• Anjanita Mahadoo : Son rêve américain
  • Wilfried N’Sondé : littérature, esclavage et jeunesse
  • Trail – Gaël Aliphon : Un Mauricien sur le Mont Blanc
  • Shyama Goohee, accro au crochet
  • Polémique autour de la jetée de Trou-d’Eau-Douce
  • Un ado déguisé en collégienne dans un collège de filles : Le recteur de la Bambous SSS consigne une «precautionary measure»
  • Future Hope : L’éducation pour briser les codes
  • Yatin Varma : «Je suis pour un débat dépassionné sur la décriminalisation de l’homosexualité à Maurice»
  • Lutte contre l’acné : Quand l’alimentation entre en jeu
  • Hippisme 24e journée | Split The Breeze renverse les favoris

Hérédité : Kel fami !

Une famille qui va vivre des moments houleux liés au passé.

De l’angoisse et des frissons vous attendent dans nos salles, avec un film d’horreur qui veut se démarquer des autres.

Connaissez-vous la famille Graham ? Après avoir regardé Hérédité, première réalisation d’Ari Aster, vous risquez de vous en souvenir. Les Graham ont perdu leur matriarche, Ellen. Et peu de temps après sa mort, la famille va tomber des nues. Car la lignée des Graham est trempée dans un sinistre secret…

 

C’est à peu près (on ne vous dévoilera pas plus) ce que raconte Hérédité, sorti en salles dans une grande forme, après un bouche-à-oreille positif qui a suivi les premières projections au dernier festival du film indépendant de Sundance, en janvier. Cela fait du bien de voir un film d’horreur qui ne se résume pas qu’à des scènes de jump scares (moments de sursaut) inutiles et abrutissantes comme les récents et médiocres Winchester et Action ou Vérité.

 

Un film qui puise son inspiration de réalisateurs comme William Friedkin (L’Exorciste) et Polanski dans ses moments les plus paranos. Du coup, c’est nerveux, c’est tendu, les acteurs nous ris dans un trouble angoissant à travers leur performance, et l’histoire réserve de sales surprises. On se fait peur ? Si c’est comme avec Hérédité, oui, oui et oui.