• «MXGP Pro» : Grandes sensations à deux roues
  • Serge Selvon rassemble l’art post-colonial
  • Festival Seggae Zwe : Quand la musique est bonne
  • Pâtisserie sous l’Arbre : la «sucre»ment belle aventure d’Aurélie Monplé
  • Blanchiment d’argent allégué : Les Bolaki font objet d’un «audit trail» après la saisie de Rs 52 millions
  • Les Salines de Yemen : Une belle aventure salée
  • Dans la cuisine de Sharmeen Jamaloodeen
  • Sarah Ullagen : 15 ans au service des enfants handicapés
  • Olivier Précieux s’interroge sur le deal chagossien
  • Royal Kids : quand les enfants sortent du silence

Hérédité : Kel fami !

Une famille qui va vivre des moments houleux liés au passé.

De l’angoisse et des frissons vous attendent dans nos salles, avec un film d’horreur qui veut se démarquer des autres.

Connaissez-vous la famille Graham ? Après avoir regardé Hérédité, première réalisation d’Ari Aster, vous risquez de vous en souvenir. Les Graham ont perdu leur matriarche, Ellen. Et peu de temps après sa mort, la famille va tomber des nues. Car la lignée des Graham est trempée dans un sinistre secret…

 

C’est à peu près (on ne vous dévoilera pas plus) ce que raconte Hérédité, sorti en salles dans une grande forme, après un bouche-à-oreille positif qui a suivi les premières projections au dernier festival du film indépendant de Sundance, en janvier. Cela fait du bien de voir un film d’horreur qui ne se résume pas qu’à des scènes de jump scares (moments de sursaut) inutiles et abrutissantes comme les récents et médiocres Winchester et Action ou Vérité.

 

Un film qui puise son inspiration de réalisateurs comme William Friedkin (L’Exorciste) et Polanski dans ses moments les plus paranos. Du coup, c’est nerveux, c’est tendu, les acteurs nous ris dans un trouble angoissant à travers leur performance, et l’histoire réserve de sales surprises. On se fait peur ? Si c’est comme avec Hérédité, oui, oui et oui.