• Krishna Pentayah : «Ma participation à la conférence internationale sur les petits États insulaires en développement»
  • Allemagne vs Ecosse : le pays hôte doit éviter une douche écossaise
  • Ki bon gajaks ?
  • Diffusion des matches : écran noir !
  • Analyse des entraîneurs mauriciens : l’Angleterre, la France et Mbappé ont la cote
  • L’Europe fait tourner le monde
  • Journée mondiale de l’environnement : quand Young Bros contribue à la protection de la planète
  • Six conseils pour bien prendre soin de sa peau pendant l’hiver
  • Enquête judiciaire sur le décès troublant de Pravin Kanakiah - Rama Valayden : «Paret finn ena cover-up de tre o nivo dan sa case-la»
  • Formations en maquillage : la Glow Up Academy d'El Mehsen vous ouvre ses portes

Incursion dans la bulle verte d’Alisson Adeline

Elle est fière de partager sa passion à travers Plantloversdelight_mu.

À Trou-d’Eau-Douce, Alisson, 23 ans, vit de sa passion pour ses plantes. Avant de se lancer dans cette aventure verte, la jeune femme a évolué dans le domaine du tourisme, mais son amour pour les plantes l’a vite rattrapée. 

Plantloversdelight_mu. C’est ainsi que se prénomme la petite bulle verte de cette passionnée de plantes. Et c’est chez elle, à Trou-d’Eau-Douce, qu’elle fait naître, soigne et bichonne ses bébés avec ferveur. Laquelle préfère-t-elle ? Impossible de choisir nous avoue Alisson Adeline. «C’est trop dur de faire un choix, car j’aime toutes mes plantes. Chacune est unique et apporte quelque chose d’inexplicable. Mais, si on veut parler de coup de cœur, je citerais les philodendrons, les monsteras, les caladiums et les zamioculcas.» L’amour de la nature, des fleurs, c’est de famille chez la créatrice et gérante de Plantloversdelight_mu. «D'aussi loin que je m’en souvienne, nous avons toujours eu des espaces relativement grands autour de notre maison. Ma grand-mère aimait faire du jardinage et m'y a initiée quand j'étais petite. Nous avions des arbres fruitiers tropicaux tels que des manguiers, des tamariniers, des palmiers, des jacquiers, des bananiers, des goyaviers, des grenadiers, aussi bien qu’un jamalaquier, un avocatier, un litchi, entre autres. Et bien sûr, beaucoup de fleurs merveilleuses, différents types de jasmin, des roses, des heliconias, etc., et, inconsciemment,  mes souvenirs m’ont toujours gardée liée à ma passion», fait ressortir la jeune femme.

 

Et c’est cette même passion qui l’a poussée à la création de Plant Lovers Delight. «C’était durant la pandémie, il fallait que je trouve un autre moyen de gagner ma vie, car continuer à travailler dans le tourisme ne me semblait pas sécurisant, encore plus après le naufrage du Wakashio qui avait déversé de l'huile lourde dans nos lagons. Comme je suis dans le domaine de la vente et que sur les réseaux, je voyais l'intérêt des gens pour les plantes, étant moi-même une  amoureuse des plantes et de la nature, je me suis lancée dans une profession qui me fascinait. J’ai ainsi créé mon jardin du bonheur et je vis de la vente de mes plantes d'intérieur et d'extérieur.» Mais en quoi consiste la mission journalière d'une amoureuse et cultivatrice de plantes ? «Chaque matin, je fais un petit tour pour voir si tout le monde va bien et je leur dis bonjour, c'est crucial pour moi. Si je vois que certaines plantes ont soif, je fais des arrosages par-ci, par-là, je vérifie l'état de santé de chaque plante, en leur assurant une bonne exposition au soleil, en taillant leurs branches ou leurs feuilles si nécessaire et en surveillant les signes de parasites ou de maladies», explique-t-elle.

 

Alisson souligne aussi qu’outre la maintenance au niveau de sa pépinière, elle doit gérer tout le côté administratif. «Je planifie et exécute également diverses activités promotionnelles telles que des publications sur les réseaux sociaux, sur mes pages Facebook et Instagram, Plantloversdelight_mu, et des événements en centre commercial pour attirer de nouveaux clients et fidéliser les clients existants. J’interagis avec des fournisseurs et d’autres pépiniéristes, je fais des échanges de plantes, entre autres. Mais j’aime surtout l’échange avec les clients ou d’autres passionnés. Globalement, ma mission quotidienne consiste à maintenir la santé et la qualité de mes plantes tout en m’assurant la satisfaction de mes clients qui, d’ailleurs, ont un vrai coup de cœur pour toutes les variétés de monstera.»

 

La passion

 

C’est donc avec amour qu’Alisson nourrit son univers rempli de plantes. «Dans ce monde où il y a plein de catastrophes principalement causées par l'homme, de violence, entre autres, nous avons besoin d’un espace de paix et pour moi, c’est dans mon jardin, au milieu des fleurs et des plantes, que je retrouve la sérénité.» Elle ajoute, des étoiles dans les yeux : «Elles sont mes compagnes au quotidien. Quand je vois qu’une plante arrive à être de plus en plus belle et épanouie, ça me fait du bien et me procure une fierté inexplicable. Je suis contente au même titre que ça m’affecte quand une plante tombe malade. Mais s’entourer de nature, cela fait vraiment le plus grand bien», confie Alisson.

 

Et pour conclure, la jeune femme nous livre quelques conseils pour prendre soin de nos plantes. «Beaucoup pensent qu’avoir la main verte est un don. En réalité, il suffit simplement de bien maîtriser les techniques et d'aimer les plantes, bien sûr. Chaque plante requiert une attention différente. Lors de votre achat, demandez au vendeur des petits conseils comme : où placer la plante, à quelle fréquence l'arroser pendant l'hiver et l'été, etc…» En ce qui concerne les plantes d’intérieur, elle explique que les problèmes proviennent d’un mauvais éclairage. «Choisissez bien votre plante d'intérieur en fonction des conditions que vous pouvez leur offrir. Une bonne luminosité sans soleil direct, c’est l’idéal. Car la plupart des plantes d'intérieur n’aiment pas le soleil direct, surtout quand elles sont derrière une vitre en été, entre octobre et avril. Alors que pour les plantes extérieures, c’est plus facile, on calcule les besoins en nombre d’heures de soleil par jour. Rappelez-vous que si vous croyez que vous pourriez attraper un coup de soleil à l’emplacement où vous placez votre plante tropicale, c’est qu’elle reçoit certainement trop de soleil ! Mais c’est l'emplacement idéal pour les cactus et certains types de succulentes.»

 

Concernant le rempotage, Alisson conseille de le faire quand le système racinaire de votre plante devient trop imposant. «On note alors que la croissance a ralenti, car il y a des nouvelles feuilles, mais elles sont peu nombreuses et plus petites. Il suffit donc de choisir un contenant dont le diamètre est supérieur de 2 ou 3 cm à celui de l’ancien contenant et de procéder au rempotage. Votre plante pourra s’épanouir. Et mon dernier conseil : à l’arrosage ne laissez pas l’eau stagner. Car cela pourrait favoriser la pourriture des racines et tuer votre magnifique plante.»