• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Chute de poils : pourquoi mon chien en perd-il autant ?

Si c’est un problème à rendre fous certains propriétaires, la chute de poils chez les chiens peut être tout à fait normale, mais aussi indiquer que quelque chose ne va pas. Quand faut-il s’inquiéter ? Réponses de Laura-Dana Trevedy de la clinique veterinaire.mu…

Sur le canapé, les tapis de sols, le sol et le même le lit s’il dort avec vous... Ils sont partout ! Des poils, encore et toujours des poils ! Les propriétaires de toutous s’en plaignent souvent et sont régulièrement démunis face au problème, car en plus du ménage supplémentaire que cela implique et de l’aspect hygiénique, ils se demandent si leur fidèle compagnon ne souffre pas de quelque chose de plus grave. Tout d’abord, ce qu’il faut savoir, c’est que la perte de poils chez le chien est quelque chose de tout à fait naturel et normal. Selon Laure-Dana Trevedy de la clinique veterinaire.mu, qui se trouve à Albion, la robe du chien (c’est-à-dire le pelage) est constituée de poils de longueur et de densité très différentes selon la race à laquelle il appartient. Tout comme les humains perdent régulièrement leurs cheveux, les chiens passent également par le même processus. Il arrive, cependant, qu’ils perdent un peu plus à des périodes particulières et pour des raisons qui leur sont propres. «Fort logiquement, ils en perdent davantage aux périodes de mues saisonnières. De même, les chiennes en gestation ou venant de mettre bas présentent souvent une perte de poils anormalement élevée. Tout au long de la vie de votre animal, le poil se développe, tombe et repousse, selon un cycle régulier qui assure l’homogénéité de la robe ainsi que les fonctions thermiques de celle-ci.»

 

En plus de la mue, la chute de poils peut être provoquée par plusieurs autres facteurs. Parmi, il y a la présence de parasites ou de champignons, des carences nutritionnelles, un dérèglement hormonal, le stress, une atopie, qui est une affection dermatologique fréquente chez certaines races de chiens, une allergie ou encore une pyodermite, définie comme une infection de la peau causée par une bactérie. Et comme l’état du poil, souligne la spécialiste du toilettage, constitue un indicateur important de la santé de votre chien, une chute excessive de poils, notamment en dehors des périodes de mues, peut être le signe d’un problème de santé.

 

Dans ce cas, quand faut-il s’inquiéter ? «La perte de poils doit devenir alarmante lorsque le pelage tombe par touffes et que le chien présente des symptômes cutanés comme des dépilations, des pelades, des inflammations, des rougeurs, des croûtes, des suppurations. Ces troubles pouvant avoir des causes très multiples, il est important de consulter votre vétérinaire au plus vite pour un diagnostic, car les maladies du poil et de la peau sont susceptibles de dégénérer rapidement sans traitement adapté», explique Laure-Dana Trevedy.

 

Une bonne alimentation

 

En dehors de l’affection cutanée, l’autre possible raison d’une perte de poils est une fourrure fragilisée en raison d’une alimentation inadaptée ou de carences en vitamines et minéraux. Pour rectifier le tir, il est alors conseillé de privilégier une alimentation saine et adaptée. «On peut alors se tourner vers des croquettes plus riches en protéines, les produits à base de poisson étant particulièrement efficaces pour la santé et la beauté du pelage. Des compléments alimentaires naturels tels que l’huile de saumon. On peut aussi les trouver sous forme de comprimés à croquer, ainsi que des compléments vétérinaires riches en vitamines et oméga 3 et 6. Pour les chiens sensibles aux maladies de peau, les croquettes hypoallergéniques sont souvent recommandées.»

 

En effet, il faut privilégier une bonne alimentation avec des nutriments bons pour lui. «Même si certains aliments peuvent occasionner des dépilations ou des plaques rouges, certains nutriments n’en restent pas moins indispensables pour le pelage de votre chien. Les protéines, la vitamine A ou encore les acides gras polyinsaturés sont primordiaux pour la santé et le pelage de votre chien. Avec l’alimentation, la forme générale de votre chien est indispensable au maintien de ses poils. Cela n’empêchera pas ses mues ni d’éventuelles maladies, mais cela limitera la perte des poils dans les premiers cas, réduira les risques de développer des bactéries et d’attraper des parasites» souligne notre interlocutrice.

 

Pour aider votre toutou à retrouver un pelage en parfaite santé, un toilettage régulier avec un peigne adapté et un traitement antiparasitaire fréquent sont essentiels, car ils aident à lutter contre la perte de poils et les démangeaisons. «Un chien fatigué aura un poil de mauvaise qualité. Lors des périodes de mue, brosser quotidien votre chien est indispensable. Après le brossage, vérifiez que la fourrure est parfaitement lisse en utilisant un peigne démêlant. Si le peigne ne glisse pas avec fluidité, reprenez le brossage. La chute de poils devrait alors s’atténuer progressivement avec le changement de saison. Si la perte de poils est liée à une maladie et que le chien présente des plaques rouges ou d'autres problèmes cutanés, faites en sorte de ne pas toucher ces zones lorsque vous brossez sa fourrure et consultez un vétérinaire.» Et si malgré tout cela, le problème persiste et qu’aucune repousse n’est constatée au bout de quelques semaines, ne tardez pas à consulter un vétérinaire.