• Lor To Larout : Quand le père Laurent Rivet fait résonner pop rock-séga, reggae et swing
  • La vie en bio
  • Maalaavi Raghoo, 2 ans, atteinte d’anémie aplastique sévère : Sa famille dans l’attente…
  • Nushrath Maghoo-Allgoo, tout en beauté
  • Transfert : Damien Balisson rejoint La Tamponnaise
  • Reconstruction mammaire : ce qu’il faut savoir…
  • Boxe – Championnats du Monde Jeunes : Hellène et Antalika défient l’élite mondiale
  • Le Marchand : un «one stop shop» signé Boris de Chazal
  • Rashid Edoo ou l’histoire d’un aveugle qui retrouve la vue
  • Saisie de cocaïne et de cannabis chez un jeune directeur à Flic-en-Flac : L’ADSU sur la piste de Patrice Rungasamy depuis une semaine

Jah Cure nous laisse sur notre faim

Cela faisait deux mois que ses fans l’attendaient avec impatience. Le reggaeman jamaïcain Jah Cure s’est finalement produit sur scène au Stade Anjalay, à Belle-Vue-Harel, le week-end dernier, pour leur plus grand plaisir. Du moins, pour ceux qui ont tenu bon toute la soirée. Car beaucoup se sont plaints d’avoir eu à poireauter durant des heures avant que l’artiste ne fasse son apparition pour ce spectacle son et lumière pourtant impressionnant. L’attente était telle que de nombreux spectateurs ont quitté les lieux avant son arrivée. 

 

Après s’être fait désirer, Jah Cure est finalement monté sur scène à 3h15 et a interprété ses plus grands tubes, notamment Rasta et Unconditional love, chantés en chœur par son public. Mais toute bonne chose a une fin. Et celle-ci est arrivée plutôt rapidement. Au bout de 45 minutes, le chanteur faisait déjà ses adieux à un public encore chaud bouillant, resté sur sa faim. «Je t’aime Mauritius», répétait-il entre deux chansons durant son apparition rapide mais il semblerait que ce big love n’aura pas suffi à le retenir quelques minutes de plus sur scène. Il aura au moins pris le temps de prendre quelques clichés avec ses fans avant de quitter le stade.