• Keshava Appadoo, fauché mortellement à 27 ans | Tanuja : «C’est horrible de perdre un second fils tragiquement»
  • Salaire minimum : Les syndicats applaudissent le gouvernement
  • Lorianne Nadal : Une International Beauty Queen
  • #POURCEUXQUIRESTENT | Carenne Mikale-Legrand : Au nom de son frère Christian
  • Ajegee Vythilingum : «Ma belle histoire d’amitié avec Johnny Halliday»
  • Fukrey Returns : Quatre idiots face à une femme bandit
  • Le Musée des Merveilles : Destins croisés
  • Coco : le guitar hero morbide
  • Nouvelle force ou épiphénomène ?
  • COSAFA U-20 Challenge Cup : Jason Ferré désigné capitaine

Andy Brelu-Brelu : Le rêve américain d’un jeune Mauricien

Le jeune homme, qui excelle dans plusieurs domaines fait la fierté de ses parents Sheila et Aldo.

Il est étudiant en biologie, veut devenir chirurgien plastique, est musicien, coiffeur et vient de recevoir une distinction de l’université qu’il fréquente aux États-Unis. Zoom sur les aventures d’un jeune Mauricien au pays de l’Oncle Sam.

Dans leurs yeux : beaucoup d’amour. Mais aussi de la fierté. C’est comme ça à chaque fois qu’ils parlent de lui. Leurs visages s’éclairent, leurs cœurs s’emballent et quelques fois même, ils sont submergés par l’émotion. Il ne peut en être autrement pour Sheila et Aldo Brelu-Brelu à qui, il y a 22 ans, la vie a fait le plus joli des cadeaux : leur fils unique, Andy, qui force leur admiration de par chacun de ses accomplissements, que ce soit sur le plan scolaire ou personnel. 

 

«C’est pour nous, ses parents, un véritable bonheur de le voir à chaque fois s’épanouir et se surpasser au fil des années. On ne vient pas d’un milieu aisé et Andy a toujours tout fait pour nous rendre fiers»,nous confie Sheila, aux anges depuis qu’elle a appris que son fils avait été sacré Marshal à la Northern State University, aux États-Unis, où il fait ses études. Cette distinction, dont des journaux font écho dans le pays d’adoption de son fils, est pour Sheila et son époux Aldo, comme une reconnaissance pour le dévouement de leur fils à l’institution qu’il fréquente. «I feel very humbled to be given such an honor to represent my school and my country, Mauritius. I’m really excited to be the first international student, and I hope there are more to come in the future. I’m grateful that I was sponsored by the Office of Residence Life and had great support from International Programs», dit le Mauricien dans un article qui lui a été consacré aux States.

 

Pour lui, cette distinction compte énormément : «J’ai dû faire une campagne pour que les étudiants votent pour moi. J’ai été très chanceux d’avoir été choisi comme le premier étudiant international à devenir Marshal, ce qui implique que j’ai été choisi pour représenter l’école au niveau national. J’ai eu l’occasion de partager un déjeuner avec le président de l’école, entre autres fonctions, dont une parade et l’ouverture d’un match de foot américain.»

 

Cette toute nouvelle popularité d’Andy ravit encore plus ses parents. «À chaque étape de sa vie, de son entrée à l’école primaire, de ses années collège sur les bancs du collège Royal de Port-Louis, en passant par ses engagements et autres passions pour la musique notamment, notre fils n’a jamais cessé de nous faire honneur», nous confie Sheila, une habitante de La Caverne, Vacoas. 

 

Actuellement en dernière année d’études pour l’obtention d’un Bachelor in Biology à la Northen State University, Andy a toujours su, et ce grâce à ses parents, que la clé de la réussite passe par une bonne éducation. «J’ai fait mon primaire au couvent de Lorette de Curepipe où j’ai eu une bonne éducation. Après le CPE, je suis passé au collège Royal de Port-Louis où j’ai vécu des expériences formidables ; lors de ma dernière année, j’étais head boy», confie le jeune homme qui dit avoir fait le bon choix en optant pour une université américaine. «Pour moi, les États-Unis, c’était un rêve avec toutes les opportunités que le pays offre. J’ai toujours aimé la culture et la musique américaine.»

 

Depuis, il a trouvé ses repères et s’est adapté : «La Northern State University se trouve dans le Dakota du Sud où il fait vraiment très froid en hiver. C’est vraiment rude. J’y ai beaucoup d’amis et j’ai également fait plusieurs petits boulots. J’ai été tuteur et j’ai même travaillé dans un petit café. Le fait de pouvoir côtoyer des personnes venant de plusieurs pays m’apporte beaucoup.» Et malgré tout ce qu’il fait et ses divers engagements, le jeune Mauricien connaît ses priorités : «Je suis étudiant en pré-médecine et j’aurai un degré en biologie en mai prochain. J’aimerais poursuivre mes études et devenir médecin, plus particulièrement chirurgien plastique pour faire de la chirurgie reconstructive et aider les grands brûlés ou les personnes avec des malformations, par exemple, à se sentir mieux dans leur peau.»

 

Jeune homme à multiples facettes, Andy est également un touche-à-tout averti : «Je suis aussi musicien. J’ai commencé avec le violon. Puis, je me suis tourné vers la guitare. Quand j’ai commencé, j’étais au collège. J’ai appris de quelques amis mais aussi par moi-même. J’ai par la suite fait des coversque j’ai uploadsur YouTubeet tout récemment Ben Harper, l’interprète d’une des chansons que j’ai reprises,a reposté la vidéo sur sa page officielle. Pour moi, c’est vraiment extraordinaire. Je ne m’attendais pas à cela. Un de mes cousins m’en a informé et je n’en croyais pas mes yeux. C’est vraiment incroyable.»

 

C’est à travers ce passe-temps qu’il arrive à s’évader mais aussi à briller : «La musique est très importante pour moi. Elle fait partie de ma vie. Au collège, je faisais partie d’un groupe et on a gagné un concours de rock organisé par Music FM. À l’université également, j’ai rejoint un groupe musical de jazz fusion qui s’appelle Jetlag. Nous sommes quatre amis venant de quatre pays différents et on a joué dans plusieurs concerts un peu partout. On s’amuse beaucoup. À l’université, j’ai aussi gagné un concours de talent. Je ne m’attendais pas vraiment à cela.»

 

Portant plusieurs casquettes, notre compatriote est aussi coiffeur à ses heures pour arrondir ses fins de mois : «Je m’intéresse à la coiffure et je suis connu comme le coiffeur de l’université. J’ai visionné des vidéos sur comment faire, comment effectuer des designs. Ainsi, je peux me faire un peu d’argent de poche.» 

 

Porté par tout ce qui lui arrive, Andy sait qu’il doit beaucoup à ses parents qui ont toujours cru en lui : «Je voudrais remercier mes parents. Ils font tout pour moi et m’aident financièrement. Et aussi la Fondation Joseph Lagesse qui m’aide beaucoup pour le financement de mes études.» Une aide précieuse qui lui permet de réaliser petit à petit son rêve américain…