• FA Cup | Man Utd vs Liverpool : dans l’oeil du cyclone
  • Lupin sur Netflix : Omar, voleur aimé et mal-aimé
  • Des mots et des manigances…
  • Mais qui sont Hansel et Gretel… d'«Hansel and Gretel» ?
  • Enquête judiciaire sur la mort de Soopramanien Kistnen : Les révélations fracassantes de Pooveden Subbaroyan
  • Sharon Dukhi, 29 ans, meurt à l’hôpital à cinq mois de grossesse | Nitish : «J’accuse le personnel soignant d’avoir laissé mourir ma femme»
  • Shehad Calluchun, 15 ans, succombe à ses brûlures après une fuite de gaz | Son père Mozaheed : «Nou aksepte sa desizion Bondie-la mem si li bien dir»
  • Quand Linzy et Elijah revisitent «Le roi lion»
  • J’aime/J’aime pas | Bridgerton sur Netflix : sex-appeal contre toxicité
  • Vol avec violence dans la capitale | Celui qui a maîtrisé le malfrat : «Je voulais seulement aider la victime»

Giantee Dhunnoo, 80 ans, sauvagement tuée à son domicile | Un proche : «Aidez-nous à retrouver son assassin»

Cette habitante de Valton a été sauvagement agressée à son domicile.

Cette habitante de Valton, à Montagne-Longue, a été agressée mortellement à son domicile dans la soirée du samedi 2 janvier. Les proches de Giantee Dhunnoo, 80 ans, lancent un appel à témoins pour permettre à la police d’élucider cette affaire qui semble être vol qui a mal tourné.

Choc, tristesse, incompréhension, incrédulité… Les émotions que ressentent les proches d’Hormawti Dhunnoo, plus connue comme Giantee, forment un tourbillon qui les chavirent, les bouleversent et les empêchent de trouver la paix depuis que cette habitante de Valton, âgée de 80 ans, a été violemment tuée. Leur seul espoir de retrouver un peu de sérénité, ou du moins un peu de soulagement, est que le ou les personnes qui ont commis cet acte atroce soient attrapées, mises sous les verrous et paient pour leur crime. C’est la raison pour laquelle ils lancent un appel à témoins. Ils invitent tous ceux qui ont des informations susceptibles d’aider la police à résoudre cette affaire à venir de l’avant. «Aidez-nous à retrouver son assassin. C’est la moindre des choses qu’on puisse faire pour pouvoir honorer sa mémoire comme il se doit. Elle ne méritait une fin atroce», martèle un proche, effaré par ce qui s’est passé.

 

Le corps sans vie et ensanglanté de Giantee Dhunnoo a été retrouvé chez elle – où elle vit seule –, au premier étage de la maison familiale, le 3 janvier. C’est sa petite-fille de 16 ans qui a fait la découverte macabre. La vieille dame était allongée sur le dos dans un lit avec des blessures au visage. Il y avait également des éclaboussures de sang sur le tapis et sur le mur. En arrivant sur les lieux, soupçonnant un acte malveillant, la police a immédiatement sécurisé les lieux. La dépouille de la victime a été transportée à la morgue de l’hôpital Jeetoo sur les instructions du Dr Gungadin, Chief Police Medical Officer. Le rapport d’autopsie indique que l’octogénaire a succombé à une «compression of neck».

 

Une famille effondrée

 

Giantee laisse derrière elle une famille effondrée par son départ aussi subit qu’atroce. Ils ont du mal à comprendre et à accepter qu’une si bonne personne, tellement aimée par son entourage, ait pu partir dans des circonstances aussi horribles. La victime était connue pour son grand coeur ; elle avait toujours œuvré, selon son entourage, pour le bien-être des siens et de la communauté. Elle est également très pieuse et active sur le plan social. «Elle organisait des récitals de Ramayan chez elle. Elle était aussi la trésorière d’un groupe de senior citizens depuis plusieurs années. Elle a toujours été une femme très appréciée par son entourage», souligne un proche.

 

La victime jouissait également d’une bonne santé et a toujours été débrouillarde, à en croire ceux qui la connaissaient bien. Plus jeune, elle avait travaillé comme laboureur et avait aussi fabriqué des tentes en vacoas et soigné des cabris pour aider son époux à faire bouillir la marmite. Elle est veuve depuis une vingtaine d’années après que son mari est décédé de problèmes cardiaques. «Elle a deux fils et deux filles. Notre famille a toujours été soudée grâce à elle. Ses enfants ont toujours été aux petits soins pour elle. Toute la famille s’était d’ailleurs réunie le 2 janvier pour un grand déjeuner. Elle avait fait la cuisine avec l’aide de ses filles et d’autres membres de la famille. Elle avait préparé du poisson et la viande. Il y avait également du riz et des faratas», raconte notre interlocuteur.

 

Un vol qui tourne mal

 

C’est dans la soirée du 2 janvier que le drame se serait produit, soit après le départ des proches de Giantee. Son fils Manoj, qui habite à Albion, était rentré chez lui de même que ses filles qui habitent à Montagne-Longue et Roche-Noire. La police est d’avis que l’octogénaire a été victime d’un vol qui a mal tourné. Ce n'était d’ailleurs pas la première fois qu’elle était la proie de cambrioleurs. «Fer katriem fwa voler pass kot li. La polis deza vini me zame pann aret person. Li paret ki voler inn kokin enn lasenn pou li sa kout-la.»

 

Le/les agresseur/s de Giantee se serait/seraient introduit/s chez elle en passant par une fenêtre donnant sur l’arrière-cour qui jouxte un terrain boisé marquant la fin d’un chemin pas très fréquenté. La police a interpellé deux suspects dans le cadre de cette affaire le 4 janvier. L’un d’eux est un jeune homme de 32 ans habitant le voisinage. Il a été interrogé par les enquêteurs de la Major Crime Investigation Team avant d’être autorisé à rentrer chez lui. L’autre suspect est un laboureur de 45 ans. Cet habitant de Crève-Cœur a été longuement interrogé mais il a nié toute implication dans cette affaire. Les enquêteurs ont toutefois prélevé des échantillons sur lui pour les besoins d’un examen ADN avant de le laisser rentrer chez lui. L’enquête policière se poursuit. D’où l’appel à témoins des membres de la famille endeuillée pour élucider cette affaire.

 


 

Inspectrice Padma Bhugobaun de la Police Crime Prevention Unit : «Les personnes âgées doivent être sur leurs gardes»

 

L’agression mortelle de Giantee Dhunnoo interpelle grandement l’Officer-in-Charge de la Police Crime Prevention Unit. L’inspectrice Padma Bhugobaun souligne qu’un cas de plus est toujours un cas de trop. «La PCPU va continuer ses campagnes. Les personnes âgées doivent être sur leurs gardes. Les cas d’agression et de violence contre elles sont en hausse depuis l’augmentation de la pension de retraite.» Elle invite toutes les vieilles personnes à se rendre au poste de police de leur localité pour rencontrer le policier qui agit comme neighbourhood officer. Cet exercice permettra à la police d’avoir un relevé de toutes les personnes âgées vivant seules. Le policier pourra aussi les aider à télécharger la nouvelle application Lespwar sur leur téléphone, qu’elles peuvent activer en cas d'urgence. Celles qui n’ont pas de smartphone doivent, elles, téléphoner sur le 148 ou le 999. Les téléphones fixes doivent de ce fait être en bon état de marche.

 

La responsable de la PCPU conseille aussi aux personnes âgées qui sont seules de ne jamais ouvrir au premier venu. «Il faut toujours identifier la personne qui frappe à la porte. Soyez sur vos gardes si vous ne la connaissez pas. Il faut également verrouiller les portes. Et vous arranger avec un proche ou un voisin à qui vous pouvez confier une clé de secours au cas où.» Elle encourage aussi à nos aînés à avoir une bonne clôture et un bon portail.  «Il faut également avoir un bon éclairage autour de la maison. Lorsque vous êtes en dehors de votre domicile, évitez les endroits isolés», souligne la responsable du PCPU. L’inspectrice Bhugobaun invite également les personnes âgées à garder leurs bijoux et leur argent dans un endroit pas facilement identifiable par les malfrats.