• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

Anna Shaheen Toraub : Le goût des autres

Plusieurs activités ont rythmé son année de présidente du Rotary Club de Floréal.

Actuelle présidente du Rotary Club de Floréal, elle s’apprête à passer la main dans quelques jours. Inspirée par son père, celle qui baigne depuis son enfance dans le social raconte son engagement et le dernier projet de son groupe de service : un guide sur la dépression…

Ces images sont ancrées en elle. Elle se souvient de chaque détail. Du visage de cet enfant illuminé par un grand sourire. De ses grands yeux pleins d’innocence et de sa joie de vivre. La vie ne lui avait pas fait de cadeau mais ce jour-là, il rayonnait de bonheur. Il y a aussi eu ces rires. Ceux de ces pensionnaires d’un home dont les voix résonnaient. Celles-ci sonnaient, pour elle, comme une véritable symphonie du bonheur bien que chacune de ces personnes âgées avait une histoire, triste ou pas, qui raconte comment elle a atterri dans une maison de retraite.

 

Ce sont des expériences, des tranches de vie, des moments qu’elle n’oubliera jamais car c’est lors de ces échanges que quelque chose en elle a changé. À l’époque, elle n’était qu’une petite fille et ne faisait que suivre son père dans l’une ou l’autre de ses nombreuses actions charitables. Mais au plus profond d’elle-même, elle savait que c’était quelque chose qu’elle allait faire elle aussi : «Essayer d’aider ceux qui ont un peu moins de chance dans la vie.»

 

Et depuis, Anna Shaheen Toraub, 35 ans, n’a cessé de marcher dans les pas de son père en participant à plusieurs initiatives dans le but ultime de changer la vie des gens. «Mon père, Sheik Muktar Toraub était chauffeur de taxi et il aimait faire des dons à ceux qui en avaient besoin. Il allait souvent dans les hospices, par exemple, et il le faisait en son nom personnel. Juste parce qu’il aimait cela. Il m’a transmis cette flamme et depuis, j’aime le social. Je ne suis pas riche et j’ai aussi un rythme de vie assez compliqué entre mes différentes obligations mais je trouve toujours du temps pour participer à une activité qui peut transformer la vie de quelqu’un. J’aime cela et tant que je le pourrai je continuerai à le faire», nous confie la jeune femme.

 

Servir autrui

 

Elle est l’actuelle présidente du Rotary Club de Floréal, qu’elle a fondé : «Le Rotary est une organisation massive et complexe avec 1,2 million de membres dans 35 633 clubs situés dans presque tous les pays du monde. L’objectif : servir autrui, promouvoir l’intégrité et favoriser l’entente internationale, la bonne volonté et la paix au travers de notre réseau de décideurs locaux.» Cette ONG, au sein de laquelle elle est active depuis cinq ans, lui donne l’occasion de se sentir utile : «J’aime la devise du Rotary qui est de “servir d’abord”. J’aime le contact humain. C’est un plaisir d’aller à la rencontre des gens et de se mettre au service des plus démunis.»

 

Anna Shaheen Toraub a fait des études en tourisme international en Afrique du Sud, se passionne pour l’économie et la politique, est membre de la Mauritius Economic Society et rêvait avant tout de faire du droit. Toutefois, aujourd’hui, elle évolue dans le domaine de la finance, un monde qu’elle a appris à apprécier et dans lequel elle est aujourd’hui comme un poisson dans l’eau. 

 

Treize ans que ça dure pour la jeune philanthrope qui a organisé sa vie de façon à la mener comme elle l’entend : «Ma mère Mozna  travaillait dans la couture et aujourd’hui, elle a arrêté. J’ai un petit frère, Shezad, qui travaille dans un collège et quand mon père est décédé, j’ai senti le besoin de m’affirmer pour prendre ma famille sous mon aile. Je ne peux pas l’expliquer mais c’est plus fort que moi. J’ai le soutien de mon frère et c’est ensemble qu’on s’occupe de notre mère qui est malade.» C’est sa maman justement qui l’a inspirée pour le dernier projet qu’elle mène en tant que présidente de son groupe de service : «Je m’apprête à passer le collier dans quelques semaines.»

 

Plusieurs activités ont ponctué son année : une journée de la santé, l’Inspiring Women Award 2018 et l’événement Let’s paint, entre autres. Et pour terminer sa mission de présidente, elle a piloté le lancement d’un Guide sur la dépression (comprendre pour mieux combattre la maladie) : «J’ai été inspirée par ma maman qui souffre de ce mal. Les principaux objectifs de ce livret sont : la sensibilisation du public ; une meilleure compréhension de la maladie et de ses complications ; l’importance du traitement et un suivi régulier ; l’identification précoce de la dépression et de sa “prise en charge”; la suppression du tabou associé à la dépression. Il y a 3 000 copies destinées à la distribution gratuite et il existe aussi une version électronique disponible sur le site Internet et la page Facebook du Rotary Club de Floréal.»

 

Même si elle passe bientôt la main, Shaheen sait qu’elle continuera à se donner à d’autres causes : «Des idées et des projets, j’en ai beaucoup. Ma seule satisfaction, c’est de contribuer à un changement dans la vie d’une personne et de la voir sourire…»

 

Un peu comme ces enfants et ces vieilles personnes qu’elle allait visiter avec son père quand elle était petite et dont les images sont à jamais gravées en elle.