• Dans la petite «Kazafleurs» de Natacha
  • Jeux Africain de la Jeunesse : Le Club Maurice commence à prendre forme
  • Esafodaz : Prendre par la main les petits entrepreneurs
  • Un ado accuse un policier de Curepipe de brutalités
  • Vaccin anti-grippe, le «must» pour affronter l’hiver
  • Politique de confidentialité
  • Jean-Philippe Lebon : Moi, Mauricien et militaire dans la Légion étrangère
  • Shotokan : le JKAM passe à la vitesse supérieure
  • Après un jour d’hospitalisation : Un jeune tatoueur succombe à ses blessures
  • Ujwantee Fekna tuée dans une collision à Piton : Ses enfants réclame la vérité sur les circonstances du drame

Christine Duvergé et la condition humaine

Dans son deuxième livre, une athlète se dépasse tout en faisant face au dopage et à la perte de l’estime de soi. Le nouvel ouvrage de Christine Duvergé, intitulé L’Essoufflée, nous fait plonger encore une fois dans une histoire intense après un très réussi Camp Agonie. La prof de français à l’Université de Riverside, aux USA, originaire de l’île Maurice, a lancé son bébé littéraire à la librairie Petrusmok, au Hennessy Park Hotel, il y a deux semaines. 

 

Et alors qu’elle profite d’un peu de vacances sous le soleil mauricien, notre compatriote revient sur son œuvre sombre qui laisse heureusement entrer la lumière bien souvent : «J’aime écrire sur la condition humaine (…), surtout le thème de l’exil et de l’aliénation. Ce désir de se sentir à l’aise dans le monde (…) et je crois que l’on retrouve bien cela dans ce roman avec le personnage de Coralie», nous dit-elle. Christine Duvergé nous avoue qu’elle connaît bien le monde du sport de haut niveau pour y avoir elle-même évolué, allant même jusqu’à recevoir, en 1988, une bourse sport-études de l’Université de Michigan. C’est ce qui l’a d’ailleurs emmenée au pays de l’Oncle Sam. 

 

Écrire un roman sur le sport découle aussi d’une autre raison : «On ne trouve pas beaucoup de romans du genre à Maurice, mis à part En Chute Libre de Carl de Souza, qui m’a justement proposé d’écrire sur ce milieu.» Alors que l’idée de Camp Agonie, qui parle d’une jeune fille, de précarité, d’un passé violent, lui est venue dans… un rêve. 

 

Concernant un éventuel troisième livre, on n’en saura pas plus de l’auteure, si ce n’est que le premier jet est déjà là depuis un moment mais qu’il faut juste le peaufiner. On n’en saura pas davantage sur le sujet. «C’est un projet qui risque d’évoluer et puis il faut peaufiner, corriger, etc. C’est un long processus. En tout cas, c’est sur l’Amérique contemporaine, celle d’aujourd’hui, qui n’est pas forcément joyeuse»,déclare en souriant notre pétillante interlocutrice, détentrice d’un doctorat en littérature française. 

 

L’Essoufflée est en vente dans les grandes librairies de l’île.