• Jane Constance & Mickaël Pouvin : deux belles voix pour faire vibrer le Caudan Arts Centre
  • Sport Automobile : La Motors Formula Team en piste le 14 avril
  • Emilie Duval : «On doit tous, que ce soit l’Église catholique ou autre, se sentir concernés par les abus sexuels sur mineurs»
  • Agression mortelle de Shobanand Bhoyroo, 61 ans, par son voisin | Son neveu : «Ce n’était pas la première fois qu’il était brutalisé»
  • Fête de l’Indépendance : Le fabuleux 12 mars du constable Damien Céline
  • Un Mauricien parmi les disparus après l’attentat contre deux mosquées en Nouvelle-Zélande | Anwar, le frère de Moosid Mohammed Hossen : «C’est un choc»
  • Coupe du monde féminine 2019 : Sous l’œil attentif de Queency Victoire
  • Dengue : Vallée-des-Prêtres en alerte, Maurice sur le qui-vive
  • Captain Marvel : On y va, on n’y va pas ?
  • Décès tragique de Dia Dookhit | Ses parents : «Nous voulons connaître la vérité…»

Drames routiers : la terrible douleur de trois autres familles

Collision fatale pour Satyam Jhaurry

 

 

Une famille rongée par le chagrin et le choc de perdre un des siens soudainement. Les proches de Satidanand Jhaurry, plus connu comme Satyam, sont désemparés depuis son décès tragique. Cet habitant de Poudre-d’Or-Hamlet, âgé de 46 ans, a connu une fin atroce alors qu’il allait au travail – il était employé comme planton à la MauBank. Ce matin du mardi 5 mars, il se rendait à la succursale d’ébène à moto quand son deux-roues est entré en collision avec un poids lourd sur l’autoroute, à Mapou.

 

Ce jour-là, Satyam s’était réveillé aux aurores. Comme chaque mardi, ce dévot du dieu Hanuman avait fait une prière spéciale et comptait jeûner toute la journée. «Sak mardi li ti fer sa», explique sa nièce Bhavna Ramlogun. Il avait ensuite quitté son domicile, à Subash Road, vers 6h50. Quelques kilomètres plus loin, c’est le drame.

 

Après la collision, Satyam a été transporté à l’hôpital SSRN où son décès a été constaté. Le rapport d’autopsie indique qu’il a succombé à de multiples blessures à l’abdomen. Le chauffeur du poids lourd a été, pour sa part, arrêté et soumis à un alcootest qui s’est révélé négatif. Cet homme de 61 ans a été inculpé provisoirement d’homicide involontaire et a recouvré la liberté contre une caution de Rs 3 000.

 

Bhavna et les siens n’en reviennent pas que Satyam soit parti si subitement et atrocement. «Bondie finn desid pou pran li enn zour kot li karem. Li difisil pou nou aksepte sa, me an mem tan se enn gras pou li. Sa konsol nou inpe», souligne la nièce de la victime. Elle n’a que des mots élogieux pour son oncle : «Il n’avait que des bons côtés. Il était généreux. C’était un gentleman. Il avait le sourire facile. Son visage est resté souriant, même sur son lit de mort. Mon oncle laisse un grand vide.»

 

Outre de nombreux proches inconsolables, Satyam laisse derrière lui son épouse et sa fille qui aura 18 ans en juillet. «Mon oncle avait plusieurs projets pour sa famille. Il voulait, entre autres, changer de voiture et améliorer sa maison. Il voulait surtout assurer l’éducation de sa fille», souligne Bhavna. La veille du drame, toute la famille s’était réunie pour fêter le Maha Shivratri. À un moment, Satyam, «le rassembleur», a lancé l’idée d’organiser un pique-nique familial ce dimanche 10 mars.

 

Le destin en a décidé autrement. Aujourd’hui, sa famille ne souhaite qu’une seule chose : savoir exactement comment cet accident est arrivé et qui est responsable. «Nou pa ti la kan inn ariv sa. Se pou sa nou pa pou blam person pou le moman. Nou fami zis dimann lazistis si lapolis trouve ki sofer kamion-la koupab», lâche Bhavna, le cœur meurtri. Elle considérait Satyam comme un père car elle a grandi à ses côtés avant de se marier et d’aller vivre à Poudre-d’Or-Village.

 


 

 

Guiano Apollon, tué par un guidon de bicyclette

 

 

 

Il avait le cœur grand et c’est en accomplissant un acte de générosité qu’il a perdu la vie. Jean Thomas Guiano Apollon, 58 ans, a connu une triste fin, le lundi 4 mars, en allant «rann servis» à un ami. Il a eu le poumon perforé par le guidon de la bicyclette qu’il pilotait lorsque celle-ci s’est renversée.

 

L’habitant de la rue Remy Ollier à Mahébourgrevenait du marché vers 13 heures quand l’accident s’est produit. «Un de ses amis lui avait prêté sa bicyclette et remis de l’argent afin qu’il aille au marché du village pour lui et achète des fruits qui devaient être remis aux pèlerins du Maha Shivratri. Mo frer ti mari kontan rann servis tou dimoun. Li ti pre pou ariv lakaz kan linn tonbe», raconte Pierrot Apollon, le frère aîné de la victime. Tout laisse croire que c’est le sac de fruits qui serait la cause de l’accident. «Nou panse ki sak frwi-la inn may dan rayon bisiklet, akoz sa mem larou inn vire ek linn tombe. Lerla linn blese ek so gidon.» Selon Pierrot Apollon, son frère avait déjà rendu l’âme à son arrivée à l’hôpital du village. Il a succombé à une «cardiac tamponade» provoquée par une lacération du cœur.

 

Guiano, qui était pêcheur, vivait avec son frère. Il s’était séparé de son épouse depuis plusieurs années et a une fille de 22 ans.

 

 


 

 

Andy Thisbe, victime d’un «hit and run»

 

 

 

L’impensable s’est produit alors qu’il rentrait chez lui. Andy Thisbe, un barman de 24 ans, a été victime d’un accident avec délit de fuite aux petites heures du matin, le jeudi 7 mars. Cet habitant de Kovil Lane, à Grand-Baie, a été retrouvé vers 2h50, non loin du bureau de la brigade antidrogue de sa localité, gisant sur l’asphalte à côté de sa bicyclette complètement endommagée. Sur place, il y avait aussi une couverture de rétroviseur blanche et non loin, un palmier déraciné. Les policiers mandés sur place ont tout de suite penché pour la thèse d’un hit and run.

 

Andy Thisbe a peu après été transporté à l’hôpital SSRN où son décès a été constaté. Les funérailles du jeune homme ont eu lieu le vendredi 8 mars. Sa mère Pamela, 47 ans, est complètement anéantie depuis son départ tragique et subit. Andy était son aîné et vivait toujours chez elle. «Mon fils était un peu porté sur la bouteille depuis que sa compagne est partie avec leur fils de 3 ans», confie Pamela.

 

Ce soir-là, dit-elle, Andy est allé rejoindre des amis pour boire quelques verres après avoir fini son service vers 22 heures. «Andy ti enn bon garson. So sel defo se ki li ti kontan al bwar ek so bann kamarad. Li ti kontan al bwar sirtou lavey so zour konze. Sak fwa mo koz ek li akoz samem zame li pa ti ekout mwa», regrette cette maman.

 

Pamela dormait à poings fermés lorsque deux amis de son fils sont venus lui annoncer la terrible nouvelle. «Une ambulance l’avait déjà emmené à l’hôpital. Là-bas, je n’ai pu le voir car on avait déjà transporté sa dépouille à la morgue», raconte-t-elle, en larmes.

 

C’est un deuxième coup dur pour la quadragénaire après la mort du père d’Andy en 2005 des suites d’une longue maladie. Pamela compte sur la police pour retracer le véhicule qui a renversé son fils et faire la lumière sur les circonstances du drame. Les enquêteurs essaient de retracer une Nissan X-Trail blanche qui apparaît sur une caméra se trouvant non loin du lieu de l’accident, roulant en direction de Mon-Choisy, vers 2h30. Une piste qui pourrait conduire au responsable de ce hit and run fatal.