• «MXGP Pro» : Grandes sensations à deux roues
  • Serge Selvon rassemble l’art post-colonial
  • Festival Seggae Zwe : Quand la musique est bonne
  • Pâtisserie sous l’Arbre : la «sucre»ment belle aventure d’Aurélie Monplé
  • Blanchiment d’argent allégué : Les Bolaki font objet d’un «audit trail» après la saisie de Rs 52 millions
  • Les Salines de Yemen : Une belle aventure salée
  • Dans la cuisine de Sharmeen Jamaloodeen
  • Sarah Ullagen : 15 ans au service des enfants handicapés
  • Olivier Précieux s’interroge sur le deal chagossien
  • Royal Kids : quand les enfants sortent du silence

Khesavi et Meiyi : cap sur l’Amérique pour la cause féminine

Elles s’envolent bientôt ! Kheshavi Ramen, 15 ans, et Meiyi Ha Yeung, 17 ans, élèves à l’École du Centre et au Queen Elizabeth College, se rendront à l’Université de Harvard le mois prochain, dans le cadre du programme Women2Women que propose l’établissement. L’objectif : sensibiliser et conscientiser les jeunes femmes sur des sujets prioritaires comme la condition féminine et d’autres comme le changement climatique.

 

Ce voyage est la première initiative du projet Blossom, chapeauté par KIP Centre for Leadership, qui vise à créer le partage et l’empowerment des jeunes filles, principalement dans la région africaine. Des moments probablement intenses attendent ainsi Khesavi et Meiyi, deux habitantes de Quatre-Bornes qui ont l’air d’avoir la tête bien sur les épaules : «Je suis très consciente du monde actuel, où les femmes sont souvent rabaissées ou maltraitées. À l’école, on s’est même réunis pour écrire sur la condition féminine. De nos jours, toutes les femmes, jeunes ou pas, doivent s’intéresser à ce sujet», soutient Kheshavi.

 

Pour Meiyi, en Lower VI, c’est une réelle opportunité : «Ce sera un moment de partage, avec des ateliers, débats et la rencontre avec des jeunes d’autres pays. Ce sera aussi la découverte de l’Amérique. Et bien sûr, on aura un regard plus pointu sur des sujets sensibles qui touchent plusieurs pays.»

 

Bon voyage, mesdemoiselles et ramenez-nous de belles idées pour améliorer notre île Maurice.