• Kursley Favory, 43 ans, commet un autre viol après quatre ans - Ginette*, 80 ans : «Monn res fer lapriyer pou ki sa kosmar-la arete...»
  • Décès de Pankaj Udhas : cette voix d’or qui a marqué les Mauriciens
  • Manchester City vs Manchester United : règlement de comptes entre voisins
  • Quand Bruno Raya raconte Morgan Heritage et son chanteur décédé
  • Serge Moorjee : l’homme qui respirait le foot
  • Taekwondo : Sheldon Yan Too Sang aux Jeux d’Afrique
  • Huawei Matebook D16 : tout du bon côté
  • Mouvement pour le Progrès de Roche-Bois : l’agroécologie, un levier pour une meilleure intégration sociale
  • François Lindemann et sa rencontre musicale où «Tou korek»
  • Ishfaaq Mudhawo : politique, social et... chevaux

Avec la Maison des Étoiles : comment parler de la mort à mon enfant (suite et fin)

Il peut surgir de lui-même. Le sujet, bien sûr. Au détour d’une conversation, votre enfant vous demande : mais c’est quoi la mort ? Il/elle vous interroge sur votre mort ou la sienne ? Ou alors, parler du départ d’une personne aimée s’impose à vous à la suite d’un décès dans la famille. Comment s’y prendre ? Comment trouver les mots ? Safia Adamjee, psychologue clinicienne, membre de la Société des Professionnels en Psychologie qui œuvre auprès de la Maison des Étoiles, vous donne des pistes… 

Dans la pratique

 

Comment l’annoncer. «L’annonce de la mort est une tâche délicate. Choisir le moment approprié est important. Trouvez un moment calme et tranquille pour avoir cette conversation. Évitez les moments de stress ou de perturbation. Assurez-vous de disposer de suffisamment de temps pour répondre aux questions et offrir un soutien émotionnel. Utilisez des mots simples et compréhensibles pour annoncer la mort. Évitez les euphémismes et soyez direct sans être brutal. Soyez honnête et répondez aux questions de l’enfant de manière courte et sincères. Exprimez vos propres émotions en tant qu’adulte, montrez à l’enfant que vous êtes triste et que vous comprenez sa tristesse. Il est important de leur permettre de voir et de comprendre que les émotions liées à la mort sont normales et qu’il est normal de pleurer ou de se sentir triste. La réassurance est primordiale. L’enfant doit avoir le sentiment de pouvoir s’exprimer et partager les souvenirs de la personne décédée. Chaque enfant est unique et il est important de s’adapter à son niveau de développement, à sa personnalité et à ses besoins spécifiques.»

 

Comment mieux accompagner le/la petit/e. «Le fait d’être présent et disponible pour l’enfant est un moyen de le/la rassurer en partageant des moments de qualité. Il est important de faire usage de patience et de compréhension. Le processus de deuil est différent pour chaque enfant et cela peut prendre du temps pour qu’il puisse assimiler et accepter la perte. Encouragez les rituels et les souvenirs, proposez à l’enfant de participer à des rituels ou des activités commémoratives en l’honneur de la personne décédée, si cela est approprié et conforme aux traditions de votre famille. Cherchez un soutien supplémentaire si nécessaire. En tant qu’adulte accompagnant/e, prenez également soin de vous durant cette période. Chaque enfant est unique et aura des besoins spécifiques lorsqu’il/elle fait face au deuil. C’est alors que la phrase "it takes a village" prend tout son sens.»

 

Comment parler de ce départ et de la suite (paradis, réincarnation ou autres) que nous ne comprenons pas, adultes. «Il est important de reconnaître que nous, adultes, ne comprenons pas toujours pleinement la nature de la mort ou de ce qui se passe après. Nous nous devons d'être honnêtes sur nos propres limites. Vous pouvez expliquer aux enfants que la mort est quelque chose de mystérieux et que personne ne sait avec certitude ce qui se passe après. Respectez les croyances familiales, religieuses ou autres. Différentes cultures et religions ont des croyances différentes sur le sujet ; si votre famille a des croyances spécifiques sur la mort, vous pouvez les partager avec l’enfant. Soulignez que ces croyances peuvent varier d’une personne a l’autre et que chacun est libre de croire en ce qui lui semble juste. Écoutez attentivement les interrogations de l’enfant et répondez-y de manière ouverte et bienveillante. Si vous ne connaissez pas la réponse, dites-lui que c’est une excellente question et que vous pourrez chercher ensemble des réponses ou discuter de différentes perspectives.»

 

Les gestes et les rituels pour avancer. «La mise en place de gestes et de rituels peut être bénéfique pour aider un enfant à vivre son deuil. Les rituels offrent une structure et un moyen symbolique de se souvenir de la personne décédée, d’exprimer ses émotions et de faciliter le processus de guérison. Par exemple, vous pouvez créer un espace de souvenir, vous pouvez aider l’enfant à créer un espace spécial où il peut placer des photos, des objets ou des souvenirs qui lui rappellent la personne décédée. Allumer une bougie commémorative peut être un geste symbolique qui peut aider l’enfant quand il ressent le besoin de se connecter avec cette personne. Écrire des lettres ou faire des dessins pour exprimer ses sentiments envers la personne décédée peut être une façon de partager ses pensées, ses souvenirs ou tout ce qu’il souhaite dire à la personne. Planter un arbre en mémoire de la personne décédée peut symboliser la croissance, la vie et le souvenir de la personne aimée. Impliquez les enfants dans les activités commémoratives spéciales, telles que des cérémonies familiales, des services religieux ou des événements organisés pour honorer la personne décédée. Cela peut permettre à l’enfant de se sentir inclus et de partager des moments de qualité avec sa famille.»

 

Le cimetière : avec les enfants ou pas. «La décision d’emmener ou pas un enfant au cimetière dépend de plusieurs facteurs, notamment de la décision des parents. Il n’y a pas de réponse unique qui convient à tous les enfants ou à toutes les situations. Comme mentionné précédemment, il est important de considérer l’âge et la maturité de l’enfant. Les plus jeunes enfants peuvent avoir plus de difficultés à comprendre et à gérer la réalité de la mort. Ils peuvent également être plus sensibles aux émotions et aux atmosphères du cimetière.

 

Si vous décidez d’emmener un enfant au cimetière, assurez-vous de le préparer à ce qu’il va voir et vivre. Expliquez-lui à quoi s’attendre, répondez à ses questions et offrez-lui un soutien émotionnel tout au long de la visite. Il n’y a pas de réponse universelle. Chaque enfant est différent, chaque deuil est singulier. Les parents pourraient prendre une décision basée sur les besoins de leur enfant, de la compréhension de l’enfant et de la culture familiale. Il est important de communiquer ouvertement avec l’enfant et de respecter ses limites.»

 


 

La Maison des Étoiles : pour ne pas être seul/e

 

Des mains tendues dans le chagrin. Amélie V. Audibert, Mindset Coach et Certified Grief Educator, a fondé, avec Brigitte Koenig, la Maison des Étoiles en avril 2022. Cette association s’est donné pour mission «de rendre visible et compréhensible le processus de deuil au sein de la communauté mauricienne et rodriguaise, afin de briser les tabous, de mieux consoler, de permettre un espace de parole et de soutien». Les deux femmes travaillent en collaboration avec une communauté d’accompagnateurs. Des rencontres sont organisées régulièrement et il est possible de rejoindre des groupes de soutien. Pour en savoir plus, connectez-vous à la page Facebook suivante : https://bit.ly/maisondesetoiles. Ou envoyez un message à ce numéro : 5835 6880.