• Adi Teelock : «Dans 30 ans, nous allons perdre environ 15 % des plages»
  • Comment garder la forme en été
  • Judo News : La bande à Baptiste Leroy au Sénégal
  • Wendi Madré ou les doigts de fée d’une créatrice
  • Shad, un an et demi, hospitalisé suite à une chute dans les escaliers | Ses parents : «Nous voulons des réponses…»
  • Anishta Seesurrun : au nom de ma sœur Kerina
  • Il est admis à l’hôpital de Candos depuis 16 mois : Le long calvaire du petit Shishaan à l’unité des grands brûlés
  • Metro Express : sur les rails du mécontentement
  • Et si on était Vincent Duvergé…
  • «Busy B» à Flacq : L’appel de l’Est de Béatrice Bijoux Bellepeau

La belle et… la mode

KAREN1.jpg

Après avoir arpenté les catwalks de plusieurs grandes capitales, la jeune femme est aujourd’hui une jeune maman comblée.

KAREN3.jpg

Elle est actuellement impliquée dans l’organisation du concours Miss Mauritius. Le sacro-saint monde de la mode n’a aucun secret pour elle et elle a côtoyé les plus grands dans ce domaine. Cette battante nous invite à feuilleter l’album de sa vie.

Glamour mais discrète ! Telle est Karen Nicolini, jeune femme toute simple qui, à un certain moment de sa vie, s’était imposée dans le monde étoilé du show-biz. Finaliste du concours Top Model en France en 2005, la voilà de retour dans son pays natal où elle met ses connaissances en matière de mode au profit du comité Miss Mauritius. Aujourd’hui loin des catwalks des plus grandes capitales du monde, elle aime à dire qu’elle est l’héroïne principale d’un beau long métrage où elle tient le premier rôle. Dans le film de sa vie qu’elle incarne avec une joie de vivre presque contagieuse.

Tout commence, il y a environ six ans. La scène se déroule dans un restaurant. Karen dîne ce jour-là avec Alexandre qui deviendra par la suite son époux. Le même soir, un photographe italien, Luca Invernizzi Tettoni, la remarque. Séduit par son naturel, il lui propose une séance photos qui devait la conduire en Thaïlande pour le catalogue Asian Spas. Autre concours de circonstance, la jeune femme y rencontre un autre photographe qui lui propose une «photo shoot» pour le magazine Vogue.

C’est le début du succès. Karen met le cap sur Paris et se retrouve très vite propulsée dans le tourbillon de la vie affolante de frivolités des reines sur papier glacé. «Le métier de mannequin est très dur lorsqu’on débute car il faut se faire connaître et aller de casting en casting, passer des journées entières dans le métro ou encore courir à droite et à gauche avec des talons aiguilles.»

Tom cruise, Jamie Fox…

Pendant plusieurs années, elle arpente la planète mode et ses coulisses en affrontant les excès et les lumières trop crues de ce métier très exposé. «J’ai travaillé à Milan, en Suisse, à Bangkok, en Inde, en Espagne ou encore au Cameroun.» Pour se faire connaître, la jeune femme, poussée par ses proches, tente sa chance à des concours, notamment Elite France et Top Model. «Mon passage à l’émission Top Model fait partie de mes meilleurs souvenirs. Je me suis rendu compte que j’ai fait honneur à ma petite île en terminant parmi les trois finalistes.»

Commence alors, pour elle, un rythme effréné : défilés, soirées, séances photos. «J’ai participé aux défilés de Yoji Yamamoto, de Sonia Rykiel et de Christophe Guillarme, entre autres. J’ai côtoyé Tom Cruise et Jamie Fox que j’ai personnellement accueillis pour Mission Impossible 3 à la place de la Défense à Paris.»

Depuis, loin des feux de la rampe, la toute belle, fille unique et originaire de Port-Louis, continue à bien mener sa barque. On traquerait en vain une trace d’amertume chez cette éternelle optimiste. A 26 ans, elle est bien dans ses baskets, sa tête et son corps. Plus sereine et constante, elle s’assume totalement. «La Karen d’aujourd’hui a plus d’assurance et elle est surtout une mère.»

En effet, depuis cinq mois, elle est maman du petit Mathis. Son centre du monde qui l’aide à avancer. Jeune femme débordante de sentiments, il arrive qu’elle se laisse submerger mais de ses faiblesses et de ses états d’âme, elle en sort plus forte. Lorsqu’elle a le blues, ce n’est pas pour longtemps. Il suffit d’un peu de sa potion magique, la bonne humeur, pour qu’elle retrouve du peps. «Je me sens très bien dans ma peau.»

Pour Karen, l’accomplissement de soi passe souvent par l’apprentissage de la vie. Et elle n’a pas fini d’apprendre… «J’ambitionne d’ouvrir un jour ma propre agence». En attendant, elle continue son grand bonhomme de chemin tout en… beauté.

Archive: