 

Espace de compostage

 

La base de l’agroécologie est d’utiliser des déchets végétaux tels que des épluchures de légumes et fruits, et de les transformer en matière fertilisante, soit le compost, pour nourrir son sol et ses plantes. Il est conseillé de placer le composteur près de la maison pour pouvoir facilement y jeter les déchets régulièrement. Contrairement aux idées reçues, un compost bien géré ne crée ni odeur ni problème d’insectes.

 

Potager

 

Cultiver ses propres légumes, c’est non seulement bon pour la santé mais c’est aussi un plus pour la planète. Car les légumes poussent à quelques mètres de votre porte et n’ont pas à être transportés sur de longues distances. Mais avant tout, il faut, de préférence, avoir un potager sur une zone plate, non inondable, proche d’un point d’eau pour faciliter l’arrosage en saison sèche. Il doit aussi être proche de la maison et accessible pour pouvoir s’y rendre régulièrement avec facilité. Si besoin, pensez à une petite clôture pour éviter les visites de rongeurs qui risqueraient de manger les légumes.

 

Haies et massifs de fleurs

 

Ces espaces jouent un rôle majeur dans un jardin agroécologique. Ils peuvent être une source de nourriture, avec des fruits par exemple, mais aussi faire office d’abris pour les insectes et les animaux qui rendront votre jardin vivant ou encore de brise-vent ou de clôture lorsqu’on les garnit de buissons à épines. Une autre de leur fonction est de produire des déchets végétaux. Lorsque l’on taille les haies, on récupère des feuilles, des branches coupées et tout cela peut servir à faire du paillage, ou alors à alimenter le composteur, pour pouvoir fertiliser les cultures.

 


 

À savoir : l’Académie du Vélo Vert vous ouvre ses portes

 

Une immersion dans le monde de l’agroécologie. C’est ce que vous propose l’Académie du Vélo Vert avec sa formation Agroécologie et agripreneurs : parcours et pratiques. Si vous voulez maîtriser les pratiques de l’agroécologie, un modèle d’agriculture durable qui suscite de plus en plus d’intérêt à Maurice, cette formation elle est faite pour vous. Elle se déroule les vendredis sur les fermes partenaires du programme dont celle du Vélo Vert à Chamouny, alors que certaines sessions théoriques auront lieu chez les partenaires du programme, comme le Food and Agricultural Research and Extension Institute (FAREI). Vous aurez tout plein d’autres avantages qui s’offriront à vous à l’issue de la formation, comme l’accès à la labellisation (charte de qualité) du Vélo Vert pour vos productions, entre autres.

 

Cette formation vous intéresse ? Inscrivez-vous sur le lien suivant : academie@levelovert.org, pour la prochaine rentrée prévue pour septembre. Et abonnez-vous à la page Facebook de l’organisme pour en savoir plus sur le monde de l’agroécologie.