• Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc
  • Shyama Goohee, accro au crochet
  • Polémique autour de la jetée de Trou-d’Eau-Douce
  • Un ado déguisé en collégienne dans un collège de filles : Le recteur de la Bambous SSS consigne une «precautionary measure»
  • Future Hope : L’éducation pour briser les codes
  • Yatin Varma : «Je suis pour un débat dépassionné sur la décriminalisation de l’homosexualité à Maurice»
  • Lutte contre l’acné : Quand l’alimentation entre en jeu
  • Hippisme 24e journée | Split The Breeze renverse les favoris

Khesavi et Meiyi : cap sur l’Amérique pour la cause féminine

Elles s’envolent bientôt ! Kheshavi Ramen, 15 ans, et Meiyi Ha Yeung, 17 ans, élèves à l’École du Centre et au Queen Elizabeth College, se rendront à l’Université de Harvard le mois prochain, dans le cadre du programme Women2Women que propose l’établissement. L’objectif : sensibiliser et conscientiser les jeunes femmes sur des sujets prioritaires comme la condition féminine et d’autres comme le changement climatique.

 

Ce voyage est la première initiative du projet Blossom, chapeauté par KIP Centre for Leadership, qui vise à créer le partage et l’empowerment des jeunes filles, principalement dans la région africaine. Des moments probablement intenses attendent ainsi Khesavi et Meiyi, deux habitantes de Quatre-Bornes qui ont l’air d’avoir la tête bien sur les épaules : «Je suis très consciente du monde actuel, où les femmes sont souvent rabaissées ou maltraitées. À l’école, on s’est même réunis pour écrire sur la condition féminine. De nos jours, toutes les femmes, jeunes ou pas, doivent s’intéresser à ce sujet», soutient Kheshavi.

 

Pour Meiyi, en Lower VI, c’est une réelle opportunité : «Ce sera un moment de partage, avec des ateliers, débats et la rencontre avec des jeunes d’autres pays. Ce sera aussi la découverte de l’Amérique. Et bien sûr, on aura un regard plus pointu sur des sujets sensibles qui touchent plusieurs pays.»

 

Bon voyage, mesdemoiselles et ramenez-nous de belles idées pour améliorer notre île Maurice.