• Ashar Sobratee condamné à 39 ans de prison pour le meurtre d’Ayaan, 2 ans - Adil, le père du garçonnet : «Aucune sentence n’apaisera ni mon chagrin, ni ma colère !»
  • Boulangers : après les menaces, l’espoir
  • Débats budgétaires : un marathon houleux
  • Michael Lalljee nous ouvre les portes du «Gardien du Robinet d’Or»
  • Vidéos montrant des tortures policières : lueur d’espoir pour Krishna Seetul et David Jolicoeur
  • Décès de Gilbert Rousset : poignants adieux à une grande figure du turf
  • Chair2chair : la santé mentale au cœur de l’action
  • Naomi Buan & Cyril Rasoamanana : en attendant de passer le flambeau aux prochains Gold Faces…
  • Salam mister Joe !
  • Les Komiko ont leur site pour voir toutes leurs productions !

Ashar Sobratee condamné à 39 ans de prison pour le meurtre d’Ayaan, 2 ans - Adil, le père du garçonnet : «Aucune sentence n’apaisera ni mon chagrin, ni ma colère !»

Le garçonnet était jovial, selon son entourage.

Ashar Sobratee a été condamné à 39 ans de prison aux Assises après avoir été jugé coupable à l’unanimité par le jury du meurtre d'Ayaan Ramdoo, 2 ans, survenu à Midlands en novembre 2020. Et le procès de Nawsheen Beeharry, la mère du petit, pour «exposing a child to harm», a débuté en cour intermédiaire le 13 juin. Adil, le père du garçonnet, trouve toutefois cette peine insuffisante. D’ailleurs, aucune peine n’égalera, pour lui, ce que cet homme a fait à son fils. Témoignage, entre chagrin et révolte.

C’est un homme brisé depuis que son enfant lui a été enlevé de manière horrible. Pour se sentir un peu mieux, il vient tous les jours rendre visite à son fils au cimetière, pour fleurir sa tombe, parler avec lui. C’est d’ailleurs là, au Qabarastan (NdlR : cimetière musulman) de Riche-Terre, que nous rencontrons Adil Ramdoo en cet après-midi du vendredi 17 juin. «Zis la ki mo santi mwa bien», nous lance-t-il, avec un chagrin indescriptible sur le visage et dans la voix. Quelques heures plus tard, le verdict dans le procès du meurtrier de son fils Ayaan, 2 ans, tombe. Ashar Sobratee est jugé coupable à l’unanimité par le jury de la Cour d’Assises, où son procès s’est tenu durant la semaine écoulée. Encore quelques heures plus tard, la sentence du juge Aujayeb tombe elle aussi. Le jeune homme de 24 ans, beau-père d’Ayaan, est condamné à purger 39 ans de prison.

 

Adil Ramdoo accuse le coup. 39 ans, ça lui paraît peu comparé à ce que l’accusé a fait subir à son enfant. «Aucune sentence n’apaisera ni ma peine, ni ma colère mais tout de même, je pense qu’Ashar aurait dû avoir au moins la peine maximale de 45 ans. 39 an prizon pa ase pou sa kantite linn tortil mo zanfan-la», martèle cet homme de 33 ans avec ce même sentiment d’injustice qui ne le quitte plus depuis qu’il a appris l’atroce décès de son fils en novembre 2020 à Midlands. À l’époque, il purgeait une peine de prison de 16 mois pour une affaire de vol.

 

Il se souviendra toujours du moment où la mort de son Ayaan chéri lui a été annoncée. «Enn sel kout mo trouv nwar. Monn perdi memwar. Bann gard prizon ti amenn mwa lopital Brown Sequard so landimin. Monn admet dans High Security Ward pandan enn mwa», se souvient celui qui est fiché à la police pour divers délits de vol et de drogue. «Mo pli gran tristes, se ki mo pa ti la pou so lamor. Zordi, zimaz ki mo ena, se lekor mo zanfan anba later rekouver ek fler. Zame mo pou kapav bliye sekinn arive», poursuit l’habitant de Terre-Rouge.

 

Il est sorti de prison en novembre 2021 mais, pour lui, malgré sa liberté retrouvée, la vie n’a plus de sens car il a perdu son plus grand bien. «Mo pena mo po dekrir mo soufrans. Lamor Ayaan mari difisil pou aksepte. Li ti enn inosan. Ou rann ou kont ? Mo kit li bien mo ale. Zordi mo bizin vinn get li dan simitier. Li touzour pa fasil pou mwa ek mo fami. Mo mama so moral ankor mari down. Zame mo pa ti atann pou gagn enn nouvel koumsa kan mo ti dan prizon. Pou ki rezon sa boug-la inn bat mo zanfan ? Mo zanfan pa ti mank nanye ek mwa. Ayaan ti ousi enn bon zanfan. Mo res bet kouma mo ex-fam inn aksepte ki sa misie ki linn pran-la bat mo garson. Kouma linn kapav res trankil koumsa ?» s’insurge Adil Ramdoo qui dit être tellement affecté psychologiquement depuis la mort d’Ayaan qu’il doit prendre des comprimés tous les soirs pour trouver le sommeil.

 

Quand il a rencontré son ex-épouse Bibi Nawsheen Beeharry, avec qui il a vécu pendant sept ans, il était loin de s’imaginer que son bonheur allait se terminer par une telle tragédie. Adil Ramdoo raconte qu’ils avaient fait connaissance via les réseaux sociaux, avant de vite devenir très proches. «Li ti pe swiv kour sa lepok-la. Enn zour linn plore ek mwa kan monn telefonn li. Li dir mwa ki li ti pe gagn boukou problem ek so bann fami. Linn vinn res kot mwa apre sa. Nou ti dakor pou fer nikah. Mo mama inn al get so bann fami pou fer maryaz. Tou ti korek sa lepok-la. Bann problem inn koumanse apre», relate Adil. Il raconte que son ex-épouse passait beaucoup de temps sur son portable. «Li res lor la mem la nwit lizour. Kan mo koz ar li, mwa ki pa bon. Li ampes mwa tous so telefonn. Mo pa ti gagn drwa mem tous so telefonn, mem kan pa ti ena kas lor seki pou mwa. Seki drol ladan, mo mem ki ti pe met kas lor seki pou li ek ti aste portab-la ti donn li kado», souligne Adil.

 

Le petit prince

 

Malgré tout, de cette union est né un petit Ayaan qui faisait le bonheur de sa famille. «Ayaan ti nou ti prins sa. Mo madam ti pe okip li bien», reconnaît-il, encore très choqué par tout ce qui s’est passé après qu'il a été condamné à purger sa peine de prison. Son ex-épouse aurait fait la connaissance d’Ashar Soobratee via les réseaux sociaux et n’aurait pas tardé à emménager chez lui avec Ayaan. Quelque temps plus tard, c’est le drame. Le garçonnet est décédé après avoir été tabassé par son nouveau beau-père. Et sa mère a tenté de couvrir le jeune homme. Une attitude qu’Adil Ramdoo dit ne pas comprendre venant de son ex-femme. «Ziska ler, mo pa kone kinn pas dan so latet. Mo ti avoy li let kan mo ti dan prizon pou rod explikasion ek li. Linn reponn mwa pou dir mwa li pann konn nanye ek ki li pann trouv nanye. Mo ti reekrir li ankor me zame li pann reponn mwa. Mo ti anvi konn la verite vremem. Zordi, mo nepli anvi gagn kontak ek li.»

 

Les 16 mois qu’il a passés en détention ont été, dit-il, très éprouvants. Alors qu’il travaillait à la boulangerie de la prison, on l’a muté pour empêcher tout contact entre lui et le bourreau de son fils. «Mo ti ferme Ti Verger. Kan monn sorti Brown Sequard, zot inn amenn mwa Beau-Bassin enn ti moman. Apre zot inn ferm mwa Belrose parski misie-la ti dan New Wing li. Zot inn retourn mwa Ti Verger apre. Pandan Covid, mo ti Beau-Bassin. Monn res laba mem ziska mo large. Monn gagn nouvel ki misie-la touzour dan New-Wing», précise Adil qui gagne désormais sa vie comme maçon.

 

Les mots lui manquent pour décrire la colère, voire la rage, qu’il ressent envers cet homme. «Tou seki li fer dan prizon mo kone. Mo anvi fer la polis trap mwa ankor pou retourn dan prison zis pou vanz mo zanfan», confie Adil Ramdoo. Il a d’ailleurs failli se faire arrêter en cour le 13 juin, au premier jour du procès d’Ashar Sobratee aux Assises. «Monn menas li dan la kour. Monn dir li : “Get mwa bien. To kontan fer dominer, tonn bat mo zanfan, mo pou montre twa ki mwa”», raconte Adil. Les policiers qui assuraient la protection du suspect ont dû intervenir pour l’empêcher d’agresser l’accusé.

 

La voix cassée, Adil Ramdoo lâche : «Ayaan ti vo plis ki lor pou mwa. Zame so mama ek li pa ti mank nanye dan mo lakaz malgre lavi ki mo ti pe amene. Zordi, mo lavi, se enn vre komba. Mo nepli anvi remarye ek gagn zanfan. Mo pa krwar mo pou resi regagn enn lot zanfan kouma Ayaan ankor», dit-il, convaincu que la vie n’aura jamais plus de sens sans son petit garçon, son petit ange, parti à tout jamais de manière atroce.

 


 

Nooshreen Beeharry, la tante maternelle : «Mo remersie la zistis, mem si mo panse santans-la pa ase»

 

La mort tragique de son neveu la hante toujours. «Mo pena mo pou dekrir mo soufrans. Ayaan ti enn zanfan inosan. Pou ki rezon inn bat li koumsa ? Mo touzour pa kone kifer mo ser pann dir ki so zanfan gagn bate. Mo pa pou pardonn li pou sa zame. Ashar inn bien konn zwe so rol. Mo remersie la zistis pou travay kinn fer dan mwins ki 2 an. Santans-la pa ase selma. Misie-la merit plis ki sa apre seki linn fer mo neve ki mo ti konsider kouma mo zanfan mem», confie Nooshreen Beeharry, la tante maternelle d’Ayaan, le coeur gros de chagrin. Sa sœur Nawsheen et elle avaient toujours été proches. C’est pour cela qu’elle n’arrive toujours pas à comprendre son attitude.

 

«Enn move desizion linn pran pou kit so lakaz Terre-Rouge pou al res ek sa boug-la Midlands. Zordi, pa zis li ki perdan me tou dimounn ki ti bien kontan Ayaan. Mo kone ki sa zafer-la mari fatig mo ser parski linn tomb malad dan prizon. So latet mari fatige. Linn bizin swiv tretma pou sa. Monn koz ek li plizier fwa depi ki li dan prizon me zame monn koz case Ayaan ek li selma. Welfare prizon inn konsey mwa pa koz sa ditou ek li pou pa agrav so ka», explique Nooshreen.

 

Cette habitante de Montagne-Blanche est aussi convaincue que son neveu serait toujours en vie si Waïda, la mère d’Ashar, était allée à la police pour dénoncer son fils lorsque ce dernier a commencé à tabasser le garçonnet. Elle est d’avis que cette dernière est également complice car elle savait qu’Ayaan était un enfant battu. «Plusieurs questions sont toujours sans réponse. Pourquoi avait-elle pris des photos de mon neveu sur son portable avec des bleus au visage et aux pieds quelques jours avant le drame ? Quelles étaient ses réelles intentions. Elle m’avait dit au téléphone qu’il ne fallait pas laisser tomber cette affaire avant de m’envoyer des photos. Elle ne savait pas que j’étais déjà au poste de police pour porter plainte à l’époque», souligne Nawsheen. Waïda a toutefois joué la carte de l’oubli en cour lors du procès de son fils. Elle a déclaré «mo pa konn nanye ladan», prétextant qu’elle est malade et sous médication. À l’époque, elle avait aussi dit à la police qu’elle n’avait jamais vu de «marques» sur l’enfant.

 

Après que Nawsheen et son fils s’étaient installés chez Ashar à Midlands en juillet 2020, Nooshreen n’avait plus eu de ses nouvelles. Au début du mois de novembre, cette dernière avait fait une visite surprise à sa sœur en compagnie de sa famille. Elle avait noté plusieurs faits troublants ce jour-là. Ayaan, dit-elle, donnait l’impression d’être un enfant traumatisé. Le garçonnet n’avait, selon elle, aucune réaction, alors qu’il jouait avec sa cousine de 3 ans. «Je n’avais pas remarqué s’il y avait de bleus sur lui ce soir-là. Mais il avait à peine mangé ses friandises alors qu’il adorait le faire auparavant», précise Nooshreen.

 

C’est par un appel téléphonique que la jeune femme avait appris la terrible nouvelle du décès de son neveu cinq jours plus tard. En arrivant à Midlands, Nooshreen et son époux sont tombés sur Ashar qui ne cessait de dire qu’Ayaan «inn toufe» et qu’il a dû lui taper dans le dos à un certain moment. Il alléguait même que le garçonnet avait été victime d’une négligence médicale. En voyant les bleus sur le front et le visage d’Ayaan, la jeune femme a très vite soupçonné un acte malveillant. Elle a alors interrogé sa sœur qui a maintenu que son fils était tombé lorsqu’il avait commencé à s’étouffer. Ses craintes se sont confirmées le lendemain lorsque la mère d’Ashar lui aurait envoyé des photos du petit avec des bleus sur plusieurs parties du corps.

 


 

Raouf Gulbul, un des avocats d’Ashar Sobratee : «Nous allons étudier le dossier pour décider de la marche à suivre»

Interrogé à sa sortie de la Cour d’Assises après l’annonce de la sentence, Raouf Gulbul, Leading Counsel, qui assure la défense d’Ashar Sobratee en compagnie de Bilall Oozerally, Videea Neeroo et Ramdharry Sowambar, a fait la déclaration suivante : «Les membres du jury ont trouvé l’accusé coupable à l’unanimité. Nous acceptons le verdict. Nous allons étudier le dossier pour décider de la marche à suivre.» Lors de son procès, son client a nié avoir tué le garçonnet. «Mo pa finn touy zanfan-la. Se enn insidan ki finn arive», a-t-il dit, répétant ce qu’il avait aussi déclaré aux enquêteurs. Les membres composant le jury – cinq femmes et quatre hommes – n’ont cependant pas été de cet avis et l’ont trouvé coupable. Le juge Lutchmyparsad Aujayeb l’a alors condamné à 39 ans de prison. Une sentence que l’assistant Directeur des poursuites publiques a saluée. «Le juge a voulu envoyer un signal fort. Les cas de brutalités contre les enfants ne sont pas tolérés. Que l’âme du petit Ayaan repose désormais en paix !» a déclaré Meenakshi Gayan-Jaulimsing à sa sortie de la Cour d’Assises. Le juge Aujayeb, lui, a déclaré, entre autres, que cette sentence se justifie car «l’accusé a violé la confiance de l’enfant».

 

 


 

La triste histoire d’un enfant martyr

 

Son histoire a choqué et attristé l’île Maurice entière. Le 12 novembre 2020, Ayaan Ramdoo, 2 ans, rend l’âme après avoir été battu à mort par le concubin de sa mère, qui a ensuite voulu maquiller cette agression mortelle en mort naturelle, avec la complicité de la jeune femme. La police a arrêté Nawsheen Beeharry, la mère du garçonnet, et son compagnon Ashar Sobratee peu après. Alors que ce dernier a été condamné à 39 ans aux Assises le vendredi 17 juin, le procès de Nawsheen Beeharry a, lui, débuté le 13 juin en cour intermédiaire. Ainsi que celui de deux autres personnes arrêtées dans cette affaire : le Dr Nesha Soobhug, accusée d’avoir émis un faux certificat de décès après le décès du garçonnet, et le caporal Emmamboccus, accusé de complot. Le soir fatidique, il était en poste au Casualty Room de l’hôpital de Rose-Belle, où la mère et le beau-père de l’enfant l’avaient emmené, voulant faire croire à une mort accidentelle. Et il n’aurait pas insisté pour qu’une autopsie soit faite, permettant au couple de rentrer chez lui avec le corps d’Ayaan.

 

Le petit a poussé son dernier soupir entre 19h20 et 20 heures, le 12 novembre 2020, alors que le concubin de sa mère lui donnait le bain. Il avait été aperçu pour la dernière fois juste avant, lorsque sa mère est partie le récupérer chez une famille voisine où l’enfant avait consommé du briyani pour le dîner. À 20h01, Aktar Sobratee, le père d’Ashar, s’est rendu chez ladite famille pour l’informer qu’Ayaan «inn toufe ek briyani».

 

Sur les images CCTV de cette famille, on voit une petite voiture rouge faire marche arrière à vive allure juste après. C’est Azhar qui est au volant, accompagné de Nawsheen et de son fils. Ils sont revenus quelques heures après, munis d’un document signé par le Dr Nesha Soobhug, certifiant que l’enfant est mort de cause naturelle. Ils s’apprêtaient à tenir les funérailles quand Nooshreen Beeharry, la soeur de Nawsheen, a débarqué chez eux, suspectant qu’il avait été tabassé à mort. Ses soupçons se sont avérés quand elle a vu des ecchymoses sur le cadavre de l’enfant. Elle a alors porté plainte à la police. Sur place, elle aurait par ailleurs reçu des photos de Waïda montrant qu’Ayaan était un enfant battu. Les policiers se sont alors rendus sur place et ont arrêté les funérailles à temps. C’est là que l’enquête a commencé et révélé que l’enfant, qui était visiblement maltraité depuis un moment, avait bien été battu à mort.

 

Le 24 novembre 2020, suite à une question à l’Assemblée nationale, le ministre Kailesh Jagutpal avait fait de troublantes révélations sur cette affaire. Il avait déclaré que le personnel soignant de l’hôpital de Rose-Belle avait diagnostiqué un traumatisme à l’épaule du petit Ayaan quelque temps avant sa mort, soit le 23 septembre 2020. Le garçonnet avait été emmené au Casualty Room ce jour-là car il avait des douleurs à l’épaule. Son rapport médical faisait également mention qu’il n’avait pas de blessure à l’os. Le petit devait se rendre au service orthopédique de cet établissement hospitalier le lendemain pour des examens avancés mais il n’est jamais venu à son rendez-vous. Selon le ministre Jagutpal toujours, c’est Ashar Sobratee qui avait dit, le soir du drame, que le garçonnet s’était asphyxié dans son sommeil après le dîner. Le médecin de service avait exigé que ce cas soit transmis au médecin légiste de la police après avoir constaté le décès du garçon. Ce qui n’avait pas été fait.

 

Quand l’affaire a éclaté, l’autopsie a révélé qu’Ayaan avait succombé à un «acute peritonitis following traumatic bowel». Des fractures au niveau de ses côtes avaient perforé son intestin. La médecin-légiste, le Dr Sheila Jankee-Parsad, a déclaré aux Assises que c’était un enfant battu. Il avait des bleus et d’autres fractures sur d’autres parties du corps, dont des ecchymoses visibles sur le côté gauche du front ainsi que sur la joue gauche. La colonne vertébrale d’Ayaan était également disloquée. Certaines plaies avaient commencé à se gangréner. Ce qui prouve que le garçonnet souffrait le martyr depuis plusieurs jours, voire semaines ou mois, contrairement à ce que Nawsheen et Waïda ont voulu faire croire. Lors de son procès aux Assises, Ashar Sobratee a déclaré qu’il avait essayé de sauver l’enfant qui s’étouffait, dit-il, en lui faisant du bouche-à-bouche et en lui donnant des coups dans le dos. Une thèse que le jury n’a pas avalée.